Immobilier: les jeunes ménages empruntent sur des durées plus longues

Les jeunes ménages s’endettent pour des durées plus longues qu’en 2005, selon l’INSEE.

L’emprunt s’étale toujours plus longtemps dans le temps pour les jeunes ménages, selon l’INSEE. Alors qu’ils empruntaient sur une durée de 20 ans en moyenne en 2005 pour un achat immobilier, les ménages de moins de 30 ans le faisaient en 2011 sur une durée de 25 ans. Une évolution qui s’explique par l’inflation des actifs immobiliers ( le prix de l’immobilier a augmenté de 29% sur la période) alors même que les revenus augmentaient de façon moins rapide (12%). Ce qui explique que les ménages ont « dû accroître leur montant d'endettement plus fortement » note l’INSEE, avec un montant total de l’endettement à l’habitat passant de de 442 milliards d'euros début 2005 à 800 milliards fin 2011.

Cette hausse de la durée d’emprunt est également visible pour des ménages un peu plus âgés. Pour les ménages âgés de 30 à 39 ans, la durée de remboursement a augmenté de quatre ans, de 16 à 20 ans. A l’inverse, elle a reculé de 2 ans, de 12 à 10 ans pour les 60-69 ans, et de 3 ans - de 8 à 5 ans - pour les 70 ans et plus.

Impact limité sur le niveau de vie

Mais les prêts à l’habitat ne sont pas de même nature pour les ménages les plus âgés, servant plus à de gros travaux qu’à des achats immobiliers en tant que tel. Les ménages « s’endettent désormais plus souvent pour financer de gros travaux plutôt qu’une acquisition. Les prêts pour de gros travaux sont en général des emprunts plus courts » note l’INSEE.

Sur le niveau de vie des ménages, on note toutefois un impact limité, les ménages endettés à l’habitat disposant « d’un niveau de vie plus élevé que l’ensemble de la population, contrairement aux ménages endettés pour la consommation » note l’INSEE. Le remboursement représente toujours 20% du revenu, une part stable par rapport à 2005. Par ailleurs, la part de l’endettement en représentation de la valeur totale du bien acheté est en effet toujours la même : autour de 10%.

« Les ménages endettés uniquement à la consommation disposent en moyenne d’un revenu disponible de 32 400 euros et d’un niveau de vie de 20 400 euros en 2011, tandis que les ménages endettés uniquement à l’habitat ont en moyenne un revenu disponible de 50 100 euros et un niveau de vie de 29 200 euros » note l’INSEE.

En outre, au regard du patrimoine brut détenu le rapport de l’endettement a peu évolué depuis le début des années 2000, oscillant entre 10% et 11 %. Et de la même manière, « le rapport entre la masse d’actifs immobiliers détenus par les ménages et leur endettement pour l’habitat reste stable, autour de 11 %. Ainsi, l’accroissement de la valeur des logements compense l’alourdissement de l’endettement des ménages sur la période » indique l’INSEE.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Je ne vois pas où est le problème: il est normal que les jeunes morflent et apprennent la vraie vie, et que nous retraités, profitons pleinement de notre douce retraite au soleil amplement méritée! Allez y les petits jeunes! Payez dur et ramenez nous le blé!

Signaler un abus

Et le camping car alors? Il ne va pas se financer tout seul.

Signaler un abus

De toute façon, les jeunes de la nouvelle génération ne sont que des fainéants.
Ils disent qu’ils ne trouvent pas de travail, mais on sait tous qu’ils préfèrent perdre leur temps sur les Internets.
A mon époque on allait à la mine et à l’usine, nous !
Ils n’ont que ce qu’ils méritent!
Nous on mérite bien notre villa au Maroc…

Signaler un abus

Vous à l’usine et à la mine Christiane? votre mari vous voulez dire, et encore… aghahhaa je suis sur que vious etes du genre femme au foyer gueularde (il a du morfler votre mari… ahaha), a passer des heures chez les coiffeurs et a collectionner les gardes robes et le sac à main!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


Surendettement : baisse du nombre de nouvelles situations dans le Rhône

Le secrétaire général adjoint de la préfecture du Rhône et le directeur régional de la Banque de France ont visité ce mardi un «Point conseil budget» situé dans le 7ème arrondissement de Lyon.


La production de crédit immobilier de la Banque Populaire AURA a crû en 2020

L’institution financière régionale a présenté ce lundi ses résultats trimestriels. La Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes a tenu le choc en 2020, et a été très active sur le front des PGE.


Autorégulation du courtage : les entités de la CNCEF saluent le texte

La CNCEF Assurance et la CNCEF Crédit saluent l’adoption définitive de la loi.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


« On est dans un contexte d’augmentation du prix du risque »

Nicolas Bouzou est le directeur du cabinet d’études économiques et de conseil Asterès. Nous l’avons récemment interrogé sur le mouvement de hausse des taux obligataires en Europe et aux Etats-Unis.


«Des phases d’ajustement par paliers»

Ronan Blanc est gérant de portefeuille obligataire chez La Financière Arbevel. Nous évoquons avec lui les récents mouvements sur les marchés de taux.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


L’évolution des marchés de taux, un« nuage noir » à surveiller

nullEmprunt Direct a fait état de son baromètre mensuel sur Auvergne-Rhône-Alpes. S’il observe une stabilisation des taux de crédit immobilier, les contraintes prudentielles et l’évolution des marchés de taux sont, pour lui, deux éléments à scruter.


Hausse de la production de crédit à l’habitat en 2020

null
La Banque de France a fait état de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Celle portant sur le mois de décembre dresse un bilan plutôt positif de l’année écoulée, pourtant marquée par deux périodes de confinement.


Aide au logement : Foncia et Action Logement s’engagent

Les deux entités s’unissent pour faciliter l’accès et le maintien dans le logement des salariés du secteur privé, grâce aux aides et aux services proposés par Action Logement.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.