Locations en agence: la FNAIM répond à l’UFC que Choisir

L’UFC Que Choisir a dressé hier un constat très sévère sur les conditions de locations proposées par les agences. La fédération de l’immobilier répond à ces attaques.

La FNAIM contre-attaque. Peu après la parution d’une étude de l’UFC Que Choisir portant sur les pratiques des agences immobilières jugées « peu louables » par l’association en matière de location, la fédération a tenu à répondre, point par point, aux attaques.

La fédération trouve notamment, à l’inverse de l’association de consommateurs, que le chiffre de 72% de DPE affichés en vitrine est assez satisfaisant, 3 mois seulement après l’instauration de l’affichage obligataire de ce diagnostic en vitrine. « Les professionnels ont su motiver une grande majorité de leurs propriétaires bailleurs à réaliser le DPE avant d’avoir trouvé un locataire » indique la FNAIM.

Concernant les documents interdits demandés par les agences immobilières, la FNAIM se défend en indiquant que cette pratique vise à préserver l’intérêt légitime des bailleurs. « Par exemple, l’agent immobilier n’est-il pas bien fondé à demander une attestation du précédent bailleur lorsque le candidat locataire a égaré des quittances de loyer de sa précédente location ? » s’interroge la fédération.

Elle condamne, en revanche, certaines pratiques discriminatoires de certains professionnels : « la FNAIM et ses adhérents sont engagés aux côtés de la HALDE pour garantir des conditions d’accès au logement et lutter contre toute discrimination » note-t-elle.

La FNAIM défend ses honoraires

Mais la critique la plus dure de la FNAIM sur l’étude concerne les honoraires : selon elle le rôle d’une agence immobilière ne se résume pas au simple remplissage d’un imprimé type, celle-ci délivrant des services qui se doivent d’être rémunérés : « les agences ont une responsabilité civile professionnelle : la qualité du bailleur doit être établie, la décence du logement vérifiée, le régime juridique applicable à la location déterminé, les engagements éventuels du bailleur analysés (conventionnement ANAH, engagement fiscal…), les diagnostics préalables réunis, avec un même candidat locataire le logement doit être visité de 1 à 3 fois, le dossier du candidat doit être constitué et étudié, l’acte éventuel de cautionnement établi ; à défaut le dossier GRL ou GLI transmis à l’assureur, l’état des lieux doit être établi, l’attestation d’assurance du locataire doit être remise… » indique la fédération.

Pas question donc de ne se satisfaire d’une rémunération limitée à la rédaction du contrat de bail, comme le proposait l’UFC Que Choisir, la fédération voyant dans cette proposition une remise en cause du principe de la liberté des prix et des services en place depuis 1986.

» Les pratiques peu louables des agences immobilières dénoncées par l'UFC Que Choisir

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Dans tous les cas, l’important est de mettre son dossier en valeur. Il ne suffit pas d’apporter les bons documents, il faut aussi les mettre en valeur.
Vous pouvez trouver des trucs et astuces sur http://www.dossierlocation.fr

Un autre point important est de bien chercher à discuter avec le propriétaire et/ou l’agence. C’est dans ce dialogue que se trouve le meilleure moyen d’éviter une arnaque ou un abus.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


84.1% des acheteurs et locataires continuent leurs projets, selon PAP

38.3% des locataires sont même prêts à signer leur contrat de location sur la base d’une visite virtuelle, sans visite physique du logement.


Le Congrès de la FNAIM se tiendra en format 100% digital

Le congrès et salon des professionnels de l’immobilier organisé par la fédération sera sous un format 100% digital sur 4 jours.


Reconfinement général à partir de vendredi


Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement général à partir de ce vendredi pour lutter contre la reprise de l’épidémie de coronavirus.


Notariat : les nouvelles orientations suite à l’élection de David Ambrosiano


Le nouveau président souhaite notamment mettre en œuvre la convention d’objectifs 2021-2024 signée le 8 octobre avec l’État.


David Ambrosiano, nouveau président du Conseil supérieur du notariat

L’ancien président de la Chambre des notaires de l’Isère a été élu président de l’organisation professionnelle du notariat.


Une offre de community management dédiée aux agents immobiliers lancée par Kuso

Paul de Framond, diplômé d’une école de commerce et Jérôme Carle, jeune ingénieur, travaillaient tout deux en indépendants sur des chantiers de communication digitale pour les agents immobiliers quand ils ont eu l’idée de proposer une offre de gestion des réseaux sociaux baptisée Kuso.