« Oullins va devenir un nouvel arrondissement de Lyon »

Hugues Eyraud, responsable de l’agence Century 21 SAT d’Oullins, est assez optimiste sur l’évolution de l'immobilier dans la commune.

 

Oullins va bientôt être relié au centre de Lyon par le métro, qui va mettre la commune à quelques minutes de la place Bellecour… Cette évolution va sans doute avoir un impact sur l’évolution des prix de l’immobilier ?

Assurément, oui. Avec l’arrivée du métro, Oullins va quasiment devenir un nouvel arrondissement de Lyon. Si l’on prend exemple de Gerland ou Vaise, on voit que le métro a changé énormément de choses. Il y a 15 ans, Vaise n’était pas une belle adresse. Aujourd’hui, le quartier a été profondément changé. C’est un peu la même chose pour Gerland : il y a des années, les gens ne voulaient pas acheter dans cette partie de Lyon. La mairie a préempté des terrains, détruit de vieux immeubles. Désormais, le secteur est assez recherché, et est, désormais par endroits, assez cher. Les prix très élevés que l’on connait dans Lyon intra-muros incitent les futurs propriétaires à se tourner vers la périphérie. A Oullins, de nouvelles infrastructures sont d’ores et déjà construites, comme la Médiathèque, qui fera face à l’arrivée du nouveau métro, et beaucoup de projets sont en cours. Il se peut très bien que l’arrivée du nouveau métro permette l’arrivée de quelques milliers d’habitants supplémentaires dans les années à venir.

Y’a-t-il beaucoup de programmes neufs sur Oullins ?

Il y a effectivement eu beaucoup de constructions neuves ces dernières années à Oullins. Il y a cinq ou six programmes neufs qui ont vu le jour depuis trois ans.

D’un point de vue général, quels sont les prix pratiqués à Oullins ?

On va de 1700 euros du m² dans les secteurs les moins courtisés comme la Saulaie, à 3800 euros du m² dans le neuf. Sur la Saulaie, on est dans un secteur populaire, où les parcs HLM sont très présents. On est à la limite de Pierre-Bénite, et non loin de l’autoroute A7. C’est un secteur qui va se développer, avec l’arrivée prochaine du métro, même si ce n’est pas le secteur recherché aujourd’hui par les clients.

A quels niveaux de prix se situe-t-on dans les autres quartiers?

En centre-ville, pour un appartement en très bon état, les prix évoluent autour des 2500-2600 euros du mètre carré. Dans le secteur de Montlouis, on est sur des niveaux de prix encore plus élevés. Les prix du neuf, il y a trois ans, évoluaient autour de 4000 euros. Il y a eu des résidences de haute qualité, avec piscine qui se sont construites. Aujourd’hui, dans ce secteur, on ne descend pas en dessous des 3500 euros du mètre carré sur ce type de biens. Quant au secteur de la Bussière, les biens récents ne se revendent pas sous les 3200 euros du mètre carré. Dans ce secteur, deux 75 m² de type T3 avec garage, et de 10 à 15 m² de terrasse dans une très belle résidence de 2003, ont été récemment vendus 220.000 et 225.000 euros.

Quel type de population vient s’installer à Oullins ?

On a tout type de clientèle. Beaucoup de jeunes viennent s’installer à Oullins, notamment en raison de la présence de l’hôpital Jules Courmont, qui est le plus gros hôpital de la région.

Oullins est une commune très éclectique : on a des biens pas chers, des biens moyen de gamme, et des biens très haut de gamme. Avec l’arrivée du métro, Oullins intéresse beaucoup d’investisseurs. Si il y a dix ou quinze ans, la commune pouvait avoir l’image d’une commune populaire, aujourd’hui c’est nettement moins le cas. Beaucoup de familles sont installées dans des copropriétés avec parc, notamment sur le secteur de Montmein et des Célestins, qui comprennent 1000 et 450 logements.

Quels sont les prix pour un studio dans le centre-ville d’Oullins?

Pour un 30 m², il faut compter de 3200 à 3500 euros du mètre carré pour un bien standard.

Par rapport au mouvement de remontée des taux d’intérêt, pensez-vous que cela aura un impact sur les prix ?

Il peut toujours y avoir une incidence, notamment sur les grandes surfaces de type T4-T5. Pour ma part, je pense que cela va juste ralentir la montée des prix. Est-ce que les prix peuvent baisser ? Peut-être, mais, même si c’était le cas, il y a peu de chances que la baisse des prix soit du même ordre qu’en 2008, où les prix avaient baissé de 30% en quelques mois.

Justement, quel a été l’impact de la crise sur les prix en 2008 ?

Pendant 6 à 7 mois, d’octobre 2008 à avril 2009, les prix ont connu une baisse significative, de l’ordre de 20%, sauf pour les biens de moins de 60m², où les baisses ont été beaucoup moins importantes.

Quel sont vos perspectives pour les deux prochaines années, avant l’arrivée du métro ?

Le marché est tellement fluctuant qu’il est très difficile d’avoir une perspective à un an. On sait que dans les 5-6 mois qui arrivent, il va y avoir une baisse des prix. Le projet de métro viendra compenser l’impact de la hausse des taux sur Oullins. Les conséquences de l’arrivée du métro seront très importantes, et pas seulement pour Oullins, mais aussi pour Pierre-Bénite et Saint Genis Laval.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.