L’INSEE publie une étude sur les conditions de logement

Une étude de l’INSEE publiée mardi 21 février constate qu’une majorité de Français est propriétaire de son logement. Mais l’accès à la propriété est devenu, ces dernières années, plus difficile.

L’Insee a publié mardi 21 février une étude portant sur les conditions de logement en France. L’occasion pour l’institut statistique de faire un point sur l’accès au logement par les français. L’un des enseignements centraux de l’étude est en effet que l’accès à la propriété recule depuis la crise de 2008. L’année 2013 a, en cela, marqué un point bas du taux d’accès à la propriété. Cette année-là, seulement 11,4 % des ménages qui n’étaient pas propriétaires durant les 4 ans précédents sont devenus propriétaires. Soit un nadir depuis 1996. Ce taux était de 13,4 % en 2006.

Endettement

La France de propriétaires rêvée par certains hommes politiques apparait donc toujours comme un horizon lointain. En 2013, la part des ménages propriétaires de leur résidence principale se montait à 57,9 %. Le nombre de propriétaires augmente donc toujours, mais cette progression est bien moins rapide qu’auparavant. L’une des raisons de cette moindre augmentation est sans doute à trouver du côté de la hausse du coût d’achat de sa résidence principale. Il fallait en 2013 4,7 années de revenus, contre 3,4 années 10 ans auparavant. Les prix des logements anciens ont en effet augmenté de 150% entre 1996 et 2016, alors que, dans le même temps, le revenu disponible brut par ménage ne progressait que de 40%.

Conséquence logique : le recours à l’emprunt est donc, de plus en plus, pour les candidats à l’accession un passage obligé. 8 achats immobiliers sur 10 se font en effet à crédit. En nombre d’années de revenus, les accédants empruntent davantage qu’il y a 10 ans. Le montant de l’emprunt atteint en effet 3,5 années de revenus sur la période 2009-2013, alors que ce ratio s’élevait seulement à 2,4 ans sur la période 1998-2001. Parallèlement, la capacité d’achat à crédit a nettement augmenté dans les 30 dernières années, à la faveur d’une baisse des taux d’intérêts et d’un allongement des maturités d’emprunt. Par ailleurs la part de l’apport personnel et de plus en plus importante. L’apport se montait à 15% au début des années 80. Il est désormais, au minimum, de 25%.

Des locataires

L’autre volet de l’étude concerne les locataires. Ces derniers sont plus pauvres qu’auparavant : on compte désormais 42% des ménages les plus modestes au sein des locataires, contre 25% en 1984. La hausse des loyers explique en partie ce fait, ceux-ci ayant fortement augmenté depuis le début des années 80 alors même que l'on assistait à une stabilisation du revenu moyen. On observe d’ailleurs que 10 % des ménages les plus pauvres sont à 74 % locataires, une proportion qui n’était que de 50 % en 1973.

L’étude montre par ailleurs une part toujours plus importante de demandeurs de logement social. En 2013, la part des ménages demandeurs d’un logement social depuis plus d’un an s’élevait à 49,4 %, contre 35,9 % en 1996.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.