Immobilier neuf : prix stables à Lyon à plus de 4.000 euros le m²

La FPI a fait état de son point de conjoncture trimestriel en France. La fédération alerte sur la faiblesse des mises en vente.

La FPI faisait, comme chaque trimestre un point sur le marché. Selon la fédération des promoteurs immobiliers, le « marché national des logements neufs reste dynamique ». Mais, prévient-elle, « des obstacles à la construction ralentissent et pénalisent les mises en vente, ce qui, à moyen terme, menace le maintien d’un niveau de prix accessible ».

Les mises en vente ont en effet reculé de 7.8% par rapport au troisième trimestre 2016, à 18.304 unités. Et sur 12 mois, les mises en vente progressent toujours, mais restent sensiblement inférieures à la période d’octobre 2010-septembre 2011, lorsque le Scellier était le dispositif référence des investisseurs. Pour l’heure, le prix moyen dans le neuf reste élevé mais stable, à 4.108€ le m². Le prix est également stable à Lyon, à 4095€ (contre 4096€ au T3 2016). Dans les deux autres grosses métropoles de la Région en termes de vente, les prix sont plus clairement à la hausse, avec une progression des prix de 2,3% à 3.177€ le m² sur Clermont Auvergne Métropole, et de 1,9% à 3.679€ le m² sur Grenoble-Alpes Métropole.

Prix stables, réservations en hausse, mais baisse des mises en vente

Pour la fédération, il faut stimuler le marché. « Le choc d’offre ne peut pas attendre », affirme-t-elle. Il faut, selon la FPI, que soit mise en œuvre de manière concrète et pragmatique la stratégie logement annoncée par le Gouvernement. Elle plaide « pour une transition longue et une révision du zonage pour maintenir la production de logements collectifs dans des villes moyennes dynamiques ».

Concernant les ventes, celles-ci sont en hausse de 5,3% par rapport au troisième trimestre 2016, avec 33.497 logements réservés entre juillet et septembre 2017, grâce notamment à une progression des ventes en bloc qui augmentent de 18,1%, alors que les réservations aux ménages affichent une hausse plus sage (+3,2% à 26.937 unités).

A la faveur d’une meilleure visibilité sur les dispositifs d’aides à l’accession (PTZ) et à l’investissement locatif (Pinel), les intentions d’achat se sont maintenues. « En augmentation de +8,3% sur les douze derniers mois, les réservations de logements neufs collectifs de l’année 2017 devraient sensiblement dépasser le niveau de 2016, qui marquait un retour aux niveaux satisfaisants d’avant‐crise », indique la FPI.

Elle plaide par ailleurs pour une pause normative, pour une plus forte libération du foncier, mais aussi pour une lutte accrue contre les recours abusifs. Elle souhaite ainsi que soit maintenue l’activité dans les villes moyennes.

La FPI attentive sur la zone B2

La Fédération a notamment insisté sur les zones dites détendues qui, au 1er janvier 2018, doivent être exclues du dispositif Pinel. « Alors que des débats parlementaires se poursuivent, elle rappelle que, si la priorité doit être donnée à l’accompagnement de la demande dans les villes tendues, la production de logements collectifs dans la zone B2 doit être soutenue. En 2016, cette dernière représentait 24% de la population, 3 900 communes et 10% des réservations de logements ».

La fédération cite ainsi les cas des régions Bretagne et Pays‐de‐la‐Loire, où l’arrêt du dispositif Pinel remettrait en question plus de 7 500 logements dans des villes moyennes dynamiques comme Vannes, Angers ou Le Mans. En Auvergne-Rhône-Alpes, on notera que des villes comme Valence ou Montélimar seraient, elles aussi, exclues du dispositif. La FPI propose ainsi une révision des modalités de sortie du dispositif Pinel dans les territoires détendus, afin de ne pas fragiliser des programmes déjà lancés. « Une nouvelle révision du zonage pour l’année 2018 permettrait à son tour d’évaluer sereinement la demande dans ces espaces très hétérogènes », propose-t-elle.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Les prix des logements anciens accélèrent en France et à Lyon

null
Les indices Notaires-INSEE ont été publiés ce vendredi par l’institut national de la statistique.


Nette hausse des prix des appartements à Lyon

nullLa Chambre des notaires du Rhône a fait part jeudi des grands chiffres de l’année 2020 en matière de prix de l’immobilier dans le département et la Métropole de Lyon. Bien des arrondissements et quartiers de Lyon, ainsi des communes de la Métropole ont connu des hausses à deux chiffres.


Les prix de l’immobilier en nette hausse à Lyon malgré la baisse des volumes

La Chambre des notaires du Rhône présentait jeudi les grands chiffres de l’année 2020 en matière d’immobilier dans le département et la Métropole de Lyon. Avec la crise sanitaire, l’année a été marquée sur le front de la transaction par une accélération de la digitalisation.
» Les prix des maisons s’envolent autour de Lyon
» Nette hausse des prix des appartements à Lyon


Les prix des maisons s’envolent autour de Lyon

La Chambre des notaires du Rhône a présenté les chiffres 2020 en matière d’évolution des prix des appartements et des maisons dans le département et la Métropole de Lyon.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.