Locations : le rappel à l’ordre de l’UFC Que Choisir Rhône-Alpes

DPE, honoraires, frais de dossier : sur 113 agences immobilières de la région Rhône-Alpes, l’association a constaté un certain nombre de pratiques abusives.

Les associations locales de l’UFC Que Choisir présentent depuis quelques jours les résultats d’une vaste enquête nationale sur le logement locatif via les agences immobilières. Après les  résultats parisiens, la section Rhône-Alpes de l’UFC Que Choisir a elle aussi rendu sa copie: et comme partout au niveau national, l’étude montre de nombreuses pratiques abusives.

Pour réaliser son étude, l’association de consommateurs a, dans la région, sondé 117 agences immobilières, en vue notamment d’apprécier leurs services en termes de location. Première constatation : l’affichage du DPE n’est toujours pas respecté, six mois après l’entrée en vigueur de cette mesure. Un constat est d’autant plus dommageable précise l’UFC, que, « dans un contexte d’explosion des tarifs de l’énergie, cette information est essentielle pour les candidats à la location ». Autre problème du point de vue de l’information des locataires : dans près d’un cinquième des cas (19 %), les honoraires n’étaient pas affichés ou pas visibles de l’extérieur.

Des documents interdits souvent demandés

Mais les principales pratiques abusives sont constatées au niveau de la constitution du dossier. Dans près de deux tiers des cas, des documents interdits, comme une attestation de bonne tenue de compte ou une attestation du précédent bailleur, ont été demandés. D’autres documents comme des autorisations de prélèvement automatique, des chèques de réservation du logement, des copies du relevé de compte, ou autre attestation de l’employeur, copie du relevé de compte et même photographie d’identité ont également été demandés.

L’association pointe également les honoraires particulièrement prohibitifs, avec 0.9 mois de loyers hors charge. Or selon l’association, le locataire ne doit à l’agence que la seule rédaction de l’acte, comme l’avait rappelé la Cour d’appel de Grenoble dans un arrêt de 2004. Autre abus tarifaire pointé par l’association : dans certains cas, l’état des lieux était payant pour le locataire.

Ces abus, qui concernent les locataires dans le secteur privé sont d’autant plus inquiétants que ces derniers ont le taux d’effort le plus important pour se loger. Ces dépenses constituent en effet 23% de leur budget, contre 20% pour les accédants à la propriété et 18% pour le logement social. De ce fait, l'association va prendre des mesures, notamment en saisissant les parlementaires du problème, ainsi que la répression des fraudes afin que soit mieux respectée la législation.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


84.1% des acheteurs et locataires continuent leurs projets, selon PAP

38.3% des locataires sont même prêts à signer leur contrat de location sur la base d’une visite virtuelle, sans visite physique du logement.


Le Congrès de la FNAIM se tiendra en format 100% digital

Le congrès et salon des professionnels de l’immobilier organisé par la fédération sera sous un format 100% digital sur 4 jours.


Reconfinement général à partir de vendredi


Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement général à partir de ce vendredi pour lutter contre la reprise de l’épidémie de coronavirus.


Notariat : les nouvelles orientations suite à l’élection de David Ambrosiano


Le nouveau président souhaite notamment mettre en œuvre la convention d’objectifs 2021-2024 signée le 8 octobre avec l’État.


David Ambrosiano, nouveau président du Conseil supérieur du notariat

L’ancien président de la Chambre des notaires de l’Isère a été élu président de l’organisation professionnelle du notariat.


Une offre de community management dédiée aux agents immobiliers lancée par Kuso

Paul de Framond, diplômé d’une école de commerce et Jérôme Carle, jeune ingénieur, travaillaient tout deux en indépendants sur des chantiers de communication digitale pour les agents immobiliers quand ils ont eu l’idée de proposer une offre de gestion des réseaux sociaux baptisée Kuso.


Accès au logement : une charte de lutte contre les discriminations

Cette charte a été signée par le gouvernement et les professionnels de l’immobilier.