«Villeurbanne s’est beaucoup développé en termes d’infrastructures»

Catherine Capuano, directrice de l’agence Ccimmo à Villeurbanne, nous parle du marché immobilier de Villeurbanne.

Comment se porte le marché de Villeurbanne depuis le début de l’année ?

Il y a pas mal de transactions, cela va plutôt bien en ce moment. On a moins de produits à vendre, ce qui est plutôt bon signe pour nous. Du coup, les prix commencent à grimper. Avant nous étions sur un prix moyen à Villeurbanne compris entre 1800 euros le mètre carré et 2200 - 2400 €. Aujourd'hui, les prix demandés par le particulier oscillent entre 2800 et 3000 euros du mètre carré. Sur certains quartiers de Villeurbanne, certains n’hésitent pas à demander, dans de l’ancien, des prix supérieurs à 3400 euros du mètre carré. On a l'impression que les prix s'envolent, depuis un ou deux mois.

Existe-t-il des secteurs plus prisés à Villeurbanne ?

Tous les secteurs se vendent. Il faut que chaque secteur soit à son prix, que ce soit les Buères ou Charpennes. On ne peut pas parler ici de secteurs plus dynamiques. Après, il y a des secteurs plus cotés que d'autres en termes de prix au mètre carré, comme les secteurs les plus proches de la ligne de métro, Charpennes, Gratte-Ciel, République. Plus le métro est proche du centre de Lyon, plus le mètre carré du quartier est cher. Le Tonkin a également beaucoup augmenté en termes de prix : Beaucoup de gens de Caluire recherchent sur ce secteur, pour être à côté du Parc, à côté du tramway, et à côté du campus.

L’arrivée du tramway sur certains secteurs de Villeurbanne a donc été un facteur de développement assez important…

Villeurbanne s'est beaucoup développé en termes d'infrastructures, au niveau commodités. Et ça continue : avenue Roger Salengro, des travaux sont encore réalisés jusqu’à la place Wilson. Le fait que la Doua et le secteur du Tonkin se soient beaucoup développés est notamment lié à l’arrivée du tramway.

Une partie de Villeurbanne est proche de Lyon, et notamment de Part-Dieu. Le prix du mètre carré doit en conséquence être assez proche des prix du troisième arrondissement ?

Oui, ce sont quasiment les prix de Lyon. En ce moment, les estimations sont assez difficiles. On a l'impression que les prix ont tendance à être à la hausse. Quand on voit que sur Paris, les prix sont à plus de 8000 euros, Lyon et Villeurbanne ont encore une marge de progression, d’autant que les taux sont toujours bas.

Avez-vous senti un impact du PTZ+ depuis le début de l’année ?

Oui, on a beaucoup de primo-accédants, alors qu’on avait perdu ce type de population depuis 2003. Je pense que c’est dû au dispositif et aux taux bas. On va bientôt signer le compromis d’un jeune homme de 20 ans qui achète avec 4000 euros de côté. Ces situations, on les avait perdues depuis un certain temps. Aujourd’hui, il y a un changement au niveau de la population des accédants : on avait jusqu’ici des gens de 30 à 50 ans, on a même désormais des gens de 20 à 30 ans.

Il y a donc un changement de population sur la ville ?

On s'aperçoit que les gens viennent sur Lyon Villeurbanne pour le travail. Lorsque les gens en retraite, ils partent dans le sud, en Ardèche, en Haute-Loire, en Savoie. Ils  vendent pour partir de Lyon. Il y a aussi beaucoup de premières acquisitions qui revendent pour acheter plus grand. Après, on a également une clientèle qui vient du sixième. Celle-ci recherche un dernier étage terrasse, un type de biens qui n'existe pas dans le sixième arrondissement. Dans ce quartier de Lyon, on ne peut pas acheter un dernier étage terrasse, d’une part parce que c’est hors de prix, et parce que ceci n’existe pas dans les constructions anciennes. Villeurbanne est une zone plus calme, avec plus d’espaces verts, avec toutes les commodités de Lyon. Beaucoup de gens du sixième recherchent du neuf, voire du récent, à des prix inférieurs au sixième.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Complètement délirant … cet article… de la première ligne à la dernière !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.