Paruvendu mise sur les annonces gratuites pour survivre

Le groupe poursuit sa mue et devrait présenter un plan de continuation au cours du second semestre.

C’est un changement de modèle économique, presque de philosophie qui attend Comareg, la société éditrice de Paruvendu. En redressement judiciaire depuis plusieurs mois, la société est en train de préparer un plan de la dernière chance destiné à assurer sa survie. Avec pour objectif de le proposer, selon les Echos, un plan de continuation d’ici à fin juillet ou au plus tard à l'automne au tribunal de commerce de Lyon. Objectif avoué : « redevenir le premier acteur de la communication locale en France, comme c'était le cas en 2005 », selon les propos de Luis Courtot, directeur général de La Comareg aux Echos.

Internet: priorité numéro un

Pour ce faire, Comareg a dû revisiter son modèle. Fini le papier : les petites annonces, cœur du métier ne seront plus accessibles en priorité sur internet, et l‘hebdomadaire papier ne sera plus utilisé que comme support complémentaire. La priorité du groupe est donc clairement le web, avec en ligne de mire un doublement de l’audience actuelle du site. Pour cela, le groupe lorgne clairement du côté du modèle économique de « leboncoin.fr » : les annonces sont désormais gratuites pour les particuliers, et ne sont payantes qu’en cas de visibilité accrue ou si le client est un professionnel.

L’hebdomadaire, de son côté, deviendra un gratuit centré sur l'actualité commerciale locale. Avec un slogan : « consommez malin ici ». Pour Luis Courtot, qui présentait son plan au journal Les Echos, le groupe misera également sur «la publicité nationale : avec 10 millions d'exemplaires diffusés dans 200 villes nous avons une audience nationale, avec une flexibilité totale sur les 200 villes». Cette mutation a en tout cas déjà eu un coût, avec 758 licenciements au sein de la société et de sa filiale d'impression Hebdoprint. On en saura en tout cas plus sur la soutenabilité de ce plan d’ici au second semestre : la direction prévoit d’ici là un retour à l'équilibre.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


84.1% des acheteurs et locataires continuent leurs projets, selon PAP

38.3% des locataires sont même prêts à signer leur contrat de location sur la base d’une visite virtuelle, sans visite physique du logement.


Le Congrès de la FNAIM se tiendra en format 100% digital

Le congrès et salon des professionnels de l’immobilier organisé par la fédération sera sous un format 100% digital sur 4 jours.


Reconfinement général à partir de vendredi


Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement général à partir de ce vendredi pour lutter contre la reprise de l’épidémie de coronavirus.


Notariat : les nouvelles orientations suite à l’élection de David Ambrosiano


Le nouveau président souhaite notamment mettre en œuvre la convention d’objectifs 2021-2024 signée le 8 octobre avec l’État.


David Ambrosiano, nouveau président du Conseil supérieur du notariat

L’ancien président de la Chambre des notaires de l’Isère a été élu président de l’organisation professionnelle du notariat.


Une offre de community management dédiée aux agents immobiliers lancée par Kuso

Paul de Framond, diplômé d’une école de commerce et Jérôme Carle, jeune ingénieur, travaillaient tout deux en indépendants sur des chantiers de communication digitale pour les agents immobiliers quand ils ont eu l’idée de proposer une offre de gestion des réseaux sociaux baptisée Kuso.


Accès au logement : une charte de lutte contre les discriminations

Cette charte a été signée par le gouvernement et les professionnels de l’immobilier.