Crédit immobilier : les banques baissent encore leurs taux

Les baromètres dévoilés par différents courtiers font état d’une nouvelle baisse des taux ces dernières semaines.

Les taux poursuivent leur repli, avant le premier temps fort habitat, qui commence ce mois. Les courtiers en crédit immobilier ont tour à tour publié leurs baromètres, et un même constat est tiré : les taux poursuivent, sans faillir, leur mouvement de baisse.

Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com, note que « les taux des crédits aux particuliers ont continué à baisser dans le courant du mois de février, les taux moyens enregistrant des baisses comprises entre 0,15% et 0,20% selon les durées ».

« Les plus fortes baisses sont donc enregistrées sur le 15 ans et le 25 ans avec des moyennes inférieures de près de 0,20% par rapport au mois dernier » selon elle. Les taux moyens s’établissent à 2,17% sur 15 ans, 2,47% sur 20 ans et 2.74% sur 2,74% sur 25 ans, et le baromètre affiche au global un repli de 0,19% par rapport à janvier. Une baisse des taux vue par Meilleurtaux comme « un signal très fort envoyé aux candidats à l’acquisition ».

Nouveaux plus bas

Emprunt Direct constate également une baisse marquée sur les premiers barèmes de mars. Pour une grande majorité des dossiers, le repli s’est, selon lui, élevé à 10 points de base par rapport aux taux communiqués début février par les banques. «Ceci a eu pour conséquence d’enfoncer, une fois de plus, les plus bas historiques de taux déjà observés en février » relève l’intermédiaire, qui indique que, depuis la fin 2014, les baisses vont jusqu’à 30 points de base pour plusieurs maturités.

Pour Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct, avec ces baisses, « les établissements préparent activement le premier temps fort de l’année immobilière, qui débute ce mois». Il note que également que ces ajustements à la baisse sont généraux : ils profitent selon lui « à tous les profils d’acquéreurs, et pas uniquement aux emprunteurs disposant d’un excellent dossier ».

Une volonté de prêter intacte

La baisse des taux sur les prêts de longue durée, comme le 25 ans, pourrait peut-être profiter aux primo-accédants, les plus friands de ces maturités. Car, sur le segment de la primo-accession, l’attentisme des acteurs est palpable : en janvier et février 2015, la part des primo-accédants a fortement chuté, note Vousfinancer.com. « Les primo-accédants ne représentent actuellement que 25 % de nos clients, contre 35 % en 2014 » note Jérôme Robin, président et fondateur du courtier. « Cela est lié notamment à la forte hausse des demandes de renégociations de crédit qui constituent aujourd’hui 40 % des dossiers de prêts, contre 21 % en 2014 » indique le dirigeant.

Pourtant, du côté de l’offre de crédit, la volonté de prêter est intacte, selon le président de Meilleurtaux, Hervé Hatt, qui indique que celle-ci «reste très forte, avec des décotes importantes fréquentes. Une grande enseigne propose ainsi du 2,30% sur 25 ans avec une décote supplémentaire possible de 0,20% dans certaines régions quand une autre affiche 2,40% sur 25 ans quel que soit le profil» souligne-t-il.

Le problème viendrait donc plutôt de la fébrilité de la demande. «Il est certain que dans le contexte actuel, avec un taux de chômage élevé et 90 % des embauches en CDD ou en interim, beaucoup de particuliers diffèrent leurs achats. Le manque de dynamisme du marché immobilier relève donc davantage d’un manque de confiance en l’avenir que d’un problème de solvabilité » note Sandrine Allonier, responsable des relations banques de Vousfinancer.com.

» Les taux à Lyon et en Rhône-Alpes






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.