Crédit immobilier : l’OAT déjoue les pronostics

On s’attendait à une hausse ininterrompue des taux de crédit immobilier sur l’ensemble de l’année 2011. La baisse des taux de l’OAT vient contredire ce scénario.

C’était LA peur de l’année pour les professionnels de l’immobilier : les taux de crédit immobilier allaient remonter violemment, augurant de mois difficiles en termes d’activité. Car le phénomène est bien connu : la remontée des taux d’intérêts des prêts immobiliers se traduit en général sur le marché immobilier. Mais contre toute attente, les taux n’ont pas remonté en flèche : 60 points de base sur 6 mois, ce qui est assez peu significatif d’un point de vue historique, si on compare ces derniers aux taux de 10% auxquels empruntaient les ménages français dans la deuxième partie des années 70.

Certes, la hausse des taux de crédit au cours du premier trimestre a un impact non négligeable au niveau des volumes de transaction au premier trimestre, période au cours de laquelle se sont concentrées une bonne partie des hausses de taux. Mais, après un tel ajustement, qu’en sera-t-il si l’accalmie observée par les courtiers et les banquiers depuis la mi-mai sur les grilles de crédit immobiliers venait à se concrétiser durant les prochains mois ? Il convient donc de s'interroger sur le principal facteur influant sur les taux, à savoir le rendement de l'OAT 10 ans.

L’OAT donne le la sur les barèmes

Le rendement de l’emprunt d’Etat français, l’OAT 10 ans, explique pour une bonne part les mouvements des barèmes de taux de crédit immobilier des banques. La corrélation est bien connue, et est sans cesse évoquée par les courtiers en prêts immobiliers depuis plusieurs mois pour expliquer toute évolution majeure des taux de crédit immobilier. Le niveau de taux auquel prête une banque aux ménages est ainsi implicitement corrélé au rendement des emprunts d’Etat du pays. Pour la France, le niveau des taux de l’OAT se situe à l’heure actuelle autour des 3.35%.

On peut à ce stade se poser la question : comment va évoluer la situation dans les prochains mois? C’est une question assez pointue à laquelle il est facile de répondre par un pronostic, mais, comme les promesses, il n’engagera que celui qui le tiendra. Beaucoup de courtiers annoncent souvent que les taux de crédit immobiliers seront à tel niveau dans 6 mois, ou, mieux, évolueront dans un couloir de 0.50 point. C’est, dans un sens, parier sur le marché obligataire, ce qui peut paraitre, a priori, téméraire, voire présomptueux, le niveau des taux étant décidé en premier lieu par une multitude d’investisseurs, aux motivations très diverses. Pour schématiser à l’extrême, ces derniers regardent particulièrement, en ce moment:

1°) Le niveau de croissance du pays sous-jacent aux emprunts d’Etat (qui conditionne la capacité de remboursement du pays)

2) Le risque de défaut sur la dette du pays

Pour l’heure, la France et l’Allemagne sont considérées comme des pays solides au sein de la zone euro, à l’inverse des PIGS (Portugal, Irlande, Grèce, Espagne), dont les taux de crédit ont atteint, pour certains, des niveaux stratosphériques (les taux grecs sont actuellement à 15.5%). Mais qu’en serait-il si le regard des investisseurs sur la France, et sur sa capacité à rembourser, changeait ? Les taux partiraient assurément à la hausse. C’est ce qui s’est passé au Portugal et en Irlande. Dans les deux cas, les marchés immobiliers des pays ont dévissé.

A l’inverse, si notre pays réussit à maintenir sa croissance, et que la situation des pays périphériques s’aggrave, la dette française continue sans peine à trouver acquéreur, et les taux repartent à la baisse (ces derniers évoluant à l’inverse de la demande en obligations d’Etat). Or c’est précisément ce qui se passe en ce moment.

