Les emprunteurs bientôt fichés ?

Le ministère de l’économie et des finances a annoncé lancer une consultation sur la création d'un fichier national des emprunteurs.

Une consultation publique a été lancée ce matin par le ministère de l’économie et des finances sur la création d’un fichier dit "positif" des emprunteurs. Celle-ci se fera sur la base du rapport du comité consultatif du secteur financier, chargé de préfigurer la création de ce registre national des crédits aux particuliers. Ce comité, présidé par Emmanuel Constans, était composé de membres des assemblées parlementaires, de représentants de l’État et de la Banque de France, d’un membre de la CNIL et de représentants des banques et des associations de consommateurs.

Ce fichier aurait pour but de prévenir le surendettement et d’assurer « une meilleure information des prêteurs sur la solvabilité des emprunteurs », note le ministère de l’économie et des finances. Alors que jusqu’ici, seules les personnes ayant fait l’objet d’un incident de paiement faisaient l’objet d’une inscription au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP), un tel fichier aurait pour but d’étendre le procédé au recensement d’approximativement 25 millions de Français détenant un ou plusieurs crédits, tant immobiliers qu’à la consommation. En cas d’inscription dans la loi, le fichier devrait être consulté par les établissements de crédit avant l'octroi d’un prêt aux particuliers.

Les grandes banques opposées au projet

Mais l’éventualité de la mise en place d’un tel fichier déplait fortement aux banques, comme l’a récemment indiqué la Fédération bancaire française (FBF). D’une part le coût envisagé – entre 525 et 820 millions – est rédhibitoire. De plus, le phénomène de surendettement est, pour elle, dû en grande partie à des accidents personnels tels qu’une perte d’emploi, ou une baisse des revenus, plutôt qu’une trop forte contraction de crédit.

Pour d’autres raisons, les associations de consommateurs sont, elles aussi, pour le moins critiques, du fait des craintes concernant l’utilisation commerciales des données récupérées. Seule organisation à être véritablement favorable à un tel fichier, la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), qui regroupe les enseignes de grande distribution, propriétaires d’institutions financières « maison ». Celle-ci estime ainsi ainsi que sa création serait « une avancée majeure en permettant aux prêteurs de vérifier la solvabilité des particuliers emprunteurs ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Nette hausse des taux de crédit immobilier au 2e trimestre

nullC’est le constat de l’observatoire Crédit Logement / CSA au titre de la période.


Le HCSF prend note de l’assainissement des pratiques d’octroi de crédit immobilier

Le Haut Conseil de stabilité financière s’est réuni ce mardi.


BCE : la remontée des taux est dans les tuyaux

La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu’elle comptait relever ses taux de 25 points de base le mois prochain.


La production de crédit en avril avoisinait ses plus hauts niveaux sur 5 ans

C’est ce qu’a révélé la Banque de France dans son son dernier point mensuel portant sur les crédits aux particuliers.


La hausse des taux s’accélère, le nombre de prêts accordés s’affaiblit

Les taux de crédit immobilier poursuivent leur remontée, notent les courtiers en crédit immobilier. L’observatoire CSA/Crédit Logement a, lui, dévoilé ses statistiques au titre du mois de mai, qui confirme ce mouvement de hausse.


Immobilier : des retournements de prix plus probables, selon la BCE

nullC’est ce qu’a estimé la Banque centrale dans une étude publiée au sein de sa dernière revue sur la stabilité financière.


La Banque des Territoires a, en 2021, aidé la construction et soutenu l’industrie

A l’occasion de la présentation de ses résultats, l’institution a indiqué qu’elle avait oeuvré pour financer la construction et la réhabilitation de milliers de logements sociaux en Auvergne-Rhône-Alpes.


La Banque de France alerte sur la dette

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, intervenait ce mardi en clôture de la conférence du Haut Conseil des Finances Publiques.


Banque Populaire AURA a accordé 8 milliards d’euros de crédits en 2021

nullL’établissement basé en Auvergne-Rhône-Alpes a fait part d’un résultat net de 150,7 millions d’euros. Le produit net bancaire atteint un niveau de 736,6 millions d’euros, en hausse de 8,2%.


« L’ère des taux très très faibles est certainement révolue»

C’est ce qu’a indiqué le directeur général de la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes, Daniel Karyotis, à l’occasion de la présentation des résultats 2021 de l’établissement.


Les taux de crédit immobilier en forte hausse

nullC’est ce qu’a indiqué ce mardi l’intermédiaire en crédit immobilier Emprunt Direct.


La transition énergétique et le télétravail, des risques pointés par la BCE

Les expositions des banques aux secteurs de l’immobilier commercial et résidentiel ont été pointées par l’institution comme une vulnérabilité clé dans son évaluation des risques pour 2022/2024. Dans le segment de l’habitat, la surévaluation des prix est également identifiée comme un risque.


Production de crédit immobilier au plus haut, à 274 milliards d’euros en 2021

La Banque de France a fait part ce vendredi de son point mensuel sur les crédits aux particuliers. Si elle s’affiche encore, sur un an, en hausse par rapport à 2020, la production a faibli en fin d’année. Une possible hausse des taux de la part de la BCE pourrait impacter le marché du crédit en 2022.


Le nombre de prêts accordés en baisse, selon CSA/Crédit Logement

En janvier 2022, le taux moyen des crédits du secteur concurrentiel s’est établi à 1.07%.


Net rebond des taux de crédit immobilier

Les courtiers en crédit immobilier font état, en ce début de mois, d’une hausse de 10 à 15 points de base des taux, une conséquence logique des récents mouvements sur les marchés de taux.