Ces niches fiscales immobilières pointées par Bercy

Un rapport de l'inspection générale des finances a fait le compte des niches fiscales les moins vertueuses, en termes de rendement fiscal. Le Scellier est jugé peu efficace.

Le rapport sur les niches fiscales promettait de faire du bruit. Il n'en a pas été autrement. Celui-ci, concocté par l'Inspection générale des finances (IGF) , a fait la liste des dépenses fiscales et niches sociales afin de dresser un état des lieux sur leur rendement fiscal. Elle a ainsi noté celles-ci de 0 à 3 au regard de leur efficacité.

Pour ces hauts fonctionnaires de Bercy, 125 dépenses fiscales et 17 niches sociales, représentant, respectivement, des montants de 11,8 et 3,3 milliards d'euros sont ainsi notés 0, soit une efficacité nulle. C'est le cas notamment de l'abattement de 10% sur le revenu imposable des retraités. Celui-ci est proportionnel au niveau de pension, et, de ce fait, a un coût budgétaire important de l'ordre de 4,3 milliards d'euros.

Dans l'immobilier, certaines niches font partie de cette catégorie, comme la réduction d'impôt au titre des investissements locatifs et de la réhabilitation de logements outre-mer, qui coute 370 millions à l'Etat chaque année. Autre dispositif jugé inefficace par Bercy : l'exonération des intérêts et primes versés dans le cadre de l'épargne logement (440 millions).

Le Scellier jugé peu efficace

Mais d'autres dispositifs sont jugés peu efficaces par les fins limiers de Bercy : c'est le cas notamment des dispositifs immobiliers Scellier et Scellier intermédiaire, qui favorisent l'investissement locatif. Ces derniers obtiennent ainsi la note 1 sur l'échelle de 0 à 3 établie par l'IGF.

Toutefois, le dispositif n'est pas le seul à être dans le viseur de Bercy : le crédit d'impôt pour dépenses d'équipement de l'habitation principale en faveur des économies d'énergie et du développement durable, qui coûte chaque année 1,95 milliard d'euros, est également placé dans cette catégorie.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Oui, comme d’habitude, on voit bien qui pas en prendre plein la tête… :-S

Et en ce qui concerne les investissements dans les chevaux de courses, je suis curieux de savoir comment Bercy l’a classé… …comme c’est réservé aux gens « relativement » aisés…

Signaler un abus

Je remarque que, parmi celles qui sont remises en question, la suppression de certaines niches fiscales impacteraient tous les niveaux de revenu. C’est le cas notamment de l’abattement de 10% sur le revenu imposable des retraités, telle que nous est présentée sa suppression. Cette suppression impacterait donc négativement la consommation, par perte de pouvoir d’achat sur les revenus les plus bas. En cela, cette suppression me semble déjà être un non-sens économique. Il me semble aussi que la justice sociale commanderait, si cette mesure devait être décidée, qu’elle soit assortie d’un seuil minimum de revenu au-dessous duquel elle ne s’appliquerait pas. Je vois mal de toutes petites retraites, seuls revenus de nombreux foyers fiscaux, subir de telles ponctions, lorsque l’on voit, parallèlement à cela, sur quel train d’autres vivent, sans être inquiétés fiscalement. Personnellement, je ne pourrais en aucun cas soutenir quel parti politique que ce soit qui prendrait une telle mesure. Je trouve cela particulièrement odieux et glaçant. D’une manière générale, pour renforcer les rentrées fiscales,il y aurait lieu de prendre l’argent où il se trouve, et pas chez les plus démunis. Ainsi, par exemple, on donne des avantages fiscaux sans distinction de revenu pour acheter un logement (PTZ+, Scellier, …). La première mesure ne serait-elle pas de conditionner ces dispositifs à des seuils de revenus maximum, et, pour le PTZ+, à l’immobilier neuf exclusivement, afin de soutenir la construction de logements.

Signaler un abus

Et les SCI comment sont elles considérées?

Signaler un abus

Les SCI n’ont pas l’air d’être concernées. La notion de société n’étant pas supposée être une niche. Sinon la SA ou la SAS le serait…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Jean Castex valide les propositions de la commission Rebsamen

nullEn ouverture du congrès de l’USH, le Premier ministre a annoncé la compensation de l’exonération de TFPB, mais aussi une réforme du dispositif Cosse, un recensement des ressources foncières publiques, et la mise en place de contrats de relance du logement.


Réactions plutôt positives suite aux annonces de Jean Castex

La FFB et In’li ont réagi au discours du Premier ministre devant le congrès de l’USH.


Lyon acte une hausse de taxe d’habitation sur les résidences secondaires

null
Le conseil municipal de Lyon a voté plusieurs délibérations portant sur des ajustements fiscaux, dont la hausse du taux de la taxe d’habitation de 20% à 60% pour les résidences secondaires.


Un conseil de la Métropole de Lyon pour une erreur sur le taux de la TFPB

nullLes élus se sont réunis par visioconférence ce lundi, pour corriger une erreur sur les bases fiscales sur le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties. L’opposition a critiqué un « amateurisme » et « un manque de démocratie ».


Baisse de 1,29 milliard d’euros des impôts de production dans la région

La préfecture de Région a fait part des chiffres de baisse des impôts de production en région Auvergne-Rhône-Alpes dès cette année 2021.


Loi de finances 2021 : un budget logement de 16,2 milliards d’euros

Bercy a dévoilé ce lundi son projet de loi de finances 2021. La hausse du budget logement s’élève à 390 millions d’euros.


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.