L'immobilier, un marché contra-cyclique

C’est en ce sens que l’on peut dire que l’évolution du marché immobilier est contra-cyclique. Lorsque la croissance françaises repartira sur un rythme élevé au regard de ses performances historiques, les investisseurs se délesteront des obligations d’Etat pour revenir sur les marchés d’actions. Or pour l’heure, si la croissance française ne redémarre que doucement, elle s’avère tout de même supérieure aux pays fragiles de la zone euro. Les investisseurs continuent donc à miser sur les valeurs refuges que constituent l’OAT et les Bunds (les obligations allemandes), tout en se méfiant des marchés d’actions.

Ceci ne changera qu’en cas de réapparition d’une croissance substantiellement soutenue en France et en Allemagne. Dès que celle-ci repartira, la BCE remontera ses taux directeurs, pour éviter un retour de l’inflation. Une telle décision aura de facto un impact sur les taux longs, et favorisera en cela les actifs risqués, comme la Bourse : il en est ainsi à chaque cycle économique. Ce sera sans doute le moment de vérité pour le marché immobilier.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Taux : la fin d’un cycle ?

EDITORIAL – La remontée sensible des taux de l’OAT 10 ans observée depuis la mi-août doit inciter à la prudence.
» Nouvelles hausses de taux en novembre


Les taux de l’OAT 10 ans en nette baisse après le premier tour

Les taux sur le marché de la dette d’Etat ont nettement baissé dans le sillage du premier tour de la présidentielle désignant un duel Macron/Le Pen. Sur le marché de la dette, le spread France / Allemagne se resserre nettement.


Vers une hausse des taux de crédit immobilier

L’ensemble des intermédiaires en crédit à l’habitat ont, ces derniers jours, réagi à la forte hausse des taux constatée sur les marchés obligataires.  


​Crédit immobilier : nette remontée des taux de l’OAT

Les taux de l’OAT ont pris, depuis l’élection de Donald Trump, près de 0,25 point. Un mouvement qui pourrait avoir un impact substantiel sur les taux de crédit immobilier.


Brexit : les marchés d’actions reculent, net recul des taux

Le CAC 40 baisse de 5% à l’ouverture des marchés. Les taux des obligations d’Etat reculent sur le marché secondaire.


L’inflation remonte, tension sur les taux

L’INSEE a publié un indice des prix à la consommation en hausse jeudi. L’inflation reprend un peu de vigueur en France, avec une hausse de 0.3 %. Les taux de l’OAT se tendaient dans la foulée.


Nouvelle baisse des taux de l’OAT 10 ans

Les taux de l’OAT 10 ans ont encore reculé mercredi. La perspective d’un rachat d’obligations souveraines par la BCE provoque de nouveaux reports sur les dettes françaises et allemandes.


Taux : l’OAT 10 ans s’approche des 0.80%

Le rendement de la dette à 10 ans s’est encore affaissé ce vendredi, touchant même un nouveau plus bas historique.


Crédit: la baisse des taux de l’OAT aura un impact, selon Vousfinancer

Le courtier en crédit immobilier prédit une baisse des taux de crédit dans le sillage de l’OAT 10 ans.


Les taux de la dette française tombent sous les 1%

Les taux de l’OAT 10 ans ont reculé sous les 1% ce jeudi sur le marché secondaire.
» La baisse des taux aura un impact sur le crédit immobilier selon Vousfinancer


Des taux de l’OAT 10 ans en légère hausse mercredi, avant la BCE

Les investisseurs ont modérément vendu des obligations d’Etat mercredi, avant une réunion de la BCE.


Les taux descendent à un plus bas sur le marché obligataire

Les taux de l’OAT 10 ans ont chuté aujourd’hui à 1.13%. Les investisseurs se sont portés sur les marchés obligataires, suite à une chute des marchés financiers européens et américains.


Taux : l’inflation reste au plus bas en zone euro

L’inflation en zone euro a baissé en janvier par rapport à décembre. Une nouvelle statistique qui pourrait inciter la banque centrale à agir lors de sa prochaine réunion de mars.


Immobilier : certaines banques baissent leurs taux

Les taux ont diminué en janvier chez de nombreuses banques, selon le courtier Meilleurtaux.com.


Dégradation de S&P : quel impact pour l’immobilier ?

Selon les courtiers en crédit, les taux de prêt immobilier pourraient augmenter, suite à cette décision de l’agence.