« Les vendeurs ont une culture du prix erronée »

Gilles Vaudois est directeur de plusieurs agences Laforêt, dont une située à Villeurbanne. Il nous parle des principales tendances de l’immobilier dans ce secteur.

Quelle est votre perception quant au marché immobilier de Villeurbanne ?

Le marché est à peu près étale par rapport à l’an dernier. Nous souffrons, sur la première couronne dont Villeurbanne fait partie, d’un manque de primo-accédants sur les biens des années 70. Nous avions jusqu’ici sur Villeurbanne deux marchés principaux. D’abord les primo-accédants qui ne pouvaient pas acheter dans le 3ème ou dans le sixième, et qui se reportaient sur Villeurbanne. Et puis les particuliers investisseurs cherchant à se faire un complément de retraite en achetant un bien sur Villeurbanne pour le louer. La loi Duflot a eu un effet négatif sur ces derniers, avec la perspective de blocage des loyers. Le recul des primo-accédants est lui assez net. Les ventes réalisées sur Villeurbanne le sont à des secundo-accédants.

L’autre problème que l’on rencontre sur Villeurbanne concerne la difficulté qu’ont les vendeurs à faire baisser leurs prix. La raison de cette difficulté est assez simple : les prix ont augmenté assez tardivement par rapport à Lyon, en 2006-2007. Beaucoup de programmes neufs étaient en livraison, et nombre de vendeurs ont pris leurs références par rapport aux prix du neuf. Dans les années 2008-2009, on a construit moins de programmes neufs sur Villeurbanne. Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Seuls les biens rares trouvent preneurs, ce qui masque la réalité de la baisse effective des prix.J’en profite pour conseiller aux acheteurs de choisir les biens en vente dans deux ou trois agences car les biens en exclusivité sont bien moins négociables car ces agences ne vendent qu’avec leur commission maximales et ne sont pas pressées vu l’absence de concurrence.Dans ce cas seul les propriétaires font (éventuellement) l’effort.

Signaler un abus

ça a le mérite de la franchise. Ce qui prouve que les agents ont également intérêt à la transaction. Avec une offre qui se caractérise par de prix trop hauts, le compromis ne se signe pas, il n’y a pas de visites… Il faut que les vendeurs intègrent qu’ils doivent demander des prix plus bas.

Signaler un abus

Et qui leur a donné cette culture, si ce n’est les agents immo qui ont tout fait pour favoriser cette hausse des prix???

Maintenant que le marché se bloque ils crient au feu !!

C’ est l’arroseur arrosé.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


Prix de l’immobilier en hausse dans plusieurs départements de la Région


Dans l’ex-région Rhône-Alpes, les volumes et les prix sont, selon les notaires, en forte hausse, notamment à Lyon et dans la circonscription départementale du Rhône.


Lyon : une année 2019 très dynamique dans l’immobilier ancien

La Chambre du Rhône a dévoilé des premiers chiffres à l’occasion de la présentation vendredi par le CECIM des chiffres du logement neuf dans la Métropole de Lyon.


L’activité du marché immobilier à des sommets en 2019 dans le Rhône et à Lyon


Les prix des appartements ont progressé, l’an dernier, de 5,7% à Lyon et de 6,8% dans le Rhône.


«La clé en 2020 sera la politique bancaire au premier trimestre»


Jean-Marc Torrollion est le président de la FNAIM. Présent jeudi aux vœux de la Chambre du Rhône, nous l’avons interrogé sur la dynamique à venir du marché immobilier en 2020.


Immobilier: les ventes demeurent à un niveau élevé en Rhône-Alpes


Les notaires de Rhône-Alpes ont fait part en début de semaine dernière de leur note de conjoncture sur les marchés immobiliers de l’ex-Région.


Immobilier ancien : des prix et une activité au plus haut à Lyon


La FNAIM faisait ce lundi un point semestriel sur l’activité du marché immobilier dans la Métropole et le département du Rhône.


Les prix des maisons en hausse, avec des disparités géographiques

La Chambre des notaires du Rhône a dévoilé mardi son bilan 2018 sur les prix des biens dans la Métropole de Lyon et dans le département du Rhône. Le prix de vente médian des maisons anciennes dans la circonscription augmente et approche les 300.000€.


Immobilier à Lyon : une année 2018 satisfaisante en volume

La Chambre des notaires de Lyon présentait mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018. Notamment sur le front du nombre de ventes, qui sont restées très élevées.


Retrouvez la conférence des notaires sur l’immobilier


La Chambre des notaires du Rhône présente ce mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018.


Un volume de ventes inédit dans le Rhône et la Métropole en 2018

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM a présenté lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier dans la Métropole de Lyon.


Immobilier : des volumes de vente toujours élevés selon les notaires

À fin juillet 2018, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé, avec 950.000 ventes réalisées au cours des douze derniers mois. Dans la région, les dynamiques de prix sont très contrastées.


Des prix plutôt en baisse pour les appartements de Rhône-Alpes

Les notaires de France ont fait état de leur dernière note de conjoncture immobilière dans l’ex-région.


Les prix ont augmenté de 3,7% dans la Métropole de Lyon en 2017

null
La Chambre des notaires a fait part ce lundi de son traditionnel bilan annuel en matière d’immobilier dans le Rhône et la Métropole. Les prix ont fortement progressé dans certaines villes comme Lyon et Tassin.


Revivez la présentation de l’observatoire 2017 des notaires du Rhône

Les notaires du Rhône présentent ce matin leur bilan 2017 en matière d’immobilier.