L’immobilier, placement le plus sûr pour les français

Selon un sondage Ipsos, réalisé pour réseau Orpi, l’immobilier reste le placement financier le plus sûr actuellement.

39%. C’est la part de français qui considère l’immobilier comme étant le plus sûr placement actuellement en France, selon un sondage réalisé par l’institut Ipsos pour le réseau d’agences immobilières Orpi.

L’immobilier devance assez nettement les livrets d’épargne, et comptes-épargne proposés par les établissements financiers (29%), ou encore l'assurance-vie (19%).

Quant aux actions et obligations, celles-ci sont reléguées très loin dans le palmarès, avec seulement 2% de français les considérant comme sûres. La crise financière de l’été a sans doute renforcé l’idée communément admise que les actions sont de façon inhérente des actifs risqués et peu surs.

L’immobilier plébiscité chez les CSP+

L’immobilier reste en outre plébiscité par les classes socioprofessionnelles les plus aisées. Chez les foyers déclarant 3.000 euros et plus mensuels, l'immobilier constitue à 52% le placement le plus sûr.

Pour Bernard Cadeau, ces « 39% de Français qui croient encore en l'immobilier comme placement sûr montrent que ce secteur reste une valeur refuge".

Le président d’Orpi indique toutefois que les récentes mesures gouvernementales ont perturbé le marché. "Les récentes décisions gouvernementales les ont clairement perturbés. Cela se traduit d'ailleurs de manière instantanée sur le terrain avec 5% de nos clients qui ont retiré le mandat de vente de leur résidence secondaire dans la semaine qui a suivi" l'annonce de François Fillon du 24 août sur la fin du système actuel des abattements de 10% sur les plus values après 5 ans de détention.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

C’est le bla bla habituel de début d’automne. Les lobbies immobiliers font feu de tout bois pour nous dire que y’a pas mieux que l’immobilier, et en sous-jacent que « C’EST LE BON MOMENT D’ACHETER ». Tout ceci avec la bienveillance de l’état et des collectivités qui attendent la gueule ouverte que leur tombent taxes et droits de mutation. Mais les acheteurs, ils sont grippés, ils n’ont plus envie de payer les plus-values exorbitantes demandées par les vendeurs, surtout ces vieux vendeurs cupides qui ont déjà plus que ce qui leur faut et qui veulent encore plus, histoire peut-être d’emmener tout ça un jour dans leur tombe. Non les acheteurs, ils sont devenus raisonnables, ils ne bougent pas, ils ne veulent pas devenir l’esclave des banquiers pendant 25 à 30 ans à se serrer la ceinture pour rembourser un crédit immobilier. Les acheteurs ils restent locataires et attendent de voir ce qui va se passer.

Signaler un abus

effectivement, nosu les acheteurs on ne peut plus!!!!! vous avez beau nous forcez on ne peut pas cest tout! On ne va pas se mettre la corde au cou

Signaler un abus

La bulle immobiliere , jaurai été fier d etre rester locataire.

Jeune cadre depuis plus de 3 ans, avec un apport de 50 000 euros. Impossible d’acheter. trop cher! si je peux acheter un appart T4 75m2 à Lyon 7 pour 190 000 euros avec un emprunt sur 25 ans et un cout de crédit de 100 000 euros. 100 000 + 190 000 + 19 000 (frais notaire) = 309 000 euros. voilà ce que va me couter l appart dans 25 ans. DONC NON MERCI BANDE D ESCROC. LES JEUNES OUBLIEZ L IMMO C EST TROP CHER PAS RENTABLE !

Signaler un abus

Bien vu, fierdetrelocataire ! Le problème, c’est que les jeunes – beaucoup d’entre eux – se font enfumer. Leurs parents, qui ne comprennent pas que l’immobilier est devenu une monstre arnaque, les incite à acheter… pour préparer l’avenir, pour leur sécurité… Les lobbies immobiliers achèvent de les convaincre. La plupart des jeunes ne réfléchissent pas assez à cela, ils foncent, achètent en croyant habiter chez eux, sans se rendre compte qu’ils habitent chez leur banquier. Et ils crèvent la dalle pendant 20 à 30 ans pour rembourser, quand ils ne devront pas revendre avant, victime d’un « accident de la vie » avec un risque de moins-value potentiellement énorme.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les loyers pourront augmenter de 0,46%


L’indice de référence des loyers, qui régit la révision des loyers en cours de bail, progresse légèrement, mais dans des proportions bien moindres qu’en 2019.


Thierry Repentin, nommé président de l’ANAH

Le maire de Chambéry a été nommé président du conseil d’administration de l’Anah, et succède ainsi à Nathalie Apperé, maire de Rennes et présidente de Rennes Métropole.


L’UNIS souhaite un observatoire des charges de copropriété

Relations partenariales avec les professionnels et les élus, encadrement des loyers, éco-rénovation : les sujets sont nombreux dans les prochains mois pour l’UNIS Lyon-Rhône.


«L’encadrement des loyers ne réglera pas le problème du manque de logements»


Patrick Lozano est le président de l’UNIS-Lyon-Rhône. Nous évoquons, avec celui qui a récemment été réélu pour trois ans à la tête de l’Union locale, la question de l’encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne.


Patrick Lozano réélu président de l’UNIS

Celui qui était déjà président de l’Union des syndicats de l’immobilier Lyon-Rhône a été renouvelé pour un mandat de 3 ans.


L’encadrement des loyers au centre d’intenses débats à la Métropole

Le conseil de la métropole de ce lundi a mis en lumière d’importantes divisions en matière de vision sur le logement entre les différents groupes politiques.


Accès au logement : une charte de lutte contre les discriminations

Cette charte a été signée par le gouvernement et les professionnels de l’immobilier.


La convention Patrimonia 2020 ouvre ses portes pour 2 jours


Cette convention ouvre les 1er et 2 octobre au centre des congrès de Lyon, à la Cité internationale, dans le 6ème arrondissement.


Rénovation des copropriétés : les professionnels de l’immobilier s’engagent

Les professionnels de la FNAIM, de Plurience et de l’UNIS s’engagent sur la rénovation de 50.000 copropriétés sur trois ans.


Loi de finances 2021 : un budget logement de 16,2 milliards d’euros

Bercy a dévoilé ce lundi son projet de loi de finances 2021. La hausse du budget logement s’élève à 390 millions d’euros.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Foncière Magellan : un milliard d’actifs sous gestion

La foncière a annoncé accélérer son développement et poursuivre la mise en œuvre de sa stratégie ISR.


La réforme des APL sera mise en œuvre au 1er janvier 2021

La ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, l’a confirmé dans le journal « Le Parisien ». Elle a également évoqué d’autres mesures, notamment en faveur de la rénovation énergétique.


Les loyers ont continué de grimper à Paris, en dépit de l’encadrement

L’observatoire des loyers de l’agglomération parisienne a publié en fin de semaine dernière les résultats définitifs de son enquête annuelle.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.