Le droit de partage va augmenter

Le droit perçu lors d'un règlement de succession ou de divorce va augmenter de 127 %.

Nouvel imbroglio concernant la réforme de l'ISF. Les parlementaires ont en effet adopté une disposition visant à doubler le droit de partage perçu lors du règlement d'une succession ou d'un divorce. Le droit perçu passe ainsi de 1,1 à 2,5 %, ce qui se traduira par une augmentation de 127 % et une entrée nette de 323 millions d'euros par an dans les caisses de l'État. Le droit de partage est un droit d'enregistrement réglé lors d'un divorce lorsque les anciens époux se partagent le bien, ou lors d'une succession lorsque les héritiers se partagent le patrimoine du défunt.

Cette mesure pose néanmoins un problème politique : la hausse de ce droit d'enregistrement peut être vue comme une ponction de plus sur les classes moyennes, alors même que l'allégement de l'ISF profite un des particuliers disposant d'un certain patrimoine. Certains craignent également que cette mesure touche en premier lieu les femmes, lesquelles obtiennent trois quarts des cas la garde des enfants. Cette mesure est toutefois nécessaire afin d'atteindre l'objectif de neutralité du projet de loi de finances rectificatives (PLFR).

De ce fait, l'un des risques soulevés par de nombreux spécialistes est que les ex-époux ou les héritiers restent en indivision, plutôt que d'acquitter la taxe. La situation pourrait bien, dans quelques années, ressembler à celle actuellement observée en Corse, là où sont dénombrées nombre d'indivisions immobilières. L'île bénéficie d'ailleurs en ce moment une exonération fiscale jusqu'au 31 décembre 2014. Les partages sont ainsi exonérés de ce droit, afin de notamment d’inciter les particuliers au regroupement, et d'aider l'administration cadastrale est voir plus clair dans des copropriétés parfois compliquées au bout de quelques générations.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.


La suppression totale de la taxe d’habitation reste en ligne de mire

Le ministre de l’Economie a réaffirmé vouloir aller au bout de la suppression de la taxe d’habitation, tout en indiquant que la question de son maintien pour les plus riches pourrait faire partie du futur grand débat.


ISF et IFI : perseverare diabolicum

TRIBUNE –  Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM, évoque les nombreuses problématiques en matière de fiscalité.


Une hausse de 11,71% des taxes foncières sur 5 ans

L’observatoire des taxes foncières de l’Union nationale de la propriété immobilière fait état d’un ralentissement de la hausse de la taxe foncière. Elle craint malgré tout que les collectivités, du fait de la baisse de la taxe d’habitation, n’augmentent d’autres taxes.


Prélèvement à la source : la CAPEB demande une indemnisation de l’État

La confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment indique ne pas vouloir réaliser le travail de l’État, et demande, face au surcroit de formalité une indemnisation.


TEOM de la Métropole de Lyon: les républicains demandent une mission

Les élus de droite ont demandé une mission d’information et d’évaluation sur la gestion de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.


L’Assemblée générale de l’UNPI sous le signe de la loi ELAN

L’UNPI Métropole de Lyon et Rhône a tenu samedi son assemblée générale à Lyon, dans le deuxième arrondissement, en présence de Pierre Hautus, directeur de l’union nationale des propriétaires immobiliers.


« Nous voulons un moratoire sur la totalité de la fiscalité locale »

null
Pierre Hautus, directeur de l’Union nationale des propriétaires immobiliers, était présent ce samedi lors de l’assemblée générale de l’UNPI Lyon Métropole et Rhône. Nous évoquons avec lui les diverses problématiques des propriétaires, et notamment celles découlant du projet de loi ELAN.


La taxe d’habitation maintenue pour les résidences secondaires ?

Les déclarations du ministre de l’Economie, Bruno le Maire, laissent penser que celle-ci pourrait être maintenue à l’horizon 2021.


Nouvelle date limite pour l’IFI

Un délai supplémentaire pour les contribuables redevables de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a été octroyé par la Direction générale des finances publiques.


La Cour des comptes épingle les dispositifs d’aides Scellier et Pinel

Selon l’institution, l’impact économique des aides fiscales à l’investissement locatif s’avère limité.


La FNAIM salue l’absence de projet d’augmentation de la taxe foncière

La FNAIM, par le biais de son président, Jean-Marc Torrollion, a salué favorablement la décision de ne pas compenser la fin de la taxe d’habitation par une augmentation de la taxe foncière.


La taxe foncière ne sera pas calculée en fonction des revenus

Le Premier ministre a démenti mardi matin l’idée selon laquelle la taxe foncière pour être calculée en fonction des revenus des propriétaires.