Jacques Mézard a lancé mardi le plan “Action Coeur de Ville”

222 villes pourront bénéficier de ce plan national, qui vise à améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et à conforter leur rôle de moteur de développement du territoire.

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, était ce mardi à Châtellerault, dans la Vienne, pour lancer son grand plan “Action Coeur de Ville”. Il a ainsi annoncé les 222 villes retenues qui pourront bénéficier de ce plan national.

En Auvergne-Rhône-Alpes, on trouve un nombre important de villes concernées par ce plan. Sept préfectures de département de la région font ainsi partie de cette liste, à savoir Valence, Privas, Aurillac, Bourg-en-Bresse, Chambéry, Le Puy-en-Velay ou encore Moulins. On trouve également plusieurs sous-préfectures, à savoir Roanne, Vienne, Montbrison, Riom, Issoire, Montluçon, Thiers, Vichy et Montélimar. Sont également concernées d’autres villes, à savoir Ambérieu-en-Bugey, Annonay, Aubenas, Bourgoin-Jallieu, Oyonnax, Romans-sur-Isère, Rumilly, Tarare et Voiron.

« J’ai la conviction que les villes moyennes sont un vecteur essentiel de développement de nos territoires. Elles concentrent 23% de la population française et 26% de l’emploi. Leur vitalité est indispensable car elle profite à l’ensemble de leur bassin de vie, et plus largement aux territoires urbains et périurbains environnants. Le cœur de ville, dans toute la diversité du tissu urbain français, est le creuset où se noue à la fois la vie civique, la vie économique, la vie sociale. Comme cela est fait dans le domaine de la politique de la ville avec le doublement du financement de 5 à 10 milliards d’euros, une action forte était indispensable pour les villes moyennes et leurs intercommunalités », a indiqué Jacques Mézard dans un communiqué.

Pour le ministre de la Cohésion des territoires, « dès aujourd’hui, les communes peuvent engager la démarche, et mettre en œuvre leurs premières actions. Les partenaires de l’Etat, Caisse des dépôts, Action logement et Agence nationale de l’habitat se sont mobilisés de concert pour être prêts à des financements conséquents au service des projets». D’autres partenaires, publics et privés, pourront s’investir dans ce programme, auprès des communes retenues.

Double ambition

Le programme répond à une double ambition, à savoir l’amélioration des conditions de vie des habitants des villes moyennes et la volonté de conforter leur rôle de moteur de développement du territoire.

L’ensemble du bassin de vie, y compris dans sa composante rurale, bénéficie d’un dynamisme présent dans le coeur des ville moyennes. Ce programme a été élaboré en concertation avec l’association “Villes de France”, les élus locaux et les acteurs économiques des territoires. Il “vise à faciliter et à soutenir le travail des collectivités locales, à inciter les acteurs du logement, du commerce et de l’urbanisme à réinvestir les centres villes, à favoriser le maintien ou l’implantation d’activités en cœur de ville, afin d’améliorer les conditions de vie dans les villes moyennes”, indiqué le ministère.

Chaque convention reposera sur 5 axes structurants. Elle visera ainsi à assurer cette revitalisation, à savoir une offre attractive de l’habitat en centre-ville, en passant de la réhabilitation à la restructuration. Elle visera également à favoriser un développement économique et commercial équilibré, mais aussi à développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions, à mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public et le patrimoine, et à fournir l’accès aux équipements et services publics.

L’appui aux projets de chaque commune repose sur des cofinancements apportés par les partenaire, avec plus de 5 milliards d’euros mobilisés sur 5 ans, dont 1 milliard d’euros de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 millions d’euros en prêts, 1.5 milliard d’euros d’Action Logement et 1,2 milliard d’euros de l’Anah. D’autres ressources pourront venir compléter ces enveloppes de crédits.

