« Tous les atouts pour devenir un territoire attractif »

Nathalie Frier est maire de Saint-Fons. Nous évoquons avec elle la troisième édition de l’appel des 30.

La Métropole lance la troisième édition de l'appel des 30. Quelles ont été les premières conséquences concrètes des premières éditions sur Saint-Fons, notamment en terme d’implantations?

En termes d'emplois, on ne peut pas encore dire qu'il y a un impact sur le territoire. Simplement, dans cette vallée de la chimie, il y a un enjeu de mobilité, et cet appel permet de faire un peu accélérer les choses. L’idée, c’est qu’avec le train nous sommes à 7 minutes de Jean Macé. Or ce qui intéresse les entreprises susceptibles de s'installer dans la vallée de la chimie, c'est la gare de la Part-Dieu. Les industriels souhaitant s'installer aimeraient un lien direct avec celle-ci.

Quelles pourraient être les solutions ?

Des études sont réalisées par le Sytral. Il y a une vraie prise de conscience de la part de la Métropole et du Sytral de la nécessité d’un lien plus direct. Par ailleurs, il y a le projet d’Anneau des sciences à horizon 2035. La question est de savoir comment on relie la ville en attendant.

Saint-Fons est vraiment un territoire attractif géographiquement, nous sommes notamment limitrophes de Gerland. Il faut développer tous les modes de déplacement. Une ligne de bus relie certes Saint-Fons à Gerland, mais ça reste compliqué. Nous n’avons pas de connexion directe.

Cette situation est valable pour l’ensemble de la vallée de la chimie?

Feyzin et Pierre Bénite ont la même problématique. La gare de Vénissieux n’est, il est vrai, pas très loin, mais c’est très compliqué de s’y rendre.

Avec le changement à Saxe-Gambetta, il y a, de plus, une rupture de charge pour parvenir à la Part-Dieu…

Absolument. En tant que territoire, il y a de nouveaux habitants qui s’installent, et cela reste la principale problématique. Les gens sont demandeurs de transports en commun.

Par rapport au NPNRU, ces notions de mobilité sont elles prises en compte?

Complètement.

Peut-il y a avoir des aides sur ce sujet via le NPNRU?

Oui. En tout cas, nous passons la semaine prochaine (NDLR: cette semaine, l’interview ayant été réalisée jeudi) en comité d’engagement ANRU. Le sujet de la mobilité est un sujet important.

Nous sommes engagés sur le secteur Carnot-Parmentier, dans un secteur d’intérêt régional. Nous essayons de négocier pour obtenir une enveloppe. Nous avons beaucoup avancé sur ce projet, qui prend forme. Il s’agira d’un écoquartier, qui plait bien à l’Etat et à la Métropole. Nous sommes aujourd’hui dans une phase de relogement, pour une démolition fin 2019. Il faut que les habitants sentent que celle-ci marque un nouveau point de départ. J’aimerais que le projet de la vallée de la chimie connecte avec ce renouvellement urbain. Quand on travaille sur le peuplement, sur l’emploi, ce sont des politiques que l’on ne peut pas cloisonner. Saint-Fons, ce n’est que 18.000 habitants. Mais nous avons tous les atouts pour pouvoir rapidement sortir de cette problématique sociale, et devenir peu à peu un territoire attractif. Dans le 7ème ou le 8ème arrondissement de Lyon, les prix sont devenus inabordables, et l’objectif est d’arriver à attirer une autre population.

En matière de logement, la commune fait en effet face à de nombreuses contraintes du fait du PPRT…

Nous sommes très contraints. Nous avons très peu de terrains, et nous sommes dans de la promotion avec la Métropole. Nous travaillons beaucoup sur le centre, où il y a beaucoup de logements indignes. La Métropole préempte et travaille aussi sur le commerce.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’Europe retient l’offre d’un consortium piloté la SPL Lyon Confluence

La Commission Européenne a retenu l’offre du consortium Scale, coordonné par la SPL. Il s’agit du plus gros réseau de villes européennes engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


Projet de salle Aréna à Décines-Charpieu : la concertation continue

Des sessions de visites de terrain sont organisées ce samedi 12 septembre.


Décès de Pascal Garrido, ancien président d’Epures

L’ancien maire de la Talaudière et ancien président de l’agence d’urbanisme stéphanoise est décédé, à l’âge de 76 ans.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


Le maire de Lyon acte le maintien d’une parcelle végétalisée dans le 1er arrondissement

Un projet immobilier, qui avait été contesté par l’ancienne maire d’arrondissement au 33 rue du Bon Pasteur, ne se fera finalement pas.


«La crise ne remet pas en cause l’idée de développer le tram, les télécabines et les bus»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les transports, le renouvellement urbain, et les changements à venir dans le quartier de la Part-Dieu.


«La Saulaie peut être la 1ère étape de la reconquête des berges du Rhône»

Béatrice Vessiller est vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les projets urbains de La Saulaie et du Vallon des hôpitaux.


«À Grandclément, un quartier avec des îlots sans voiture»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les projets urbains Grandclément et Gratte-Ciel.


Les EPF formulent 12 propositions pour la relance

Les établissements publics fonciers ont fait part en fin de semaine dernière de leurs propositions pour accélérer la sortie de crise et construire les modèles d’aménagement de demain.


Jacqueline Osty, Grand Prix de l’urbanisme 2020

La paysagiste avait à deux reprises été lauréate du Grand prix national du paysage. Elle est l’auteur de nombreux parcs qui sont l’occasion de penser la relation entre ville et territoire.


Bruno Bernard annonce ses 10 premiers chantiers pour l’été

null
Les premiers chantiers vont notamment porter sur l’encadrement des loyers, la poursuite des aménagements d’urbanisme tactique, mais aussi l’optimisation des procédures d’urbanisme.


Villeurbanne : lancement d’une plantation participative géante


Cette opération a été lancée officiellement ce mardi. Elle vise à occuper de matière temporaire un site qui sera ensuite bâti, dans le cadre de la ZAC Gratte-Ciel centre-ville.


Bruno Bernard sera candidat à la présidence du Sytral

Lors d’une interview au 19/20, le nouveau président de la Métropole a révélé vouloir briguer la président du syndicat des transports l’an prochain, dans un souci de cohérence. Il a également évoqué les questions de mobilité et les grands projets urbains.


Mobilités: Bruno Bernard dévoile ses ambitions pour la Métropole de Lyon

Le président de la Métropole de Lyon a, dans son premier discours, évoqué les questions de mobilité, en évoquant notamment les projets en matière de vélo, mais aussi de tramway, de télécabines et de métro.