Crédit Immobilier: mouvement contraires selon Meilleurtaux

Les banques ont procédé, pour moitié, à une remontée de leurs taux en janvier, mais 30% ont, dans le même temps, baissé les leurs.

La visibilité sur l’évolution des taux de crédit immobilier reste limitée en ce début d’année. Si le courtier en prêt immobilier Empruntis a fait état d’une remontée inéluctable des taux sur les prochaines semaines, son confrère Meilleurtaux se montre nettement plus nuancé sur l’évolution des taux. Celui-ci constate en effet que si 54% des banques ont augmenté leurs taux de crédit en janvier, 30 % les ont dans le même temps baissé.

Les banques ayant augmenté leurs taux ont toutefois procédé à des hausses moyennes de 10 points de base, alors même que les établissements ayant diminué les leurs ont procédé à des baisses de 17 points de base en moyenne. De ce fait, pour Sandrine Allonier, responsable des études économiques de Meilleurtaux.com, « il faudra attendre février pour avoir une vision plus précise de l'évolution future des taux ».

La sélectivité va se poursuivre en 2012

Le courtier constate ainsi un léger resserrement des critères d'octroi et une sélectivité accrue des dossiers, qui devrait se poursuivre en 2012 : « Certaines banques ne proposent plus de prêts au-delà de 30 ans. D'autres demandent un apport de 10 % pour couvrir au moins les divers frais, voire 20 % pour obtenir un très bon taux » explique ainsi Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com, qui souligne toutefois que des solutions existent malgré tout pour tous les profils, y compris pour des primo-accédants empruntant sur 30 ans sans apport.

Cette sélectivité a toutefois sorti du marché certains profils plus risqués, et a donc « vieilli » le profil des emprunteurs. Le courtier a ainsi observé ainsi une moindre part des moins de 35 ans en fin d’année (44 % au 4e trimestre 2011 contre 50 % au 1er trimestre), mais aussi une baisse des primo-accédants (64 % des clients au 4e trimestre contre 70 % au premier trimestre 2011).

Des emprunteurs plus prudents

Le courtier note également que l'apport personnel est en assez nette hausse, à 66 270 € au 4e trimestre contre 64 140 € au premier trimestre 2011 et 54 700 € au premier trimestre 2010, alors même que les montants empruntés sont moins importants - 169 920 € au quatrième trimestre contre 173 000 € au 1er trimestre. Les préteurs, mais aussi les emprunteurs, semblent faire ainsi preuve de plus de prudence.

Au final, la fin du PTZ+ dans l’ancien devrait avoir un effet négatif sur la demande, qui devrait se traduire dans les prix, qui pourraient baisser en 2012. « Une baisse des prix de 5 % en moyenne en 2012 compenserait une hausse des taux de 0,50 point, maintenant un pouvoir d'achat immobilier stable, en moyenne de 48 m² pour 1 000 € de mensualité sur 20 ans» calcule Hervé Hatt. Le courtier table ainsi sur une augmentation graduelle mais raisonnable des taux en 2012, lesquels devraient malgré tout rester à des niveaux favorables à l’accession.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.