Bourgoin-Jallieu : la 2° couronne de plus en plus attractive

La demande a explosé l'an dernier dans ce secteur bien desservi en termes autoroutier et ferroviaire.

Le Nord Isère attire toujours plus. Le dernier point de conjoncture de Laforet est venu confirmer l’attractivité du secteur : la demande a en effet triplé sur le secteur en l’espace d’un an (+192%), selon les statistiques du réseau d’agences immobilières.

La cause de ce soudain engouement ? Les primo-accédants, qui fuient les prix devenus prohibitifs de la première couronne, viennent s’installer en deuxième couronne, à proximité de Bourgoin-Jalllieu ou la Tour du Pin. Karine et Cédric, jeunes trentenaires, ne s'y sont pas trompés. Elle travaille dans un cabinet vétérinaire à Lyon, et lui est VRP dans le secteur de la restauration. Après quelques hésitations, le choix de Bourgoin s'est imposé, notamment du fait des prix et de la qualité de vie: "pour  220.000 euros, on a de moins en moins d'espace sur Lyon, note Cédric, et la vie n'est pas la même. Ici, on a pu s'acheter une maison". Et il faut dire que Lyon n'est finalement pas si loin, tant par le train que par la route: Bourgoin, en plein sur l'axe ferroviaire Lyon-Grenoble, et à proximité de l'A42, n'est en effet qu'à une trentaine de minutes de la capitale des Gaules.

Face à cet afflux de demande provenant notamment de primo-accédants, l’offre s’est sensiblement érodée : -21% sur la même période. Cet écart grandissant n’a néanmoins pas entamé le dynamisme des transactions, qui ont, elles, progressé de 71%.

Des clients intransigeants sur les prix

Les prix ont de ce fait progressé, mais plutôt raisonnablement en comparaison des envolées observées dans certains quartiers de Lyon intra-muros. La hausse des prix au mètre carré atteint ainsi 7% sur l’année 2010, sans toutefois que les délais de vente se contractent de manière importante (-1 jour entre 2009 et 2010).

« Les clients sont certes prêts à faire des efforts en termes de route, mais pas en termes de prix » note ainsi Thierry Fosse de l’agence Laforêt Saint-Priest. Pour une maison de 4 pièces avec 1000m² de terrain, le seuil à ne pas dépasser selon le réseau est ainsi de 250.000 euros.

Les prix des studios s’envolent à Bourgoin-Jallieu!

Concrètement, le prix moyen d’un studio dans le secteur de Bourgoin est de 105.780 euros, selon les statistiques de Laforêt, soit un prix de 2460 euros du m² pour une surface moyenne de 43m². Les prix se sont envolés de 51.9% en l’espace d’un an ! Pour un deux pièces, il faut désormais compter 126.360 euros du mètre carré, soit 2430 euros du mètre carré, une hausse de 4.3% par rapport à 2009. Pour des surfaces supérieures, les prix au m² atteignent 2260 euros (14.7%) pour un trois pièces (66m²), et 1940 euros (4.3%) pour un quatre pièces (91m²).

Côté maison, les petites surfaces inférieures à 70m² se négocient à 2430 le m², soit un prix moyen de 123.930 euros (+12% par rapport à 2009). Entre 70 et 120m², il faut compter 1960 euros du m² (-2.5%) soit un prix moyen de 184.240 euros. Enfin, pour une maison supérieure à 120 m², le prix moyen s’établira à 312.800 euros, soit 1700 euros le mètre carré pour une moyenne de 184 m².

LIRE AUSSI
-Lyon: pas de risque d’envolée des prix en 2011 pour Laforêt

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.