Vénissieux, « une ville en mouvement »

Pour Alexis Jeannerot, négociateur à l’agence Square Habitat, à Vénissieux, Parilly et le secteur du Moulin à Vent sont les deux secteurs les plus prisés de la ville.

Avez-vous ressenti un impact négatif du fait de la remontée des taux d’intérêt depuis le début de l’année ?

Ça a été un peu l’inverse des taux : lorsque les taux étaient bas, en début d’année, la période a été particulièrement calme. Mais depuis le mois de mars, l’activité est bien repartie. Je pense que ça été un peu pareil pour tout le monde à Vénissieux.

Avez-vous ressenti un changement au niveau des prix par rapport à l’année dernière ?

Non, on reste quasiment sur les mêmes prix. On ne voit pas encore de ventes à des prix qui nous semblent en dehors du marché.

Quels sont les secteurs les plus prisés à Vénissieux.

On a beaucoup de demande au niveau de Parilly, au-dessous du Parc, mais également le secteur du Moulin à Vent, à la limite du huitième arrondissement de Lyon. Nous y avons réalisé pas mal de ventes et nous y avons une bonne demande. Après, il y a d’autres secteurs, comme les Minguettes ou Charréard, où les prix sont nettement moins élevés, mais où l’on enregistre des ventes aussi.

Secteur Minguettes Moulin à Vent Proche Parilly
Bien
standard
1300-1600 2300-2500 2300-2500

Sur quel niveau de prix se situe-t-on à Parilly et Moulin à Vent ?

Pour un T3 à Parilly ou Moulin à Vent, il faut compter de 130000 à 160000 euros, soit près de 2300-2400 euros du mètre carré. On a même des appartements qui vont jusqu’à 2500 euros du mètre carré sur ces secteurs. Après, le prix varie aussi suivant les prestations du bien.

Et sur les autres secteurs ?

Aux Minguettes, on sera entre 1300 et 1600 euros du mètre carré. Pour exemple, j’ai rentré hier un T5 de 97m² à 140.000 euros. Sur Vénissieux centre, on sera sur des prix plus proches de Parilly, entre 2200 et 2400 euros du mètre carré.

Quels sont les prix sur des maisons à Vénissieux?

C’est un peu délicat de mettre une fourchette de prix sur les maisons : j’en ai vendu une sur Moulin à Vent il y a un mois de cela à 275000 euros, et une ce mois-ci à 350000 euros sur le secteur limite Corbas. Il y a un peu de tout en termes de maisons, selon la taille selon le terrain. Le secteur des Italiens, qui est à la limite de Corbas, est essentiellement un quartier résidentiel, avec peu d’appartements et beaucoup de maisons. On y trouve beaucoup de maisons de type plan Favier, mais aussi beaucoup de maisons des années 2000, traditionnelles, mitoyennes par le garage. Pour celles-ci, on tournera autour des 270000-280000 euros, car sur ces maisons, on ne dépasse pas les 90-100 m² habitables.

La ville est assez bien desservie en termes de transports en commun...

Il y a deux arrêts de métro, Parilly et Gare de Vénissieux. C’est pour cela que le secteur de Parilly est très demandé. Le tramway est également très présent sur Vénissieux.

Avez-vous ressenti l’impact du PTZ+ sur Vénissieux ?

Oui, d’autant qu’on trouve beaucoup de primo-accédant et de locataires venir à l’acquisition. On a eu une tendance au mois de février-mars à ce que les gens ne demandaient plus que des biens dont le DPE avait une lettre de A à D. Je ne pense toutefois pas qu’il y a deux marchés. Après, si l’accédant qui peut bénéficier a le choix entre deux biens et que l’un dispose d’un bon DPE, alors il se portera plutôt sur ce bien-là.

Sur Vénissieux, le fait que l’on peut disposer des axes autoroutiers à proximité, c’est plutôt un avantage ou un désavantage ?

C’est clairement un avantage. On est à proximité de l’A7, du boulevard périphérique, et du boulevard urbain sud. C’est clairement un gros plus.

Quels sont pour vous les principaux avantages qui plaident en faveur de Vénissieux ?

On a dans un premier temps le fait d’une grande facilité en termes de transports publics, mais aussi le fait qu’on ait accès aux grands axes routiers, et que l’on soit à quelques minutes de Lyon intra-muros. C’est par ailleurs une ville en plein mouvement. La mairie fait beaucoup d’efforts pour améliorer la commune. On aura en 2012-2013 le plan Vénissieux aux Minguettes, qui vise à réhabiliter tout le secteur. Vénissieux une ville dynamique, qui bouge beaucoup et à proximité de beaucoup de commodités.

(Crédit Photo: Wikimedia CC- GFDL / gonedelyon)






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.