Caluire : le Plateau à « des prix proches de la Croix Rousse »

Eric Babillon, négociateur chez Cimm Immobilier à Caluire, nous parle des prix pratiqués actuellement sur le plateau.

 

Quels sont les grands secteurs que l’on peut distinguer sur Caluire ?

On peut discerner deux grands secteurs à Caluire, Caluire-le-Bas, qui regroupe les quais du Rhône et quais de Saône, et le plateau de Caluire, en prolongement de celui de la Croix-Rousse.

Justement, est-ce que sur cette dernière partie de Caluire, les prix sont sensiblement identiques à ceux de la Croix-Rousse ?

Les prix sont en effet assez proches de ceux observés sur le plateau la Croix-Rousse, voire même supérieurs. Même si il est difficile d’établir au prix au mètre carré au regard de la diversité des biens mis en vente, on sera sur des niveaux de prix allant de 3700 à 4300 euros du mètre carré. Pour un T3 dans ce secteur, il faudra ainsi compter entre 300.000 et 350.000 euros, suivant les prestations.

Et sur Caluire le Bas ?

Nous sommes sur des échelles de prix bien inférieures. Il faut compter de 2700 et 3100 euros le mètre carré.

Quel est le type d’habitat que l’on rencontre à Caluire ?

Il y a de plus en plus de neuf et de programmes en cours de construction. Le récent est assez présent. Après, il y a une prédominance d’immeubles des années 70-80.

Quelle a été l’évolution des prix ces dernières années à Caluire ces dernières années ?

Globalement, on constate que la situation du marché a beaucoup évolué. Il y a cinq ans, les clients hésitaient beaucoup moins, les prix étaient plus abordables et il y avait beaucoup plus de biens sur le marché.

Nous avions bien sûr ressenti l’impact de la crise en 2008 : les gens n’appelaient pas, hésitaient, et les délais de transactions étaient plus longs. Depuis quelques mois, le marché est reparti et les gens sont moins hésitants, même si les taux des banques ont un peu augmenté depuis 6 mois. A l’heure actuelle, les taux augmentent et les prix aussi. Parallèlement à cela, il y a toujours une forte demande et une offre restreinte.

Face à cette situation, ne craignez-vous pas un futur blocage du marché ?

Oui, bien sûr, c’est un risque.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Century 21 fait état de prix de l’immobilier records en France

Le réseau d’agences franchisées a fait part de son point trimestriel sur le marché immobilier national.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Les prix de l’immobilier progressent de 7%

L’INSEE a fait part vendredi de ses indices de prix des logements neufs et anciens au titre du premier trimestre 2022.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


La FNSafer appelle à la préservation du foncier agricole

La fédération nationale des Safer attend un renouvellement des générations en favorisant l’émergence de nouvelles solutions pour permettre concrètement les installations.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Le 2e et le 6e, arrondissements les plus chers de Lyon

nullLyon, qui affiche un prix médian de 5.060€ le m², voit des variations de prix importantes suivant les arrondissements.