«Une très forte disparité de prix entre Perrache et Confluent»

Pour Sébastien Sol, négociateur à la régie Limouzi, un T3 dans le quartier Perrache se négocie actuellement autour de 3000 euros du mètre carré .

Quels sont les prix pratiqués actuellement dans le secteur Perrache / Confluent?

Il y a une très forte dispersion des prix entre la partie Perrache et la partie contemporaine. Pour la partie ancienne du confluent située à proximité de la gare de Perrache et du haut du cours Charlemagne, le prix d’un appartement destiné à une petite famille, c'est-à-dire compris entre 60 et 80 m², est de 3000 euros par mètre carré. Néanmoins, sur les petites superficies et les studios, qui intéressent surtout les investisseurs du fait de leurs excellents rapports, les prix peuvent parfois être bien plus élevés. Récemment, un appartement de 18m² dans un immeuble 1900 situé cours Suchet, avec parquet non chevronné, s’est vendu à 76.000 euros, soit un rapport de 4200 euros.

Secteur/Type T3 Perrache Studio
Perrache
T3 Années 60-70
Prix indicatif en €/m² 3000 4000-4200 2900

Quant au secteur Confluent, on serait plutôt sur des prix compris entre 5000 et 6000 m². Reste que sur la partie contemporaine, nous n’avons toutefois pas tout le recul nécessaire quant à l’estimation de certains biens, beaucoup ayant été achetés dans le neuf dans la perspective d'un investissement locatif de type Scellier. Comme ce dernier prévoit une durée de location minimale de 9 ans, le marché de la transaction risque d'être bloqué dans ce laps de temps pour ce type de biens. Quant aux reventes d'achat de résidences principales dans ce secteur, celles-ci sont assez  rares et du coup assez difficiles à estimer.

Quels sont les types de biens majoritaires dans la partie ancienne du Confluent ?

Sur le secteur, on trouve des biens de toutes les superficies. Quant aux époques, sur la partie Charlemagne, nous avons peu d’immeubles des années 60-70, qui sont un peu plus présents entre le cours Charlemagne sur les quais. Globalement, il y a une bonne mixité entre les immeubles anciens, récents, et les immeubles des années 60,70 et 80.

Sur la partie Perrache, on ne retrouve toutefois pas le même type de prestations que sur la partie Presque-Ile Centre, de type parquets chevrons, moulures, ou vitres à la française. Il y a très peu d’immeubles bourgeois, excepté autour de la Place Carnot, qui historiquement, devait constituer le centre bourgeois de Lyon. Mais la construction de la gare a tout coupé, laissant Perrache devenir pendant de nombreuses années un quartier ‘coupe-gorge’.

Quelle population vient s’installer à Perrache ?

Ce sont essentiellement des classes moyennes. De ce point de vue, le quartier est assez semblable à Gerland, un quartier relativement proche tant en termes de population que de prix, même si ce dernier reste malgré tout moins cher de 200 euros par mètre carré par rapport.

Avec la réhabilitation du Confluent, comment voyez-vous l’évolution des prix dans les années à venir ?

L’une des inconnues va être la façon dont le quartier va vieillir. L’architecture du nouveau quartier, assez avant-gardiste, pourrait ne plus plaire dans une quinzaine ou une vingtaine d’années. On a déjà eu ce type de problème pour les immeubles des années 50-70, désormais difficiles à vendre. Pour vous donner un exemple, un appartement d’un immeuble Pitance de ces années-là, avec une superbe vue dégagée sur Sainte Blandine, 3° étage avec Balcon, carrelage marbré, double vitrage, est récemment parti à seulement 2900 euros du mètre carré. C’est bien moins que les prix pratiqués dans le secteur, du fait notamment de l’aspect daté des façades extérieures et des charges rédhibitoires de ces immeubles.

LIRE AUSSI
-L'agence Limouzi Confluent

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.