Taxation sur la résidence principale : le débat fait rage

Alors que le gouvernement envisage de taxer les plus-values sur la résidence principale, certains professionnels voient dans une telle mesure la possibilité de faire baisser la pression sur les prix, quand d'autres pointent les risques d'une immobilisation du marché.

Le débat fait rage chez les professionnels du secteur depuis ce week-end : faut-il ou non taxer les plus-values de la résidence principale ? Christine Lagarde a en effet évoqué vendredi l'idée d'imposer les plus-values sur la résidence principale, qui bénéficiait jusqu’ici d’une exonération. Le produit de la taxe viendrait ainsi compenser l'éventuelle suppression de l'ISF sur la résidence principale. Une réforme à risque, diront certains. Beaucoup estiment même que Nicolas Sarkozy risquerait là de mécontenter son électorat, les classes moyennes - principalement touchées par la mesure - lesquelles ont jusqu'ici plutôt bénéficié des mesures gouvernementales, telles que la déduction des intérêts d'emprunt et le dispositif Scellier.

Buzy-Cazaux pour, Cadeau contre

Or, pour l'heure, ce projet est loin de faire l'unanimité dans les réseaux d'agences. Bernard Cadeau, le président d'Orpi, a ainsi manifesté ce matin son opposition à celui-ci sur BFM Business. « Je pense que ce serait une erreur » pense-t-il. « Je ne suis pas certain qu'aborder la problématique de la résidence principale par le biais d'une taxation fiscale soit le meilleur moyen de développer (le) taux de propriétaire » explique Bernard Cadeau.

D'autres professionnels du secteur, comme Henri Buzy-Cazaux appelaient de leurs voeux à l'instauration d'une telle mesure dans un récent bloc notes. Pour lui, il faut « qu'on taxe la plus-value de cession des résidences principales, à ce jour exonérées, en prenant en compte évidemment la durée de détention, en ménageant un taux progressif et non seulement proportionnel ». L'objectif de la mesure serait en outre de faire baisser les prix en mettant une certaine pression sur le vendeur: « si la fiscalité devient sévère à partir d'un certain niveau de plus-value et pour une durée de détention courte, le vendeur-spéculateur va préférer modérer un peu son prix plutôt que d'en abandonner une forte proportion au fisc … » estimait-il

Construire des logements, la seule réponse au problème des prix?

Faux, répond Bernard Cadeau, qui pense lui que «le seul bon moyen de freiner la pression sur les prix, comme sur n'importe quel autre marché, c'est d'arriver à rééquilibrer l'offre et la demande ». « Nous sommes dans un secteur où il y a un déséquilibre crucial » lance-t-il. Lui estime qu'il faut construire 500.000 logements en France chaque année pour résorber le déficit précise-t-il. Or, « l'année dernière, c'était 340.000 logements, l'année d'avant, c'était 300.000 : on est donc très loin du taux de renouvellement et de rééquilibrage de cette offre ».

Jean Perrin, président de l’Union nationale de la propriété immobilière, semble lui encore plus remonté, fustigeant dans le Journal du Dimanche "une imbécillité", qui viendrait contraindre un peu plus le propriétaire: "si on vend sa résidence principale, c’est pour racheter ailleurs, pas pour aller vivre sous les ponts. Une taxation va paralyser le marché".

La planche de salut viendra sans doute pour le gouvernement des aménagements d'un tel principe. Pour rendre la mesure politiquement acceptable, Bercy va sans doute devoir plancher sur un seuil de taxation, une hypothèse qu'a notamment évoqué Gilles Carrez, le rapporteur du budget à l’Assemblée Nationale. Car sur ce sujet, comme sur l'ensemble de la réforme de la fiscalité, le gouvernement le sait : il marche sur des oeufs.

LIRE AUSSI
-La résidence principale bientôt taxée ?






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.


La suppression totale de la taxe d’habitation reste en ligne de mire

Le ministre de l’Economie a réaffirmé vouloir aller au bout de la suppression de la taxe d’habitation, tout en indiquant que la question de son maintien pour les plus riches pourrait faire partie du futur grand débat.