Le pouvoir d’achat en baisse de 0.9% en 2012

L’Insee a publié ce matin des statistiques négatives concernant le pouvoir d’achat des ménages, lequel a flanché de 0.9% en 2012, contre 0.4% initialement annoncé.

Le pouvoir d’achat des français a reculé en 2012. Alors que l’Insee avait fait part, fin mars, d’une baisse de 0,4% de ce dernier, l’institut a réévalué son estimation, avec un recul de 0,9% de ce dernier l'an dernier. Dans le détail, le revenu disponible brut a augmenté de 0.9% (contre 2.7% l’an dernier, soit un ralentissement de 1.8 point). Mais dans le même temps, l’inflation était, elle, de 1.9%. D’où un tel solde négatif.

Pour l’institut national de la statistique, cette évolution négative du pouvoir d’achat, qui fait suite à une progression de 0,7% en 2011 et de 0,9% en 2010, tient notamment au « ralentissement des revenus d’activité et du patrimoine et à l’accélération des impôts courants » note l'institut dans son communiqué, qui précise qu’il faut ainsi remonter à 1984, pour retrouver une baisse supérieure (1,1%). Et même si les français ont puisé dans leur épargne -le taux d’épargne se replie d’une année sur l’autre- la consommation a logiquement été affectée, et flanche de 0,4% en 2012.

Les impôts, un facteur de hausse

Les impôts contribuent pour une part importante à ce repli du pouvoir d’achat. Les nouvelles mesures fiscales, votées avant et après les élections, ont ainsi fait progresser ce poste. L’Insee cite ainsi, pèle mêle « la désindexation du barème de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, la modification du régime de taxation des plus-values immobilières, la révision des modalités de déclarations de revenus (cas des mariages, Pacs et divorces), la hausse des taux de prélèvements sociaux sur les revenus du capital et l’instauration d’une contribution exceptionnelle sur la fortune ».

Inversement, les prestations sociales reçues par les ménages accélèrent en revanche (+ 4,0 % après + 2,8 %). Dans le détail, les prestations du régime général accélèrent du fait de la hausse structurelle des branches vieillesse (+ 4,1 %  après + 4,6 %), mais aussi de la hausse plus conjoncturelle de la branche famille (+3.2% après +0.3%), liée à la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire. Les prestations de l’Unedic sont quant à elles en nette progression (+ 5,2 % après - 0,4 %) du fait de la hausse du chômage.

Un patrimoine moins dynamique…

Le ralentissement du revenu disponible brut de 1,8 point (ce dernier a augmenté de 2.7% en 2011 puis de 0.9% en 2012) trouve également son explication dans des revenus du patrimoine eux aussi en ralentissement. Sur ce total de 1.8 point, la contribution des revenus du patrimoine atteint ainsi 0,8 point et celle des revenus d’activité atteint 0,7 point, celle des impôts courants sur le revenu et le patrimoine y contribuant à hauteur de 0,5 point. En revanche, les prestations sociales favorisent l’accélération du revenu, qui progresse de 0,4 point.

Les revenus de la propriété perçus par les ménages baissent fortement. Car si les intérêts nets sont bien orientés et dynamisés par la hausse du taux du livret A (+ 17 points de base en moyenne sur l’année) et de son plafond, les dividendes ont cru de manière plus modeste (+ 1,9 % après + 6,4 %), et les revenus tirés de l’assurance-vie sont eux, carrément en diminution (- 4,0 % après + 5,6 %). Un recul qui traduit le moindre rendement des placements des assureurs.

et une consommation en berne

Les dépenses de consommation ont pour leur part diminué de 0,4 % en euros constants (après + 0,5 %), ce qui constitue la deuxième baisse depuis l’après-guerre après celle de 1993 (- 0,2 %). Les dépenses en biens d’équipement ont ralenti (+ 4,2 % après + 6,8 %). Les autres postes sont, eux aussi touchés, comme les achats d’automobiles (- 7,0 % après + 0,6 %), les dépenses de services (+ 0,4 % après + 1,2 % en 2011) ou encore les dépenses en hébergement-restauration se replient (- 1,5 % après + 1,3 %).

Seules les dépenses en énergie-eau-déchets (notamment le gaz et l’électricité pour le chauffage) ont progressé de 5,2 % du fait d’un hiver plus rigoureux qu’en 2011. De la même manière, les dépenses des administrations publiques progressent de 1,4 % en euros constants (après + 0,4 %), du fait d’un retour à la normale des livraisons de matériels militaires.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.