Prix de l’immobilier : -0.1% à Lyon en 2014 selon LPI – Seloger

Le baromètre annuel LPI – Seloger a été publié mercredi.

Les prix des logements anciens ont reculé de 0.4% en France, à 3211 euros le m² selon le dernier baromètre LPI-Seloger. Selon cet indicateur, qui compile des données brutes (non corrigées des variations saisonnières) en provenance d’un échantillon de 2000 agences, on constate en Rhône-Alpes une quasi-stagnation des prix, avec une progression de 0.1% de ces derniers, à 2908 euros le m². En Ile de France et en PACA, les prix sont encore plus élevés : 4710 euros le m² (-0.2%) et 3393 euros le m² (-0.6%).

A Lyon, les prix ont reculé, selon lui, de 0.1% à 3852 euros le m2. La baisse a été plus importante pour Villeurbanne : 2964 euros du m², soit un repli de 1.5%. Mais cette décrue reste malgré tout sans commune mesure avec celle observée à Grenoble (-3.3% à 2673 euros du m²) et à Saint-Etienne (-9.7% à 1336 euros).

Par département, on constate que le Rhône fait partie des départements les plus chers de la Région, avec un prix de 3233 euros le m². C’est plus que la Savoie (3199 euros) mais moins que la Haute- Savoie (3493 euros). L’Ardèche et la Drome sont à l’inverse les départements aux prix les moins élevés dans l’ancien. Au niveau national, Paris est le département aux prix les plus élevés, à 8413 euros. Pour les maisons, on constatera que les prix au niveau national, s’établissent en moyenne à 2864 euros le m².

Baisse des prix dans le neuf

L’Observatoire indique également que le prix des logements neufs diminue de 1%, à 3655 euros le m2. Une situation également constatée en Rhône-Alpes, avec une baisse des prix de l’ordre de 0.9% à 3685 euros. En PACA, les prix reculent de 0.6% à 3899 euros et en Ile de France, ils baissent de 1.7% à 4545 euros le m².

L’activité a, elle, reculé sur un an glissant, de 2.8%, selon l’Observatoire. « c’est bien dès le début du printemps que la conjoncture du marché s’est altérée. Et depuis la fin de l’été, le marché retrouve de la vigueur » indique l’Observatoire. Sur le front des compromis, il note que près de 45 % des compromis sont signés de mars à juillet (pics en juin et juillet avec 19 %) et 28 % le sont de septembre à novembre (pic en octobre avec plus de 10 %). Il existe ainsi une amplitude de 50% entre les mois creux (janvier, février, août et décembre) et les pics de juillet et octobre.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Les prix de l’immobilier en hausse de 0,5 % à Lyon selon Meilleursagents

null
Le spécialiste de l’estimation immobilière a fait part de son baromètre national mensuel des prix de l’immobilier.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Les prix des logements anciens accélèrent en France et à Lyon

null
Les indices Notaires-INSEE ont été publiés ce vendredi par l’institut national de la statistique.