Immobilier : il faut attendre 13 ans pour que l’achat soit intéressant à Lyon

L'achat immobilier est intéressant au bout de 13 ans à Lyon, et de 4 ans à Villeurbanne, selon le courtier Meilleurtaux.com.

Meilleurtaux.com a publié aujourd'hui la seconde édition de son étude portant sur l'opportunité d'acheter ou de louer, suivant les cas. Une étude qui prend en compte, pour l’achat, le prix au m², les taux d’intérêt de l’emprunt, la taxe foncière, et pour la location, le montant des loyers et du rendement de l’argent placé qui aurait été consacré à l’apport personnel en cas d’achat.

Globalement, la rentabilité d’un achat immobilier varie selon la surface, avec un intérêt d'autant plus grand pour l’achat par rapport à la location que la surface est importante. L'acquisition est ainsi rentable au bout de 17 ans pour 30 m² (2 années de moins qu’en 2014), et de 4 ans pour un 70 m² (1 année de moins qu’en 2014).

Pour Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com, « principalement sous l’effet de la baisse des taux d’emprunt intervenue entre fin 2014 et courant 2015, l’achat effectué cette année se révèle intéressant plus rapidement que celui réalisé l’an passé à un taux plus élevé ».

Mais des différences sont notables selon les villes. Si l'achat d'un 70 m² est rentabilisé au bout de 4 ans en moyenne, il l'est au bout d'un an au Havre, mais de 14.5 à Paris, et 16 à Boulogne-Billancourt. Lyon fait partie des villes où il faut attendre le plus longtemps pour que l'achat soit intéressant : 13 ans. Ce n'est pas le cas pour Villeurbanne, qui est exactement dans la moyenne française (4 ans).

« 70 m² se révèle plus intéressante que la location d’une surface équivalente, les écarts d’une ville à l’autre sont considérables. Nous trouvons par exemple aux deux extrémités du classement, Le Havre, où l’achat se révèle plus intéressant que la location dès la première année, et Boulogne-Billancourt, où il faudra attendre 16 ans » conclut Maël Bernier dans son communiqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.