Bron, «un marché de report de Lyon»

Pour Alain Simonet, gérant de l’agence Solvimo à Bron, acquéreurs et vendeurs anticipent déjà l’extension du tramway T2.

Quel a été l’environnement général du marché immobilier à Bron durant ces dernières années? L’arrivée du tramway a-t-elle changé les choses ?

Oui, l’arrivée du tramway a vraiment dynamisé le marché et fait de Bron un marché de report de Lyon. Beaucoup de lyonnais qui ont des budgets limités et qui n’ont plus les moyens d’acheter à Lyon intra muros n’hésitent plus à venir s’installer sur Bron, du fait notamment du tramway, qui met la ville à quelques minutes du centre de Lyon.

L’impact de l’arrivée de cette ligne a-t-il été immédiat ?

On peut même dire que le marché l’anticipe. On le voit aujourd’hui sur la ligne de prolongement du tramway T2 jusqu’à Eurexpo. Celle-ci, qui est en train d’être construite, ne sera pas en service avant deux ans, mais on sent déjà que le marché bouge autour du tracé. Les vendeurs n’hésitent pas à monter les prix aux abords de cette future ligne, et les acquéreurs également en se portant acquéreur de biens dans ce secteur dans la perspective de l’arrivée du T2. Il y a donc une vraie demande à proximité de cette ligne.

Secteur/Type T3 Bron Mairie T3 Bron Nord, Terraillon
Prix indicatif en €/m² 2600 2000

En 2008, Bron avait-il souffert de la chute du marché ?

Il y a eu à cette époque une grosse baisse d’activité. Le marché s’était inversé : on trouvait alors beaucoup de mandats et peu de vendeurs. On a constaté à cette époque une baisse de 5% à 10% des prix.

Quel est le secteur le plus prisé de Bron ?

Le secteur le plus coté, c’est évidemment le Vieux-Bron, à proximité de la place de l'église, mais également le secteur de la Mairie, où l’on trouve beaucoup de commerces, là où, justement, le tramway passe aujourd’hui. A contrario, on a des secteurs moins demandés, comme le quartier de Terraillon, qui est voué à être restructuré, mais également les quartiers périphériques, à l’exception de l’Ouest de Bron, qui reste assez coté.

Sur quels niveaux de prix se situe-t-on à Bron ?

Pour un T3 ou un petit T4 en bon état de 65m2 avec ascenseur, bien situé avec vue sur l’Eglise ou la Mairie, il faut compter sur un budget de 170.000 euros, soit près de 2600 euros du mètre carré. Sur des biens de moins de 5 ans dans une résidence récente, à proximité de l’Eglise, on les prix seront néanmoins supérieurs à 3000 euros le mètre carré. En revanche, sur Bron Nord, on sera plus proche des 2000 euros le mètre carré. Sur Terraillon, il y a quand même des transactions. Certains secteurs de ce quartier vont être restructurés. Certains biens sont déjà préemptés par la mairie et voués à la destruction.

La présence de nombreux axes autoroutiers est-elle, pour vous, un atout ?

C’est un atout, car l’accès rapide aux axes routiers fait partie des demandes récurrentes des futurs propriétaires. Les gens habitent Bron mais ne travaillent pas forcement à Bron. Ils ont donc besoin, pour se rendre sur leurs lieux de travail, d’avoir accès au périphérique ou à l’A43.

Ressentez-vous l’impact de la hausse des taux d’intérêts ?

Non, nous ne ressentons pas d’impact. Même si on en parle avec nos clients, et qu’ils en ont conscience, la hausse reste minime : les taux restent à des niveaux très attractifs. Nous avons de plus beaucoup de primo-accédants, qui bénéficient par ailleurs des nouvelles mesures liées au DPE et au PTZ+. Nous avons eu, dès janvier, des demandes sur ce type d’acquéreurs des demandes récurrentes sur les classements énergétiques. Nous avions par exemple un client très intéressé par un appartement qui a renoncé à son projet en apprenant que le bien était classé E et non pas D. Il y a, il est vrai, un gros impact sur le financement.

Sur le type de population qui vient s’installer sur Lyon, on a donc beaucoup de primo-accédants ?

On a beaucoup de familles, car il y a beaucoup de complexes scolaires sur Bron, et beaucoup de primo-accédants. En même temps, cela reste assez équilibré. Il y a beaucoup de maisons sur Bron, notamment sur Bron Eglise, et Bron Mairie, de part et d’autre de l’avenue Franklin Roosevelt. Le long du Boulevard Pinel, nous avons également des maisons de maître du début du siècle, qui se vendent entre 800.000 et 1 million d’euros.

