Champagne-au-mont-d’or, «un marché qui se porte bien»

Pour Laurent Michelin, de l’agence Michelin Immobilier à Champagne au Mont-d’or, le marché local n’a pas connu la crise.

Comment se porte le marché champenois depuis le début de l’année ?

On ne peut pas dissocier le marché de Champagne du reste des Mont-d’Or : Champagne est porté par le secteur, tout comme les autres communes. Donc il n’y a pas de baisse de prix, loin de là : nous sommes sur un marché qui se porte bien, avec des chiffres en évolution par rapport à 2008, 2009, et 2010. La seule modification que l’on observe est plus sur le comportement des acheteurs : l’acheteur est de plus en plus aguerri. On a un peu moins d’acquéreurs : par contre nous sommes en face d’acquéreurs qui ont déjà vendu, qui ont leur prêt, leur financement, et qui savent ce qu’ils veulent et quel prix cela vaut. Pour notre part, nous faisons moins de visites, mais plus de ventes : cela laisse néanmoins un pourcentage d’erreur plus limité. Il est clair que les touristes ne sont plus là : le marché a été assaini, et la crise a fait un peu de ménage dans la profession.

Sur le marché de Champagne, on est sur un marché assez partagé, en termes d’habitat, entre les maisons et les appartements …

Il y a une grosse mixité. Le village fait 5000 habitants et est coupé en deux par l’ex Nationale 6. On a une grosse mixité sur la partie ouest de Champagne, entre appartements et villas, et on a le côté bourgeois à l’est avec les grosses propriétés.

Quels sont les prix appliqués à Champagne ?

La fourchette est assez large : on peut avoir de l’entrée de gamme en copropriété, sans balcon et sans ascenseur, années 60, vendus à un prix de 2000 euros le mètre carré. Pour prendre l’autre extrême, nous avons également des studios neufs de 25m² spécifique investisseurs, vendus sous loi Scellier, à des prix de 5000 euros le mètre carré. Nous avons le marché des jeunes travailleurs, et notamment ceux qui souhaitent rester assez proches du frigo de leurs parents !

Sur les maisons, quels sont les produits les plus vendus ?

La demande est surtout centrée sur les maisons allant de 400.000 à 600.000 euros pour la petite maison familiale avec ses 600 m² de terrain et 130 mètres carrés habitables. En-dessus, on passe rapidement à des gammes supérieures pour des maisons bourgeoises avec parc, avec des prix supérieurs au million d’euros voire beaucoup plus.

Sur le marché du haut de gamme, voit-on beaucoup de transactions ?

Il y a très peu de produits, donc quand vous faites quelques opérations au-dessus du million d’euros chaque année, c’est déjà bien. Aujourd’hui, on ne vit pas sur des maisons haut de gamme, mais bien avec la maison de famille ou l’appartement de type F3-F4.

Sur Champagne même, y-a-t-il eu beaucoup de programmes neufs dans les trois dernières années ?

Oui, nous en avons commercialisé plusieurs, et notamment une à une moyenne de 4200 euros le mètre carré. C’est d’ailleurs là où l’on pouvait trouver des prix de 5000 euros le mètre carré en investisseurs. C’était une résidence assez haut de gamme, labellisée BBC.

Justement quel a été l’impact du BBC sur les dernières constructions ?

Il y a eu un impact de mode : les gens ne connaissent pas forcément le BBC et ses contraintes. Le BBC est un outil précis : il faut l'utiliser, ne pas trop le ventiler. C’est une éco-logistique de l’appartement qu’il faut respecter scrupuleusement. Il faut être un élève appliqué. Ça a été une mode, notamment chez l’investisseur qui souhaite défiscaliser. L’acquéreur de maison préfèrera nettement aujourd’hui la maison passive, ou très haute performance énergétique (THPE)que le BBC, qui n’est pas forcément très porteur.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


5 villes d’Auvergne dépassent les 500 ventes en 2021

Clermont-Ferrand, Vichy, Montluçon, Aurillac et Chamalières sont les villes qui ont été les plus actives de 2021 en termes de transactions, selon la FNAIM.


Immobilier : des records en 2021, mais des incertitudes pour 2022

nullLa FNAIM a retracé une immobilière marquée par un record de ventes et de prix. Mais des incertitudes pèsent sur 2022, et notamment du point de vue des élections, des taux, et de l’impact de la rénovation énergétique.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.