«Villeurbanne s’est beaucoup développé en termes d’infrastructures»

Catherine Capuano, directrice de l’agence Ccimmo à Villeurbanne, nous parle du marché immobilier de Villeurbanne.

Comment se porte le marché de Villeurbanne depuis le début de l’année ?

Il y a pas mal de transactions, cela va plutôt bien en ce moment. On a moins de produits à vendre, ce qui est plutôt bon signe pour nous. Du coup, les prix commencent à grimper. Avant nous étions sur un prix moyen à Villeurbanne compris entre 1800 euros le mètre carré et 2200 - 2400 €. Aujourd'hui, les prix demandés par le particulier oscillent entre 2800 et 3000 euros du mètre carré. Sur certains quartiers de Villeurbanne, certains n’hésitent pas à demander, dans de l’ancien, des prix supérieurs à 3400 euros du mètre carré. On a l'impression que les prix s'envolent, depuis un ou deux mois.

Existe-t-il des secteurs plus prisés à Villeurbanne ?

Tous les secteurs se vendent. Il faut que chaque secteur soit à son prix, que ce soit les Buères ou Charpennes. On ne peut pas parler ici de secteurs plus dynamiques. Après, il y a des secteurs plus cotés que d'autres en termes de prix au mètre carré, comme les secteurs les plus proches de la ligne de métro, Charpennes, Gratte-Ciel, République. Plus le métro est proche du centre de Lyon, plus le mètre carré du quartier est cher. Le Tonkin a également beaucoup augmenté en termes de prix : Beaucoup de gens de Caluire recherchent sur ce secteur, pour être à côté du Parc, à côté du tramway, et à côté du campus.

L’arrivée du tramway sur certains secteurs de Villeurbanne a donc été un facteur de développement assez important…

Villeurbanne s'est beaucoup développé en termes d'infrastructures, au niveau commodités. Et ça continue : avenue Roger Salengro, des travaux sont encore réalisés jusqu’à la place Wilson. Le fait que la Doua et le secteur du Tonkin se soient beaucoup développés est notamment lié à l’arrivée du tramway.

Une partie de Villeurbanne est proche de Lyon, et notamment de Part-Dieu. Le prix du mètre carré doit en conséquence être assez proche des prix du troisième arrondissement ?

Oui, ce sont quasiment les prix de Lyon. En ce moment, les estimations sont assez difficiles. On a l'impression que les prix ont tendance à être à la hausse. Quand on voit que sur Paris, les prix sont à plus de 8000 euros, Lyon et Villeurbanne ont encore une marge de progression, d’autant que les taux sont toujours bas.

Avez-vous senti un impact du PTZ+ depuis le début de l’année ?

Oui, on a beaucoup de primo-accédants, alors qu’on avait perdu ce type de population depuis 2003. Je pense que c’est dû au dispositif et aux taux bas. On va bientôt signer le compromis d’un jeune homme de 20 ans qui achète avec 4000 euros de côté. Ces situations, on les avait perdues depuis un certain temps. Aujourd’hui, il y a un changement au niveau de la population des accédants : on avait jusqu’ici des gens de 30 à 50 ans, on a même désormais des gens de 20 à 30 ans.

Il y a donc un changement de population sur la ville ?

On s'aperçoit que les gens viennent sur Lyon Villeurbanne pour le travail. Lorsque les gens en retraite, ils partent dans le sud, en Ardèche, en Haute-Loire, en Savoie. Ils  vendent pour partir de Lyon. Il y a aussi beaucoup de premières acquisitions qui revendent pour acheter plus grand. Après, on a également une clientèle qui vient du sixième. Celle-ci recherche un dernier étage terrasse, un type de biens qui n'existe pas dans le sixième arrondissement. Dans ce quartier de Lyon, on ne peut pas acheter un dernier étage terrasse, d’une part parce que c’est hors de prix, et parce que ceci n’existe pas dans les constructions anciennes. Villeurbanne est une zone plus calme, avec plus d’espaces verts, avec toutes les commodités de Lyon. Beaucoup de gens du sixième recherchent du neuf, voire du récent, à des prix inférieurs au sixième.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Complètement délirant … cet article… de la première ligne à la dernière !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : des records en 2021, mais des incertitudes pour 2022

nullLa FNAIM a retracé une immobilière marquée par un record de ventes et de prix. Mais des incertitudes pèsent sur 2022, et notamment du point de vue des élections, des taux, et de l’impact de la rénovation énergétique.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.