L’aéroport de Bron est-il gênant ?

Il n’y a pas de gêne particulière. On ne voit pas et on n’entend pas les avions à Bron. A quelques très rares endroits, les avions passent un peu plus bas pour atterrir, et on pourrait peut-être être gêné, mais cela reste très limité.

Pour conclure, quels sont, pour vous, les principaux avantages à acheter sur Bron?

A mon sens, c’est l’environnement et la proximité de Lyon. Venir s’installer à Bron permet de se dégager des contraintes de circulation et de stationnement que l’on peut retrouver à Lyon, tout en restant proche du fait de l’accès au tramway et au métro Mermoz Pinel. L’intérêt réside également dans les prix qui sont aujourd’hui à des niveaux bien inférieurs à ceux de Lyon intra-muros.

(Photo: Wikimedia GNU-CC / Gilles Perréal et Wikimedia GNU-CC /Romainberth)

 

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix des maisons en hausse, avec des disparités géographiques

La Chambre des notaires du Rhône a dévoilé mardi son bilan 2018 sur les prix des biens dans la Métropole de Lyon et dans le département du Rhône. Le prix de vente médian des maisons anciennes dans la circonscription augmente et approche les 300.000€.


Immobilier à Lyon : une année 2018 satisfaisante en volume

La Chambre des notaires de Lyon présentait mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018. Notamment sur le front du nombre de ventes, qui sont restées très élevées.


Retrouvez la conférence des notaires sur l’immobilier


La Chambre des notaires du Rhône présente ce mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018.


Immobilier en Auvergne : des disparités entre départements

La Chambre interdépartementale des Notaires d’Auvergne va, dans une semaine, présenter le bilan 2018 de l’immobilier en Auvergne. Avant cela, ils ont communiqué les premières tendance des prix sur les grandes villes de la région.


Lyon : le marché reste nettement déséquilibré, selon LPI-SeLoger

Celui-ci a fait état mercredi d’une étude sur le marché immobilier lyonnais.


Immobilier : des prix contrastés dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires ont transmis cette semaine leur note trimestrielle sur les ventes immobilière dans l’ancienne région Rhône-Alpes.


Immobilier : hésitation en ce début d’année, selon les notaires

Immonot.com a, publié, comme tous les deux mois, son enquête nationale réalisée début janvier 2019.


Une activité immobilière assez soutenue en 2018 en Auvergne

La FNAIM a publié ce vendredi ses statistiques relatives à l’année 2018. Si les transactions ont légèrement augmenté, les prix sont eux, restés en repli.


« En 2019, nous ferons preuve d’une confiance prudente »

Christian Dosmas est le nouveau président de la FNAIM Auvergne. Nous évoquons avec lui l’activité du marché de l’agglomération de Clermont-Ferrand et sur les 4 départements de l’ancienne région.


Un volume de ventes inédit dans le Rhône et la Métropole en 2018

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM a présenté lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier dans la Métropole de Lyon.


Une activité immobilière encore au zénith en 2018, mais des craintes pour 2019

null
La FNAIM présentait ce mercredi son bilan sur l’année écoulée au niveau national sur le front de l’immobilier résidentiel. La hausse des prix est toujours aussi sensible à Lyon.


Immobilier : des prix enfin en hausse sur Saint-Étienne, flambée à Lyon

La dernière note de conjoncture des notaires de janvier fait état de hausses de prix majeures sur les deux métropoles, tandis que les prix baissent à Grenoble. La barre des 4.000 euros est atteinte dans l’ancien à Lyon.
» Auvergne-Rhône-Alpes : la part d’achats d’étrangers non résidents forte en Haute-Savoie


Auvergne-Rhône-Alpes : la part d’achats d’étrangers non résidents forte en Haute-Savoie

Selon une dernière étude des notaires de France, les acquéreurs étrangers sont, depuis un peu plus de deux ans, moins présents sur le marché immobilier français.


Vers des actions pour limiter la gentrification sur la Métropole de Lyon

Le président de la Métropole a, lors de ses voeux à la presse, indiqué vouloir entamer des actions sur la gentrification des villes-centre, afin d’éviter l’exode des familles.


Des prix de l’immobilier en hausse de 3,5%, selon LPI-Seloger

Les prix sont notamment en forte hausse à Lyon et Clermont-Ferrand.