« Le marché du crédit immobilier se durcit toujours »

Pour Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct, certains établissements ont encore procédé à des hausses de taux, qui se concentrent plus particulièrement sur les prêts de longue durée.

Quelle est votre perception sur le marché du crédit immobilier en ce début d’année ?

C’est un marché qui se durcit toujours, avec des hausses de taux concentrées sur les maturités les plus longues. Sur les 25 ans ou 30 ans, les banques sont bien plus en retrait qu’il y a quelques mois. Elles ont notamment assez nettement augmenté leurs taux sur le 25 ans. En outre, comme nous l’avions déjà indiqué il y a quelques mois, le 110% disparait progressivement, et une part d’apport assez conséquente reste un vrai plus pour l’obtention d’un prêt.

Quel va être l’impact de la dégradation du triple A sur le marché du crédit immobilier ?

Honnêtement, il est très difficile de mesurer l’impact ou non à moyen terme d’une dégradation sur le marché du crédit immobilier… Sur les taux de l’OAT, la dégradation avait été intégrée depuis octobre : or on voit bien que, sur le marché de la dette d’Etat, les taux ne bougent pas depuis l’annonce de S&P, et restent pour l’heure ancrés sur les 3%. Il n’y aura pas d’effet global, mais plutôt des effets plus diffus, c’est-à-dire établissement par établissement, via des tensions sur le marché du refinancement. Les banques détenant de la dette d’Etat, les dégradations en série de pays européens, et les perspectives de dégradations affectent indirectement leur politique en matière de distribution de crédit.

Quelles peuvent être ces conséquences indirectes?

Un important établissement spécialisé vient par exemple d’augmenter ses taux de plusieurs dizaines de points de base, du fait notamment d’une raréfaction des ressources et d’une hausse sensible des coûts de refinancement. Or, jusqu’ici, avec la disparition progressive des offres de prêt sur les maturités longues due au retrait de nombreuses banques de ce marché, cet établissement maintenait à lui seul les taux vers le bas sur plusieurs maturités de prêt. Avec la hausse de ses barèmes, les meilleurs taux risquent d’augmenter.

Est-ce que ce mouvement pourrait se généraliser ?

On commence à voir des hausses sur les derniers barèmes des banques de détails, du fait d’une augmentation des coûts de refinancement, que les banques intègrent dans leurs grilles. Celles-ci sont mesurées pour certains réseaux, et plus sensibles pour d’autres.

Pensez-vous, comme un certain nombre de vos confrères, qu’une resolvabilisation des ménages passera obligatoirement par une baisse des prix ?

Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Les taux sont pour l’heure orientés à la hausse et devraient le rester dans les prochains mois. Dans un contexte de stagnation des revenus, et d’une dégradation du marché de l’emploi, les vendeurs devraient être forcés de faire des concessions sur les prix, même s’il est à noter que les conditions de marché sont très différentes suivant les secteurs géographiques. Un certain attentisme s’est de plus installé avant les présidentielles. Les périodes d’élections sont toujours délicates pour le marché immobilier.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.