La plainte de l’UNPI auprès de l’Europe critiquée par l’USH

La plainte de l’UNPI contre les aides d’Etat au logement social public français est vivement critiquée par l’Union sociale pour l’habitat, qui rappelle que la Commission européenne n’est pas compétente en l’état.

L’UNPI a hier rappelé lors d’une conférence de presse qu’elle avait porté plainte contre les aides d’Etat au logement social public français. Par ce biais, l’Union des propriétaires immobiliers souhaite notamment que les exceptions et subventions pour le parc locatif public bénéficient effectivement aux plus démunis, qu’il y ait plus de transparence sur l’utilisation des fonds publics, et que les aides soient limitées au réel coût net occasionné par un véritable service d'intérêt économique général (SIEG). La plainte de l’UNPI porte sur la non-conformité des aides publiques avec les règles européennes pour les SIEG.

Pour l’UNPI, les subventions -ensemble des avantages, directs ou indirects, provenant de l’Etat, des collectivités territoriales éventuellement via des organismes publics- sont interdites sauf dans le cas des SIEG qui bénéficient d’une dérogation. Or le montant des aides de SIEG serait bien plus élevé qu’annonce par le gouvernement : 31.5 milliards selon une estimation de l’UNPI, contre 6.4 milliards annoncés. Pour l’UNPI, « La réponse française et les comptes officiels ne mentionnent que les SA de HLM et les OPH » oubliant près d’un tiers du secteur, soit 249 organismes, notamment les SEM, les coopératives ( + 16% des logements des organismes HLM).

« Instrumentalisation » selon l’USH

Pour l’Union des propriétaires présidée par Jean Perrin, moins de 1% des constructions neuves sont depuis 10 ans, en PLAI (destiné à la population la plus défavorisée bénéficiaire des logements les plus sociaux), une réquisition étant en outre annoncée tous les ans par le Ministère pour les personnes les plus défavorisées qui restent l’hiver sans logement. Aussi, le SIEG, serait, selon l’Union, pas assuré.

Mais pour l’Union Sociale pour l’habitat, la plainte tient de « l'instrumentalisation du droit européen par l'UNPI à des fins idéologiques ». Pour elle, la Commission européenne n’est pas compétente pour définir le rôle et le champ d’intervention du logement social en tant que service public. Le Traité de l’Union européenne reconnaît aux États membres la pleine compétence à définir ce type de service public. Il appartient donc au législateur français de définir le rôle du logement social en France, notamment en termes de mixité sociale et de diversité de l’habitat ».

L’USH indique travailler avec la commission et l’Etat sur « l’application des mesures nécessaires à la vérification de l'absence de toute « surcompensation » soit un éventuel niveau d'aide publique supérieure à 100% des coûts nets de construction, de gestion et de rénovation des logements sociaux.

Selon l’USH, les premiers contrôles effectués par la Commission et les autorités françaises compétentes sur des projets cofinancés par l'Europe (Feder), « ont confirmé l'absence de toute surcompensation ». Selon Jean-Louis Dumont, président de l'Union sociale pour l'habitat, qui n’hésite pas à parler de « démarche socialement inconséquente », «derrière la question du logement social, c'est le modèle français que l'on attaque ». Selon lui, le logement social « fait partie intégrante de notre pacte social. Je constate que beaucoup de pays et de citoyens européens envient aujourd'hui notre système » note-t-il.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Jazz » a été bien accueilli aux Minguettes

null
Lyon Métropole Habitat, office public de l’habitat métropolitain, a lancé le week-end dernier son nouveau programme d’accession sociale à la propriété dans ce secteur de Vénissieux.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


Une première opération «Action Coeur de Ville» livrée à Roanne

Localisée non loin de la gare, celle-ci a été inaugurée à la mi-juillet par le maire de Roanne, le sous-préfet et les représentants d’Action Logement.


«La crise ne remet pas en cause l’idée de développer le tram, les télécabines et les bus»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les transports, le renouvellement urbain, et les changements à venir dans le quartier de la Part-Dieu.


Une nouvelle résidence seniors à la Croix-Rousse

Lyon Métropole Habitat a ouvert cette résidence qui a accueilli ses locataires ce mercredi.


L’Autre Soie : début de la pose des habitats modulaires


Ces derniers sont destinés à accueillir les familles hébergées au centre d’hébergement d’urgence.


Fin de la trêve hivernale

Avant la fin de la trêve hivernale induite par la fin de l’urgence sanitaire, la nouvelle ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon, a reçu jeudi les associations du secteur de l’hébergement d’urgence et du logement adapté.


La CGL s’inquiète de la séparation entre les ministères du Logement et celui de la Ville

Le fait que le logement soit désormais séparé de la politique de la ville inquiète profondément la Confédération Générale du Logement.


Cédric Van Styvendael, nouveau maire de Villeurbanne


Le nouveau conseil municipal de la ville se réunissait ce samedi.


Convention entre Est Métropole Habitat et APF France handicap


Ce partenariat porte sur la future résidence Anatole France.


Action Logement lance Enéal, une foncière dédiée aux EHPAD

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement volontaire conçu au printemps 2019.


Alila a réalisé 611 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019

Le groupe a fait part de ses résultats financiers annuels. 7.519 logements ont réservés l’an dernier.


Une nouvelle aide pour les salariés fragilisés par la crise

Le ministère chargé de la Ville et du Logement et Action Logement proposent aux salariés fragilisés par la crise une aide pour payer leur loyer ou leur crédit immobilier.


Crédit Logement garantit désormais le bail réel solidaire


Le spécialiste de la garantie du prêt immobilier soutient l’accession à la propriété en étendant désormais la garantie du BRS, outil de l’accession abordable via la dissociation du foncier et du bâti.


La Métropole crée un fonds d’urgence pour les impayés de loyers


Ce dispositif, doté de 1,3 millions d’euros, doit permettre à la collectivité de prendre en charge 50% à 100% d’un loyer ou d’échéances impayés pour les ménages modestes, locataires ou propriétaires.