Immobilier neuf : prix stables à Lyon à plus de 4.000 euros le m²

La FPI a fait état de son point de conjoncture trimestriel en France. La fédération alerte sur la faiblesse des mises en vente.

La FPI faisait, comme chaque trimestre un point sur le marché. Selon la fédération des promoteurs immobiliers, le « marché national des logements neufs reste dynamique ». Mais, prévient-elle, « des obstacles à la construction ralentissent et pénalisent les mises en vente, ce qui, à moyen terme, menace le maintien d’un niveau de prix accessible ».

Les mises en vente ont en effet reculé de 7.8% par rapport au troisième trimestre 2016, à 18.304 unités. Et sur 12 mois, les mises en vente progressent toujours, mais restent sensiblement inférieures à la période d’octobre 2010-septembre 2011, lorsque le Scellier était le dispositif référence des investisseurs. Pour l’heure, le prix moyen dans le neuf reste élevé mais stable, à 4.108€ le m². Le prix est également stable à Lyon, à 4095€ (contre 4096€ au T3 2016). Dans les deux autres grosses métropoles de la Région en termes de vente, les prix sont plus clairement à la hausse, avec une progression des prix de 2,3% à 3.177€ le m² sur Clermont Auvergne Métropole, et de 1,9% à 3.679€ le m² sur Grenoble-Alpes Métropole.

Prix stables, réservations en hausse, mais baisse des mises en vente

Pour la fédération, il faut stimuler le marché. « Le choc d’offre ne peut pas attendre », affirme-t-elle. Il faut, selon la FPI, que soit mise en œuvre de manière concrète et pragmatique la stratégie logement annoncée par le Gouvernement. Elle plaide « pour une transition longue et une révision du zonage pour maintenir la production de logements collectifs dans des villes moyennes dynamiques ».

Concernant les ventes, celles-ci sont en hausse de 5,3% par rapport au troisième trimestre 2016, avec 33.497 logements réservés entre juillet et septembre 2017, grâce notamment à une progression des ventes en bloc qui augmentent de 18,1%, alors que les réservations aux ménages affichent une hausse plus sage (+3,2% à 26.937 unités).

A la faveur d’une meilleure visibilité sur les dispositifs d’aides à l’accession (PTZ) et à l’investissement locatif (Pinel), les intentions d’achat se sont maintenues. « En augmentation de +8,3% sur les douze derniers mois, les réservations de logements neufs collectifs de l’année 2017 devraient sensiblement dépasser le niveau de 2016, qui marquait un retour aux niveaux satisfaisants d’avant‐crise », indique la FPI.

Elle plaide par ailleurs pour une pause normative, pour une plus forte libération du foncier, mais aussi pour une lutte accrue contre les recours abusifs. Elle souhaite ainsi que soit maintenue l’activité dans les villes moyennes.

La FPI attentive sur la zone B2

La Fédération a notamment insisté sur les zones dites détendues qui, au 1er janvier 2018, doivent être exclues du dispositif Pinel. « Alors que des débats parlementaires se poursuivent, elle rappelle que, si la priorité doit être donnée à l’accompagnement de la demande dans les villes tendues, la production de logements collectifs dans la zone B2 doit être soutenue. En 2016, cette dernière représentait 24% de la population, 3 900 communes et 10% des réservations de logements ».

La fédération cite ainsi les cas des régions Bretagne et Pays‐de‐la‐Loire, où l’arrêt du dispositif Pinel remettrait en question plus de 7 500 logements dans des villes moyennes dynamiques comme Vannes, Angers ou Le Mans. En Auvergne-Rhône-Alpes, on notera que des villes comme Valence ou Montélimar seraient, elles aussi, exclues du dispositif. La FPI propose ainsi une révision des modalités de sortie du dispositif Pinel dans les territoires détendus, afin de ne pas fragiliser des programmes déjà lancés. « Une nouvelle révision du zonage pour l’année 2018 permettrait à son tour d’évaluer sereinement la demande dans ces espaces très hétérogènes », propose-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Les prix de l’immobilier en hausse de 0,5 % à Lyon selon Meilleursagents

null
Le spécialiste de l’estimation immobilière a fait part de son baromètre national mensuel des prix de l’immobilier.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.