Les promesses de vente en repli aux États-Unis

Celles-ci ont reculé de 1.3% en juillet par rapport à juin, selon les derniers chiffres de la NAR.

C'était l'une des rares statistiques qui donnait satisfaction ces derniers mois dans le secteur de l'immobilier américain. Les derniers chiffres des promesses de ventes de logements aux États-Unis résonnent comme une désillusion pour les professionnels. Ces dernières ont reculé de 1,3% en juillet par rapport à juin, selon les derniers chiffres publiés par la NAR, l'Association nationale des agents immobiliers.

Les analystes qui suivent le secteur s'attendaient toutefois à pareille déconvenue. Car il faut dire que les promesses de ventes avaient augmenté de 2,4% en juin, après une hausse au mois de mai. Deux mois qui avaient entretenu l'espoir d'une possible reprise sur le marché de la transaction, alors même que des tensions apparaissent sur le marché locatif, avec un taux de vacance au plus bas. Il conviendra désormais d'observer le comportement du marché dans les prochains mois, afin de déterminer s'il s'agit d'une pause statistique ou d'une véritable rechute des promesses de vente. Car sur un an, ces dernières restent quand même en nette hausse, de 14,4%.

Le secteur du neuf toujours à la peine

Le marché immobilier américain reste au plus bas depuis la crise des subprimes, avec des prix au plus bas et des ventes de logements qui tardent à repartir, comme en atteste la chute de 0.7% des ventes de logements neufs au mois de juillet, après un recul de 2,9% en juin - selon les chiffres publiés la semaine dernière par le département du Commerce. Ces dernières s'établissent donc au plus bas depuis février, à 298.000 unités, après 300.000 en juin, un chiffre également revu en nette baisse. Seule consolation pour le secteur du neuf: Le prix de vente médian a un peu remonté, à 222.000 dollars en juillet soit une hausse de 4,7% par rapport à un an plus tôt.

Il faut dire que l'offre se restreint : les stocks sont, en effet, à un nouveau plus bas historique, à 165.000 unités. Les promoteurs s'adaptent en fait à des ventes de logements neufs atones pendant la première moitié de 2011, qui restent à plus 50% en dessous de leur moyenne à long terme. Même les mises en chantier, orientées à la hausse depuis les 5 derniers mois, et qui atteignent 629 000 en juin en rythme annualisé, restent très basses par rapport à leur moyenne long terme, de 1,5 million annualisé.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : des records en 2021, mais des incertitudes pour 2022

nullLa FNAIM a retracé une immobilière marquée par un record de ventes et de prix. Mais des incertitudes pèsent sur 2022, et notamment du point de vue des élections, des taux, et de l’impact de la rénovation énergétique.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.