Bâtiment : 2011, année de la reprise ?

L’ONTSBTP a livré courant décembre son analyse sur le marché du bâtiment en 2010, et ses prévisions pour l’année à venir. Zoom sur les perspectives du secteur en 2011.

L'Observatoire National des Travaux et Services liés au Bâtiment et aux Travaux Publics publiait le 15 décembre dernier son étude concernant la conjoncture dans les corps de métiers liés au BTP. Au terme de cette année, on constate que 2010 aura, selon l’observatoire, connu deux temps bien distincts. Après un premier semestre en demi-teinte, le secteur du bâtiment connaît depuis le début du deuxième semestre une stabilisation de son activité, malgré des indicateurs toujours négatifs, comme un marché de l’emploi mal orienté, des carnets de commandes jugés encore inférieurs à la normale, des capacités de production sous-utilisées ou encore un niveau des prix qui continue de chuter.

Néanmoins, depuis septembre, l’observatoire pointe des motifs d’optimisme, au rang desquels on peut trouver des taux d’intérêts au plus bas, des délais d’écoulement de l’offre commerciale qui retrouvent leur niveau d’avant crise et des investissements étrangers dans les bâtiments tertiaires qui font leur retour. Il prévoit une poursuite de la tendance dans le résidentiel neuf, la construction de maisons individuelles, et le logement collectif au premier semestre.

Dans l’immobilier de bureau, la reprise devrait en revanche se faire attendre. « La dynamique sur les locaux n’est malheureusement pas aussi lisible sur 2011 et il faudra attendre 2012 pour s’assurer de la durabilité de cette reprise » note ainsi l’observatoire.

L’observatoire décrit en outre des différences suivant les sous-secteurs que sont le gros œuvre, les secteurs du couvert, et le second œuvre. Suivant ces sous-secteurs, cette tendance générale est à affiner.

Le gros œuvre en première ligne dans la crise

Après avoir été touchées de plein fouet par la crise de 2008-2009, les professions du gros œuvre ont perçu une certaine amélioration en 2010. « En réalité, il faudrait certainement mieux parler de décélération de la décroissance plutôt que de réelle amélioration conjoncturelle » tempère néanmoins L’ONTSBTP. « En effet, il est attendu sur 2010, certes une amélioration conjoncturelle de l’ordre de 6 points, mais qui ne permet pas aux métiers du gros oeuvre de trouver une stabilisation à l’issue de près de 24 mois de décroissance » indique l’étude. Néanmoins, 2011 devrait donc s’illustrer par une reprise progressive, avec une croissance de l’ordre de 1,6 %, soit près de 2 points de mieux qu’en 2010.

Pas de soutien du Grenelle pour le secteur du couvert

L’ONTSBTP note également que la crise masque les effets positifs du Grenelle sur le secteur de la rénovation et du couvert. La loi aurait normalement dû permettre de donner une impulsion aux métiers des Charpente/Couverture, Ravalement/Isolation, Menuiserie/ Vitrerie, Plâtrerie/Plaquiste. Or la croissance s’avère tout juste positive à +1 %, ce qui selon l’organisation est une performance « décevante au vu des effets d’annonce du Grenelle de l’Environnement, mais qui reflète bien le poids marginal de ces marchés ». Pour 2011, l’observatoire table pour ces métiers, sur une croissance du même ordre en 2011 avec une croissance de 1.3% relativement à 2010.

Une reprise plus tardive pour le second-oeuvre

Pour sa part, le second œuvre, qui avait connu une situation conjoncturelle privilégiée au cours des 24 derniers mois du fait de son positionnement en aval de la chaîne de valeurs du bâtiment, a connu une évolution plus mitigée. Souvent leur positionnement entraînent un décalage pouvant égaler jusqu’à 18 mois entre la mise en chantier et l’intervention de ces métiers. De ce fait la crise de 2008-2009 n’a eu d’incidence négative qu’à partir de cette année, tant sur les chantiers que sur les carnets de commandes. L’observatoire prévoit ainsi pour ce sous-secteur un retour à une croissance positive de l’ordre de +1% en volume seulement fin 2011, voire même début 2012.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Pour l’instant, il n’y a pas de suroffre»

null
Cédric Serre est le président de l’observatoire évolutif de l’immobilier local (OEIL) Auvergne et responsable de la FNAIM Auvergne Entreprise. Nous évoquons avec lui les chiffres du premier trimestre en matière de réservations de logements.


Activité soutenue au 1er trimestre pour l’artisanat du bâtiment

La CAPEB, confédération de l’artisanat des petites entreprises du bâtiment, a fait un premier bilan portant sur les trois premiers mois de l’année au niveau national. En Auvergne-Rhône-Alpes, la croissance est également présente, mais la prudence reste de mise.


La crise sanitaire a eu un impact limité sur l’activité de Vicat

Le chiffre d’affaires consolidé au 31 mars 2021 du groupe basé à L’Isle d’Abeau est en hausse de 22,1%.


Xerfi trace des perspectives de rebond pour la promotion à horizon 2023

nullXerfi a fait état de la publication d’une étude intitulée : « Quelles stratégies de rebond pour les groupes de promotion immobilière ? ».


Léger mieux pour la construction de logements au 1er trimestre

Les logements autorisés ont progressé de 1% par rapport au dernier trimestre 2020, alors que les mises en chantier de logement sont estimées en hausse de 3,2%.


«La hausse des prix va continuer, c’est mathématique»

nullINTERVIEW – Philippe Layec est le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché du logement neuf dans la Métropole, la nouvelle offre en BRS, mais aussi la modification n°3 du PLU-H.


Charly : inauguration de «Prélude»

nullGrandLyon Habitat et Alila ont inauguré ce mercredi cette résidence entièrement dédiée au logement social.


À Lyon, baisse des ventes de logements neufs et nette hausse des prix

nullLa FPI en région lyonnaise a présenté les chiffres des ventes dans le collectif neuf pour le premier trimestre 2021. Les réservations reculent de 18%. Les prix dépassent les 6.000€ le m² à Lyon.


Les perspectives restent toujours bonnes dans le bâtiment

En avril, les perspectives personnelles d’activité dans le bâtiment restent élevées, selon la dernière enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie du bâtiment publiée par l’INSEE.


La hausse des prix des matériaux fait craindre des retards sur les chantiers

null
Samuel Minot, président de la fédération BTP Rhône et Métropole, tenait une visioconférence de presse pour alerter sur les conséquences de la hausse majeure des prix des matériaux. Laquelle pourrait à terme impacter les marges des entreprises du secteur et certains chantiers du territoire de la Métropole de Lyon.


Alila vise une nouvelle année de croissance en 2021

Le promoteur spécialisé dans la construction de logements abordables organisait mardi 13 avril une conférence de presse. Il a fait part au cours de celle-ci de ses chiffres 2020 et de ses ambitions pour 2021.


La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes alerte sur la flambée des prix des matériaux

null
Selon la confédération, l’artisanat du bâtiment est « en danger ».


Les fédérations évoquent un « succès collectif » sur la RE2020

null
Un accord a été trouvé sur la RE2020 dans le cadre du CSCEE du 13 avril. Les organisations signataires se sont félicitées de celui-ci.


GrandLyon Habitat a été agréé en tant qu’OFS

L’office public de l’habitat métropolitain a obtenu en février les agréments préfectoraux en tant qu’organisme foncier solidaire.


Bâtiment : renforcement de la collaboration de la FFB et de Pôle emploi

nullLa FFB et Pôle emploi renforcent leur collaboration pour accompagner les entreprises dans leurs besoins en recrutement