Vénissieux, « une ville en mouvement »

Pour Alexis Jeannerot, négociateur à l’agence Square Habitat, à Vénissieux, Parilly et le secteur du Moulin à Vent sont les deux secteurs les plus prisés de la ville.

Avez-vous ressenti un impact négatif du fait de la remontée des taux d’intérêt depuis le début de l’année ?

Ça a été un peu l’inverse des taux : lorsque les taux étaient bas, en début d’année, la période a été particulièrement calme. Mais depuis le mois de mars, l’activité est bien repartie. Je pense que ça été un peu pareil pour tout le monde à Vénissieux.

Avez-vous ressenti un changement au niveau des prix par rapport à l’année dernière ?

Non, on reste quasiment sur les mêmes prix. On ne voit pas encore de ventes à des prix qui nous semblent en dehors du marché.

Quels sont les secteurs les plus prisés à Vénissieux.

On a beaucoup de demande au niveau de Parilly, au-dessous du Parc, mais également le secteur du Moulin à Vent, à la limite du huitième arrondissement de Lyon. Nous y avons réalisé pas mal de ventes et nous y avons une bonne demande. Après, il y a d’autres secteurs, comme les Minguettes ou Charréard, où les prix sont nettement moins élevés, mais où l’on enregistre des ventes aussi.

Secteur Minguettes Moulin à Vent Proche Parilly
Bien
standard
1300-1600 2300-2500 2300-2500

Sur quel niveau de prix se situe-t-on à Parilly et Moulin à Vent ?

Pour un T3 à Parilly ou Moulin à Vent, il faut compter de 130000 à 160000 euros, soit près de 2300-2400 euros du mètre carré. On a même des appartements qui vont jusqu’à 2500 euros du mètre carré sur ces secteurs. Après, le prix varie aussi suivant les prestations du bien.

Et sur les autres secteurs ?

Aux Minguettes, on sera entre 1300 et 1600 euros du mètre carré. Pour exemple, j’ai rentré hier un T5 de 97m² à 140.000 euros. Sur Vénissieux centre, on sera sur des prix plus proches de Parilly, entre 2200 et 2400 euros du mètre carré.

Quels sont les prix sur des maisons à Vénissieux?

C’est un peu délicat de mettre une fourchette de prix sur les maisons : j’en ai vendu une sur Moulin à Vent il y a un mois de cela à 275000 euros, et une ce mois-ci à 350000 euros sur le secteur limite Corbas. Il y a un peu de tout en termes de maisons, selon la taille selon le terrain. Le secteur des Italiens, qui est à la limite de Corbas, est essentiellement un quartier résidentiel, avec peu d’appartements et beaucoup de maisons. On y trouve beaucoup de maisons de type plan Favier, mais aussi beaucoup de maisons des années 2000, traditionnelles, mitoyennes par le garage. Pour celles-ci, on tournera autour des 270000-280000 euros, car sur ces maisons, on ne dépasse pas les 90-100 m² habitables.

La ville est assez bien desservie en termes de transports en commun...

Il y a deux arrêts de métro, Parilly et Gare de Vénissieux. C’est pour cela que le secteur de Parilly est très demandé. Le tramway est également très présent sur Vénissieux.

Avez-vous ressenti l’impact du PTZ+ sur Vénissieux ?

Oui, d’autant qu’on trouve beaucoup de primo-accédant et de locataires venir à l’acquisition. On a eu une tendance au mois de février-mars à ce que les gens ne demandaient plus que des biens dont le DPE avait une lettre de A à D. Je ne pense toutefois pas qu’il y a deux marchés. Après, si l’accédant qui peut bénéficier a le choix entre deux biens et que l’un dispose d’un bon DPE, alors il se portera plutôt sur ce bien-là.

Sur Vénissieux, le fait que l’on peut disposer des axes autoroutiers à proximité, c’est plutôt un avantage ou un désavantage ?

C’est clairement un avantage. On est à proximité de l’A7, du boulevard périphérique, et du boulevard urbain sud. C’est clairement un gros plus.

Quels sont pour vous les principaux avantages qui plaident en faveur de Vénissieux ?

On a dans un premier temps le fait d’une grande facilité en termes de transports publics, mais aussi le fait qu’on ait accès aux grands axes routiers, et que l’on soit à quelques minutes de Lyon intra-muros. C’est par ailleurs une ville en plein mouvement. La mairie fait beaucoup d’efforts pour améliorer la commune. On aura en 2012-2013 le plan Vénissieux aux Minguettes, qui vise à réhabiliter tout le secteur. Vénissieux une ville dynamique, qui bouge beaucoup et à proximité de beaucoup de commodités.

(Crédit Photo: Wikimedia CC- GFDL / gonedelyon)






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : des records en 2021, mais des incertitudes pour 2022

nullLa FNAIM a retracé une immobilière marquée par un record de ventes et de prix. Mais des incertitudes pèsent sur 2022, et notamment du point de vue des élections, des taux, et de l’impact de la rénovation énergétique.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.