Les prix du foncier rural à la hausse en 2010

La Fédération Nationale des Safer a indiqué hier avoir constaté un reprise des prix du foncier en milieu rural.

La Fédération Nationale des Safer a annoncé hier avoir constaté une reprise des prix du foncier rural l’an dernier. Le prix de la terre agricole a en effet atteint les 5 230 euros l’hectare, soit une progression de 1.9% qui fait suite à un repli de 0,4 % l’année précédente.

La reprise du marché immobilier s’est semble-t-il faite sentir sur le marché du foncier rural. La Fédération national des Safer note ainsi que les particuliers sont revenus l’an dernier sur les marchés des maisons à la campagne et des terrains à bâtir. Les investisseurs, quant à eux, sont revenus sur des valeurs refuge, comme les biens agricoles et forestiers, bâtis ou non bâtis.

La Safer note dans le même temps une contraction du marché agricole, c'est-à-dire la diminution des terres disponibles. Un phénomène qui s’explique notamment par la progression du fermage, la diminution des surfaces agricoles, l’extension urbaine et le développement des formes sociétaires en agriculture. De plus en plus, l’espace rural est ainsi voué à une fonction résidentielle, qui « prend le pas sur la fonction de production ». Pour la quatrième année consécutive, le marché de l’urbanisation (3,6 milliards d’euros) dépasse ainsi en valeur le marché agricole (3,4 milliards d’euros).

Un « gaspillage des terres »

De ce fait la Safer dénonce un « gaspillage des terres agricoles », alors même que la demande alimentaire, d’énergie « verte » et de biomatériaux, s’accroît. « La lutte contre le réchauffement climatique nécessite le maintien, voire le développement de la forêt » note la Safer, qui parle d’une niveau « critique » pour celle-ci. « Déjà, l’Europe, en bilan net, importe une production agricole équivalente à celle de 36 millions d’hectares, surface agricole dépassant celle de l’hexagone. Nous devons préserver notre potentiel agronomique. Il n’y a donc plus un hectare à perdre » juge ainsi la Safer. « Dans les zones d’extension urbaine, les propriétaires font de la rétention dans la perspective de plus-values » dénonce en outre la fédération des SAFER. Parallèlement, les agriculteurs diminuent leurs achats pour la seconde année consécutive.

Autre fait dénoncé par la SAFER : les plus-values immobilières, réalisées sur les terrains destinés à l’urbanisation et sur les bâtiments quittant l’usage agricole, et évaluées à 6 milliards d’euros, échappent « très largement au secteur agricole ». « Les agriculteurs n’en récupèrent que 4 à 6 %» indique-t-elle.

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.