Champagne-au-mont-d’or, «un marché qui se porte bien»

Pour Laurent Michelin, de l’agence Michelin Immobilier à Champagne au Mont-d’or, le marché local n’a pas connu la crise.

Comment se porte le marché champenois depuis le début de l’année ?

On ne peut pas dissocier le marché de Champagne du reste des Mont-d’Or : Champagne est porté par le secteur, tout comme les autres communes. Donc il n’y a pas de baisse de prix, loin de là : nous sommes sur un marché qui se porte bien, avec des chiffres en évolution par rapport à 2008, 2009, et 2010. La seule modification que l’on observe est plus sur le comportement des acheteurs : l’acheteur est de plus en plus aguerri. On a un peu moins d’acquéreurs : par contre nous sommes en face d’acquéreurs qui ont déjà vendu, qui ont leur prêt, leur financement, et qui savent ce qu’ils veulent et quel prix cela vaut. Pour notre part, nous faisons moins de visites, mais plus de ventes : cela laisse néanmoins un pourcentage d’erreur plus limité. Il est clair que les touristes ne sont plus là : le marché a été assaini, et la crise a fait un peu de ménage dans la profession.

Sur le marché de Champagne, on est sur un marché assez partagé, en termes d’habitat, entre les maisons et les appartements …

Il y a une grosse mixité. Le village fait 5000 habitants et est coupé en deux par l’ex Nationale 6. On a une grosse mixité sur la partie ouest de Champagne, entre appartements et villas, et on a le côté bourgeois à l’est avec les grosses propriétés.

Quels sont les prix appliqués à Champagne ?

La fourchette est assez large : on peut avoir de l’entrée de gamme en copropriété, sans balcon et sans ascenseur, années 60, vendus à un prix de 2000 euros le mètre carré. Pour prendre l’autre extrême, nous avons également des studios neufs de 25m² spécifique investisseurs, vendus sous loi Scellier, à des prix de 5000 euros le mètre carré. Nous avons le marché des jeunes travailleurs, et notamment ceux qui souhaitent rester assez proches du frigo de leurs parents !

Sur les maisons, quels sont les produits les plus vendus ?

La demande est surtout centrée sur les maisons allant de 400.000 à 600.000 euros pour la petite maison familiale avec ses 600 m² de terrain et 130 mètres carrés habitables. En-dessus, on passe rapidement à des gammes supérieures pour des maisons bourgeoises avec parc, avec des prix supérieurs au million d’euros voire beaucoup plus.

Sur le marché du haut de gamme, voit-on beaucoup de transactions ?

Il y a très peu de produits, donc quand vous faites quelques opérations au-dessus du million d’euros chaque année, c’est déjà bien. Aujourd’hui, on ne vit pas sur des maisons haut de gamme, mais bien avec la maison de famille ou l’appartement de type F3-F4.

Sur Champagne même, y-a-t-il eu beaucoup de programmes neufs dans les trois dernières années ?

Oui, nous en avons commercialisé plusieurs, et notamment une à une moyenne de 4200 euros le mètre carré. C’est d’ailleurs là où l’on pouvait trouver des prix de 5000 euros le mètre carré en investisseurs. C’était une résidence assez haut de gamme, labellisée BBC.

Justement quel a été l’impact du BBC sur les dernières constructions ?

Il y a eu un impact de mode : les gens ne connaissent pas forcément le BBC et ses contraintes. Le BBC est un outil précis : il faut l'utiliser, ne pas trop le ventiler. C’est une éco-logistique de l’appartement qu’il faut respecter scrupuleusement. Il faut être un élève appliqué. Ça a été une mode, notamment chez l’investisseur qui souhaite défiscaliser. L’acquéreur de maison préfèrera nettement aujourd’hui la maison passive, ou très haute performance énergétique (THPE)que le BBC, qui n’est pas forcément très porteur.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Century 21 fait état de prix de l’immobilier records en France

Le réseau d’agences franchisées a fait part de son point trimestriel sur le marché immobilier national.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Les prix de l’immobilier progressent de 7%

L’INSEE a fait part vendredi de ses indices de prix des logements neufs et anciens au titre du premier trimestre 2022.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


La FNSafer appelle à la préservation du foncier agricole

La fédération nationale des Safer attend un renouvellement des générations en favorisant l’émergence de nouvelles solutions pour permettre concrètement les installations.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Le 2e et le 6e, arrondissements les plus chers de Lyon

nullLyon, qui affiche un prix médian de 5.060€ le m², voit des variations de prix importantes suivant les arrondissements.