Nouvelle baisse des prix de l’immobilier à Paris en novembre

Les prix parisiens sont en repli de 2.5% par rapport à leurs plus hauts de juin 2011, selon Meilleursagents.com.

Les prix parisiens ont encore reculé en novembre, de 0.4%, après une hausse surprise en octobre, due notamment à l’afflux de petites surfaces dans les meilleurs quartiers de Paris. Les prix sont ainsi en retrait de 2,5% par rapport à ceux de juin 2011. La baisse est plus prononcée dans les départements de banlieue, avec un recul de 1% en novembre dans la petite couronne et de 1,5% en grande couronne.

Autre signe inquiétant pour le marché parisien : les délais de vente sont partout multipliés par deux, signe que les vendeurs n’ont pas encore intégré la nouvelle psychologie du marché. Le délai de vente moyen atteint 45 jours, soit le double d’il y a un an. Le courtier indique ainsi que sur la région parisienne, « 2012 s’annonce sous le signe d’une baisse des prix progressive dans un marché ralenti ».

Les petites surfaces résistent

Selon Meilleursagents.com, «les prix ont baissé de plus de 1% sur les grands appartements (3 pièces et plus) alors que ceux des petites surfaces (studios et 2 pièces) résistent encore (+0,2%). » Toutefois, l’effet valeur refuge de la pierre continue à jouer pour certains biens « Des particuliers principalement français inquiets des aléas des marchés financiers et des perspectives économiques continuent de se tourner vers la pierre. Les biens de bonne qualité d’une valeur inférieure à 350 000 € situés dans le centre de Paris se vendent toujours rapidement et cher » note le courtier.

« En cette fin d’année, le marché parisien est beaucoup moins flamboyant qu’au printemps, et de nombreux appartements de qualité standard mais proposés 10 à 15% trop chers ne se vendent pas » note Meilleursagents.com, qui pense que l’atterrissage des prix parisiens a déjà commencé.

La fin du PTZ+ aura un impact

Selon Sébastien de Lafond, Président et fondateur de MeilleursAgents.com , « pour 2012, il est difficile d’envisager un quelconque scenario haussier. Mais le climat d’incertitude généralisé nourrit une forte demande pour la pierre-valeur refuge. Cela écarte pour le moment, sauf remontée des taux, tout scenario de baisse importante et rapide des prix à Paris ».

Pour 2011, la hausse des prix devrait être de 5% depuis le 1er janvier 2011 et de +6% sur 12 mois, soit un chiffre bien inférieur aux 20% enregistrés sur la période de juin 2010 à juin 2011. La fin du PTZ+ devrait avoir un effet baissier sur les prix, notamment en grande couronne et dans les zones les moins chères de la proche banlieue, où près de 40% des acheteurs en ont bénéficié jusqu’ici.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

ahahhahahahhahahahha

vendez et vite tres tres vite: ou pleurez en admirant la chute des prix de vos apparts!

ahahahhahahahhahha

Signaler un abus

oh non tu commences à squatter ce site. pas top !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.