Gouvernance partenariale

La gouvernance du programme est également partenariale et est d’abord locale. Le programme est mis en œuvre avec les collectivités territoriales en fédérant les partenaires, nationaux comme locaux : le maire, en lien avec le président de l’intercommunalité, pilote la réalisation des actions et préside le comité de projet installé dans sa commune. Parmi les autres acteurs, on trouve les partenaires régionaux et locaux, publics et privés, qui agiront concrètement dans les périmètres définis dans la convention, par des investissements nouveaux et/ou un renforcement de leurs interventions . Le préfet de département coordonne les services et mobilise les moyens de l’État pour le projet. Il assiste au comité de projet au sein de chaque commune et signe la convention pluriannuelle. Enfin, le préfet de région, les représentants régionaux des partenaires et le représentant du conseil régional forment le comité régional d’engagement. Pour sa part, le Commissariat général à l’égalité des territoires coordonne l’ensemble du dispositif. Il anime le comité technique national (ministères et partenaires) et le centre de ressources.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les projets de Bouzerda et Kimelfeld satisfont les élus du nord de la Métropole

La présentation des «projets secrets» de la présidente du Sytral et ceux de David Kimelfeld, qui prévoient une extension du métro jusqu’à Rillieux, sont de nature à satisfaire les élus qui avaient récemment plaidé en ce sens.


Le plan à long terme de Kimelfeld pour les transports dans la Métropole


David Kimelfeld a présenté lundi ses propositions consécutives à l’abandon du projet d’Anneau des sciences.
» T7, métro B vers Rillieux : probables axes de développement des TCL
» David Kimelfeld souhaite intégrer le tram-train de l’ouest lyonnais au Sytral


Coup d’envoi pour l’écoquartier des Orfèvres à Trévoux

Les premiers coups de pioche du futur groupe scolaire de l’écoquartier des Orfèvres à Trévoux, aménagé par la SERL ont été donnés ce samedi.


« Je veux une montée en gamme du centre-ville de Villeurbanne »

null
Marc Atallah est le candidat LR à la mairie de Villeurbanne. Nous évoquons avec lui sa vision en matière d’urbanisme et d’équipements publics.


Lyon 3 : des arbres supplémentaires avenue Lacassagne

Pour végétaliser cet axe du 3e arrondissement, 20 arbres ont été plantés.


Couvrir le périphérique, piétonisation: les projets de Cédric Van Styvendael


ELECTIONS 2020 À VILLEURBANNE – Le candidat soutenu par le PS organisait jeudi dernier une conférence de presse pour présenter les 10 premières propositions de « Villeurbanne à voix haute ».

« Les prix de production sont sous tension »

null
Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui les récents chiffres de l’observatoire de la FPI, qui faisaient à la fois état d’un rebond des mises en vente et d’une hausse des prix en région lyonnaise.


Vers une refonte des places Pradel et Tolozan


Les places vont, à terme, connaitre une refonte complète qui participera à la nouvelle composition urbaine de la Presqu’île.


La ligne T6 inaugurée, pour passer de l’étoile à la toile

La présidente du Sytral, le maire de Lyon, le président de la Métropole, et de nombreux maires ont inauguré ce vendredi la sixième ligne de tramway de l’agglomération lyonnaise.


La presqu’île a vécu sa première journée de piétonisation en semaine

null
Après trois expérimentations en week-end, la piétonisation de la presqu’ile était organisée ce mercredi. Le président de la Métropole est allé sur le terrain, à la rencontre de commerçants, de professionnels et d’habitants.


Réunion publique le 12 décembre à Villeurbanne sur le projet des Buers

Cette réunion portera sur le projet urbain de ce secteur de la ville, et notamment sur l’aménagement des rues du 8-mai-1945, de la Boube et de la place des Buers.


« Les supporters pourront venir et repartir dans de bonnes conditions »


Roland Romeyer est le président du directoire de l’ASSE.


« Une véritable fierté d’exploiter cette 3e ligne de tram »

Edouard Hénaut est le directeur général France de Transdev, qui exploite via la STAS la troisième ligne de tramway de Saint-Etienne.


Saint-Etienne a inauguré samedi sa troisième ligne de tramway


La ville centre de la la métropole stéphanoise dispose désormais d’une ligne forte de transports en commun reliant la gare de Chateaucreux au stade Geoffroy Guichard.
» DOSSIER : Prolongement de la troisième ligne de tramway de Saint-Etienne


Villeurbanne : Béatrice Vessiller veut combattre la carence végétale

La candidate EELV à la mairie de Villeurbanne souhaite davantage végétaliser la ville, très minérale.