Lyon: stabilité des prix de l’immobilier affichés

Selon le dernier baromètre des prix de l’immobilier à la mise en vente publié par Seloger.com, les prix affichés s'affichent en hausse sur 3 mois en février.

Les prix de l’immobilier à la mise en vente ont légèrement progressé à Lyon sur les mois de décembre à février. « Après avoir baissé en 2012, les prix ont beaucoup mieux résisté depuis 1 an ». Telle est, dans son dernier baromètre, la dernière analyse de Roland Tripard, président du directoire du groupe SeLoger. Les prix n’ont en effet perdu que 1% sur 1 an à Lyon. Il indique en revanche que, dans les principales villes de région, « la tendance observée au cours des 3 derniers mois est la même. Les prix affichés n’ont pas évolué et les prix de vente devraient donc rester stables sur le second trimestre ».

Selon le site d’annonces, une stabilité des prix des transactions devrait ainsi être observée durant les 4 prochains mois, avec toutefois des différences entre micros marchés, notamment entre les zones tendues et le reste du pays. Pour le dirigeant, « le reste de la France est très contrasté et les nouvelles sont nettement moins bonnes pour certaines villes comme Castres, Nancy et Vénissieux ». Sur cette dernière ville, les prix ont enregistré une baisse de 3% sur un an, et de 2.1% sur 3 mois.

Sur Lyon, les prix ont peu évolué de décembre à février, avec une hausse des prix de 0.3%. Par arrondissement, on remarque toutefois des évolutions plus marquées sur 3 mois, avec une hausse de 2.4% dans le premier arrondissement, mais une baisse de 2% sur Lyon 9ème. Sur un an, les prix affichés ont ainsi reculé de 5.7% dans le neuvième arrondissement, et ont baissé de 2.2% dans le deuxième arrondissement. Ils ont en revanche augmenté de 1.1% dans le premier arrondissement.

Dans les autres villes de Rhône-Alpes, on observe une hausse des prix affichés de 1.3% sur un an à Annecy (3863 euros) et Villeurbanne (+0.1%), et une baisse sur Grenoble (-3%), et sur Chambéry (-5.3%).

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Après la baisse des prix des biens immobiliers en 2012, le marché immobilier lyonnais s’est stabilisé en 2013 et devrait continuer sur la même lancée en 2014 de manière contrastée avec de légères hausses ou de légères baisse selon les arrondissements avec leur disponibilité en foncier non bâti et les projets de rénovation urbaine actuels ou projetés. Dans cette optique pour l’investisseur particulier il y a des perspectives intéressantes de placement défiscalisé dans l’immobilier locatif (http://www.dispositif-loiduflot.org/investissement-duflot/). Pour une opération d’investissement bien réfléchie, le niveau de rentabilité dans le logement locatif à loyer intermédiaire est attractif.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.