Villeurbanne a « été préservé d’une hausse excessive »

Gilles Vaudois, directeur de l’une des deux agences Laforêt de Villeurbanne, nous parle de l’évolution du marché immobilier dans la ville.

Comment avez-vous vu évoluer les prix sur Villeurbanne ?

En 2002-2003, les gens ne voulaient pas habiter Villeurbanne. Il fallait traverser la voie ferrée et les gens étaient réticents. En 2004, ils disaient la même chose, sauf que quand ont les rappelait pour savoir où ils avaient acheté au final, on se rendait compte qu’ils avaient acheté à Villeurbanne ! C’est pour cette raison que je me suis installé à Villeurbanne. Le marché est passé d’un marché locatif, très populaire, à un marché d’employés +, cadres moyens. Les commerces ont suivi le mouvement : beaucoup d’enseignes se sont installées. Même le niveau de chalandise du Monoprix a changé : ils sont montés en gamme. On a eu une chance fantastique : lorsque les prix sont montés en gamme, il y avait beaucoup de programmes neufs en livraison. Cela permettait d’étalonner les prix : on pouvait dire aux vendeurs : « vous ne pouvez pas être supérieurs aux prix des programmes neufs qui sortent ». Soit pour un immeuble des années 80, un prix inférieur de 20% à 30% du prix du neuf. Du coup, nous avons été préservé d’une hausse excessive, alors que Part Dieu Est, elle n’a pas connu la même évolution. Vu que la ZAC de la Buire n’était pas encore construite, et que les autres programmes étaient déjà livrés, les gens n’avaient pas de baromètre. Les prix se sont fait corriger par les acquéreurs. Des appartements sont restés longtemps à la vente sur Part-Dieu, alors que ce n’était jamais arrivé auparavant. Tout ça parce que les vendeurs se disaient qu’ils étaient à 200 mètres de la Part-Dieu, qu’ils étaient à Lyon, et qu’ils pensaient qu’ils devaient se placer sur la moyenne haute… Les vendeurs étaient attirés par la lumière et se sont brûlé les ailes. Le marché n’a pas répondu.

L’écart entre le neuf et l’ancien s’est-il accru ?

Il est beaucoup trop important à Lyon. Il y aura un réajustement des prix de l’ancien, comme je l’ai évoqué. Le neuf impacte peu l’ancien car il y a peu de neuf à Lyon, et le plus souvent il est hors de prix. Si Il y avait beaucoup de neuf, ce pourrait impacter l’ancien.

Un programme sort à Maisons neuves à 4000 euros du mètre carré, ça n’a donc pas d’impact ?

Non, car il y a peu de programmes neufs. Les promoteurs ne sont pas en concurrence dans le neuf. Si il y avait de la concurrence et beaucoup de foncier, les prix seraient plus bas. Or il y a peu de foncier disponible. On ferait alors référence à des programmes qui seraient à côté de chez soi. Aujourd’hui, il n’y a pas suffisamment de programmes pour pouvoir le faire. Ce n’est pas un programme à 4000 euros qui fait les prix de 95% du marché. Le neuf reste un épiphénomène. Seules des ZAC comme la Buire a eu un peu d’impact. Le Confluent n’a en revanche jamais été un baromètre pour les autres secteurs car il est excentré. C’est un quartier totalement neuf. A Lyon, nous avons eu une forte augmentation en 2000-2001 dans l’ancien, parce que nous avons rattrapé un retard accumulé au fil du temps. Avant cette hausse, nous étions moins chers que Grenoble, Annecy, ou Nantes. Nous avons subi la hausse moyenne de la Province, plus le rattrapage sur ces villes. A cette époque, nous trouvions encore dans le sixième arrondissement des appartements à 1300 euros du mètre carré, alors que ces appartements auraient dû être, à l’époque, aux alentours de 2000-2200 euros. Lyon a pris 25000 habitants en 20 ans. Il faut bien loger tout ce monde. La différence, par exemple, avec une ville comme Toulouse, c’est qu’il y a de l’étendue à l’extérieur où il y a eu beaucoup de programmes de promoteurs, ce qui n’a pas été le cas ici. Aujourd’hui, à Lyon, la petite maison dans la prairie est loin. Des secteurs comme Bourgoin-Jallieu ou Ambérieu ont capté une clientèle de lyonnais.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Hausse de la vacance en Suisse

Dans son étude « Construction et logement 2018 », l’office fédéral de la statistique suisse a fait un point sur les logements vacants au 1er juin 2019 dans la confédération.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


2019, une belle année pour l’immobilier dans la Loire


Les notaires de la Loire présentaient ce mardi leur observatoire de l’immobilier. La dynamique des volumes et des prix a été particulièrement bonne l’an dernier dans le département.


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.


Immobilier ancien : Guy Hoquet fait le bilan d’une année sous tension

Guy Hoquet l’Immobilier a fait un bilan de l’année 2019 en termes de prix et de ventes, au niveau national et dans les régions.