« Oullins va devenir un nouvel arrondissement de Lyon »

Hugues Eyraud, responsable de l’agence Century 21 SAT d’Oullins, est assez optimiste sur l’évolution de l'immobilier dans la commune.

 

Oullins va bientôt être relié au centre de Lyon par le métro, qui va mettre la commune à quelques minutes de la place Bellecour… Cette évolution va sans doute avoir un impact sur l’évolution des prix de l’immobilier ?

Assurément, oui. Avec l’arrivée du métro, Oullins va quasiment devenir un nouvel arrondissement de Lyon. Si l’on prend exemple de Gerland ou Vaise, on voit que le métro a changé énormément de choses. Il y a 15 ans, Vaise n’était pas une belle adresse. Aujourd’hui, le quartier a été profondément changé. C’est un peu la même chose pour Gerland : il y a des années, les gens ne voulaient pas acheter dans cette partie de Lyon. La mairie a préempté des terrains, détruit de vieux immeubles. Désormais, le secteur est assez recherché, et est, désormais par endroits, assez cher. Les prix très élevés que l’on connait dans Lyon intra-muros incitent les futurs propriétaires à se tourner vers la périphérie. A Oullins, de nouvelles infrastructures sont d’ores et déjà construites, comme la Médiathèque, qui fera face à l’arrivée du nouveau métro, et beaucoup de projets sont en cours. Il se peut très bien que l’arrivée du nouveau métro permette l’arrivée de quelques milliers d’habitants supplémentaires dans les années à venir.

Y’a-t-il beaucoup de programmes neufs sur Oullins ?

Il y a effectivement eu beaucoup de constructions neuves ces dernières années à Oullins. Il y a cinq ou six programmes neufs qui ont vu le jour depuis trois ans.

D’un point de vue général, quels sont les prix pratiqués à Oullins ?

On va de 1700 euros du m² dans les secteurs les moins courtisés comme la Saulaie, à 3800 euros du m² dans le neuf. Sur la Saulaie, on est dans un secteur populaire, où les parcs HLM sont très présents. On est à la limite de Pierre-Bénite, et non loin de l’autoroute A7. C’est un secteur qui va se développer, avec l’arrivée prochaine du métro, même si ce n’est pas le secteur recherché aujourd’hui par les clients.

A quels niveaux de prix se situe-t-on dans les autres quartiers?

En centre-ville, pour un appartement en très bon état, les prix évoluent autour des 2500-2600 euros du mètre carré. Dans le secteur de Montlouis, on est sur des niveaux de prix encore plus élevés. Les prix du neuf, il y a trois ans, évoluaient autour de 4000 euros. Il y a eu des résidences de haute qualité, avec piscine qui se sont construites. Aujourd’hui, dans ce secteur, on ne descend pas en dessous des 3500 euros du mètre carré sur ce type de biens. Quant au secteur de la Bussière, les biens récents ne se revendent pas sous les 3200 euros du mètre carré. Dans ce secteur, deux 75 m² de type T3 avec garage, et de 10 à 15 m² de terrasse dans une très belle résidence de 2003, ont été récemment vendus 220.000 et 225.000 euros.

Quel type de population vient s’installer à Oullins ?

On a tout type de clientèle. Beaucoup de jeunes viennent s’installer à Oullins, notamment en raison de la présence de l’hôpital Jules Courmont, qui est le plus gros hôpital de la région.

Oullins est une commune très éclectique : on a des biens pas chers, des biens moyen de gamme, et des biens très haut de gamme. Avec l’arrivée du métro, Oullins intéresse beaucoup d’investisseurs. Si il y a dix ou quinze ans, la commune pouvait avoir l’image d’une commune populaire, aujourd’hui c’est nettement moins le cas. Beaucoup de familles sont installées dans des copropriétés avec parc, notamment sur le secteur de Montmein et des Célestins, qui comprennent 1000 et 450 logements.

Quels sont les prix pour un studio dans le centre-ville d’Oullins?

Pour un 30 m², il faut compter de 3200 à 3500 euros du mètre carré pour un bien standard.

Par rapport au mouvement de remontée des taux d’intérêt, pensez-vous que cela aura un impact sur les prix ?

Il peut toujours y avoir une incidence, notamment sur les grandes surfaces de type T4-T5. Pour ma part, je pense que cela va juste ralentir la montée des prix. Est-ce que les prix peuvent baisser ? Peut-être, mais, même si c’était le cas, il y a peu de chances que la baisse des prix soit du même ordre qu’en 2008, où les prix avaient baissé de 30% en quelques mois.

Justement, quel a été l’impact de la crise sur les prix en 2008 ?

Pendant 6 à 7 mois, d’octobre 2008 à avril 2009, les prix ont connu une baisse significative, de l’ordre de 20%, sauf pour les biens de moins de 60m², où les baisses ont été beaucoup moins importantes.

Quel sont vos perspectives pour les deux prochaines années, avant l’arrivée du métro ?

Le marché est tellement fluctuant qu’il est très difficile d’avoir une perspective à un an. On sait que dans les 5-6 mois qui arrivent, il va y avoir une baisse des prix. Le projet de métro viendra compenser l’impact de la hausse des taux sur Oullins. Les conséquences de l’arrivée du métro seront très importantes, et pas seulement pour Oullins, mais aussi pour Pierre-Bénite et Saint Genis Laval.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


5 villes d’Auvergne dépassent les 500 ventes en 2021

Clermont-Ferrand, Vichy, Montluçon, Aurillac et Chamalières sont les villes qui ont été les plus actives de 2021 en termes de transactions, selon la FNAIM.


Immobilier : des records en 2021, mais des incertitudes pour 2022

nullLa FNAIM a retracé une immobilière marquée par un record de ventes et de prix. Mais des incertitudes pèsent sur 2022, et notamment du point de vue des élections, des taux, et de l’impact de la rénovation énergétique.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.