Les prix du foncier rural à la hausse en 2010

La Fédération Nationale des Safer a indiqué hier avoir constaté un reprise des prix du foncier en milieu rural.

La Fédération Nationale des Safer a annoncé hier avoir constaté une reprise des prix du foncier rural l’an dernier. Le prix de la terre agricole a en effet atteint les 5 230 euros l’hectare, soit une progression de 1.9% qui fait suite à un repli de 0,4 % l’année précédente.

La reprise du marché immobilier s’est semble-t-il faite sentir sur le marché du foncier rural. La Fédération national des Safer note ainsi que les particuliers sont revenus l’an dernier sur les marchés des maisons à la campagne et des terrains à bâtir. Les investisseurs, quant à eux, sont revenus sur des valeurs refuge, comme les biens agricoles et forestiers, bâtis ou non bâtis.

La Safer note dans le même temps une contraction du marché agricole, c'est-à-dire la diminution des terres disponibles. Un phénomène qui s’explique notamment par la progression du fermage, la diminution des surfaces agricoles, l’extension urbaine et le développement des formes sociétaires en agriculture. De plus en plus, l’espace rural est ainsi voué à une fonction résidentielle, qui « prend le pas sur la fonction de production ». Pour la quatrième année consécutive, le marché de l’urbanisation (3,6 milliards d’euros) dépasse ainsi en valeur le marché agricole (3,4 milliards d’euros).

Un « gaspillage des terres »

De ce fait la Safer dénonce un « gaspillage des terres agricoles », alors même que la demande alimentaire, d’énergie « verte » et de biomatériaux, s’accroît. « La lutte contre le réchauffement climatique nécessite le maintien, voire le développement de la forêt » note la Safer, qui parle d’une niveau « critique » pour celle-ci. « Déjà, l’Europe, en bilan net, importe une production agricole équivalente à celle de 36 millions d’hectares, surface agricole dépassant celle de l’hexagone. Nous devons préserver notre potentiel agronomique. Il n’y a donc plus un hectare à perdre » juge ainsi la Safer. « Dans les zones d’extension urbaine, les propriétaires font de la rétention dans la perspective de plus-values » dénonce en outre la fédération des SAFER. Parallèlement, les agriculteurs diminuent leurs achats pour la seconde année consécutive.

Autre fait dénoncé par la SAFER : les plus-values immobilières, réalisées sur les terrains destinés à l’urbanisation et sur les bâtiments quittant l’usage agricole, et évaluées à 6 milliards d’euros, échappent « très largement au secteur agricole ». « Les agriculteurs n’en récupèrent que 4 à 6 %» indique-t-elle.

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.