Une exonération totale des plus values immobilières après 30 ans

Le gouvernement a transigé sur les plus values immobilières. Un système d’abattement est réintroduit, montant en puissance avec le temps.

L'Assemblée nationale va examiner ce mardi le projet de loi de Finances rectificative qui comprend notamment l’épineuse question de la taxation des plus values immobilières. Le projet initial du gouvernement visait initialement à supprimer le système d’abattement qui avait cours jusqu’à maintenant, à savoir un abattement de 10% par an après 5 ans, soit une exonération totale après 15 ans.

Mais ce projet n’était pas appuyé par les députés de la majorité, qui mettaient en avant les risques afférents à une telle mesure : la différence de traitement entre les résidences secondaires et la résidence principale devenait en effet trop importante, augmentant le risque de fraude. En outre, le risque de voir les vendeurs intégrer la taxation des plus values dans le prix de vente était important .

Du coup, le rapporteur UMP du budget, Gilles Carrez avait déposé un amendement hier, qui faisait passer l’exonération totale après 25 ans. Le rythme d’abattement aurait dans ce cas été de 5 % par an au-delà de 5 ans. Mais cette solution coutait trop cher pour l’Etat : 1 milliard d’euros.

Une exonération non linéaire

Les députés et le gouvernement se sont donc accordés pour une solution beaucoup moins onéreuse pour l’Etat : il s’agirait de proposer des abattements non linéaires, avec une montée en puissance au cours du temps. Le journal Les Echos détaille ce matin le calcul de ceux-ci. L’abattement serait ainsi de 2% après la cinquième année, et ce jusqu’à 15 ans. De 15 à 25 ans, les abattements seraient de 3%, et de 10% après 25 ans. L’exonération serait totale au bout de 30 ans. Le coût du dispositif serait de 150 millions, en partie compensé par une mesure obligeant les cessions de parts de SCI réalisées à l'étranger à être constatées par acte notarié.

Souvent, les SCI, dont les immeubles sont en général constitués d'immeubles situés en France, voient leurs parts cédées sans qu’aucune taxe ne soit déboursée. Cette cession par acte notarié devrait rapporter 100 millions d’euros à l’Etat. Mais une autre mesure devrait permettre de financer le surcout de cette retouche, à savoir la fin du régime du bénéfice mondial consolidé. Ce dernier, utilisé par les multinationales, permettait de déduire des bénéfices de la maison mère les déficits enregistrés à l'étranger. Cette mesure rapporterait 20 millions d’euros.
» La piste suisse pour sauver les abattements sur les plus values
» Plus-values immobilières : la fronde parlementaire

» La réforme des plus-values va rapporter 2.2 milliards à l’Etat

» Plus values immobilières, rabot du Scellier: les critiques fusent
» Le Scellier raboté, les promoteurs furieux | Le PTZ+ épargné
» DOSSIER – L’immobilier et la rigueur

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Mouais 2% par an puis 3% par an ca revient à déduire l’inflation.
Tout ca pour ça…
Ca va encourager la rétention des biens.
Etape 2: Augmentation des taxes sur la possession de résidence secondaires ou locatives. Le PS s’en occupera lol

Signaler un abus

Il est certain que si les socialistes passent à la prochaine élection, l’investissement locatif va mourrir, au profit du logement social… Mais c’est normal, on est dans un pays communiste! On sait ce qui est advenu de l’URSS. On y va tout droit…

Signaler un abus

C’est encore pire que le projet précédent…

Imaginez, je vend au bout de 15 ans, l’abattement et de 10 ans X = 20%.

Dans le projet précédent, l’abattement était de 15 ans X taux d’inflation annuel, si on prend la vraie inflation c’est 100%… En pratique on arrive aussi vers les 20%.

Après 30 ans, on est déjà mort.

Signaler un abus

« Après 30 ans, on est déjà mort »

Pas grave. Faites votre sépulture dans votre appart mais NE VENDEZ PAS. Faut pas faire de cadeau a ce gouvernement qui reprend d’une main ce qu’il vous a donné de l’autre avec ses scelliers PTZ+ remboursement d’interet d’emprunts et j en passe.

En plus y a largement assez de ponts en France pour loger les jeunes.

Signaler un abus

[…] Une exonération totale des plus values immobilières après 30 ans […]

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Jean Castex valide les propositions de la commission Rebsamen

nullEn ouverture du congrès de l’USH, le Premier ministre a annoncé la compensation de l’exonération de TFPB, mais aussi une réforme du dispositif Cosse, un recensement des ressources foncières publiques, et la mise en place de contrats de relance du logement.


Réactions plutôt positives suite aux annonces de Jean Castex

La FFB et In’li ont réagi au discours du Premier ministre devant le congrès de l’USH.


Lyon acte une hausse de taxe d’habitation sur les résidences secondaires

null
Le conseil municipal de Lyon a voté plusieurs délibérations portant sur des ajustements fiscaux, dont la hausse du taux de la taxe d’habitation de 20% à 60% pour les résidences secondaires.


Un conseil de la Métropole de Lyon pour une erreur sur le taux de la TFPB

nullLes élus se sont réunis par visioconférence ce lundi, pour corriger une erreur sur les bases fiscales sur le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties. L’opposition a critiqué un « amateurisme » et « un manque de démocratie ».


Baisse de 1,29 milliard d’euros des impôts de production dans la région

La préfecture de Région a fait part des chiffres de baisse des impôts de production en région Auvergne-Rhône-Alpes dès cette année 2021.


Loi de finances 2021 : un budget logement de 16,2 milliards d’euros

Bercy a dévoilé ce lundi son projet de loi de finances 2021. La hausse du budget logement s’élève à 390 millions d’euros.


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.