Une « pénurie de biens » à Lyon selon Guy Hoquet

En réunion à Lyon, les franchisés de Guy Hoquet évoquent un manque de biens à la vente et des prix à la hausse.

« Nous commençons à constater une fuite des acheteurs vers Lyon extra muros ». Tel est le constat dressé par Elie Peyronnet, directeur d’agence Guy Hoquet à Lyon 4° dans le bilan du rassemblement de tous les franchisés de l'enseigne en région Rhône-Alpes. Les franchisés ont fait le point à cette occasion sur le marché lyonnais. Bilan : une hausse des prix dans le centre de Lyon, et notamment dans les quatrième, sixième et septième arrondissement.

Pénurie de biens immobiliers dans Lyon 4°, Lyon 6° et Lyon 7°

Les secteurs de Lyon les plus prisés par les acheteurs restent les mêmes : la Croix Rousse, Lyon 6° à proximité du Parc de la Tête d’Or, et une partie du 7° arrondissement. Par extension, les prix dans ces arrondissements connaissent une nette envolée, du fait notamment de la pénurie de biens à la vente dans ces quartiers.

Côté prix, le mètre carré dans le 6° arrondissement s'est littéralement envolé par rapport aux prix constatés au troisième trimestre 2009, passant de 3 000 euros à 3777 euros à la fin du troisième trimestre 2010. Le prix du mètre carré (m²) dans ce secteur est ainsi revenu à ses niveaux du troisième trimestre 2008, quand il culminait à 3841 euros. Dans le quatrième et le septième, les rix sont eux en hausse depuis 2008 avec des hausses de respectivement de 36.4% et 3%.

Les investisseurs recherchent les petits biens

Sur les biens d'exception, la demande reste forte, ce qui pousse à la hausse les prix. Pour Elie Peyronnet, « on peut même, sur les biens d’exception, comme les appartements en dernier étage avec terrasse et vue sur Lyon, atteindre certains pics qui peuvent aller jusqu’à 4 000 à 4 500 €/m²».

Quant aux investisseurs, ceux-ci sont, selon Guy Hoquet, surtout actifs sur les petits biens entre 80.000 et 100.000 euros qui dégagent une forte rentabilité. Néanmoins, leurs investissements restent raisonnable, note le réseau.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.


Immobilier ancien : Guy Hoquet fait le bilan d’une année sous tension

Guy Hoquet l’Immobilier a fait un bilan de l’année 2019 en termes de prix et de ventes, au niveau national et dans les régions.


Immobilier : des tensions qui s’affirment sur les prix dans de nombreuses villes

LPI Seloger a publié cette semaine son baromètre des prix de l’immobilier.