Rhône-Alpes : près de 900.000 personnes mal logées

La Fondation Abbé Pierre présentait hier son rapport sur le mal-logement. Selon la fondation, ce sont 891.000 personnes qui sont en situation de mal-logement en Rhône-Alpes.

C’est ce jeudi que la Fondation Abbé Pierre présentait son rapport sur le mal-logement en Rhône-Alpes, au cours d’une conférence à l’Ecole Normale Supérieure, en présence de plusieurs politiques dans l'assistance, tels que Marie-Odile Novelli, en charge du logement à la région Rhône-Alpes, ou encore Olivier Brachet, du Grand Lyon.

Selon le rapport présenté hier, 891 017 personnes seraient en situation de mal-logement ou en fragilité de logement en Rhône-Alpes. « C’est la taille d’une ville comme Grenoble » note Marc Uhry, le directeur régional de la fondation Abbé Pierre.

Au sein de ce chiffre, on notera toutefois des réalités différentes : 376 557 personnes sont ainsi non logées ou très mal logées, les autres (514.460) étant considérés comme étant en situation réelle de fragilité (locataires en impayés de loyers, propriétaires dans une copropriété en difficulté, surpeuplement, hébergement résigné) vis-à-vis du logement.

12 500 personnes SDF

Dans les personnes non logées ou très mal logées, la fondation estime à 12 500 les personnes sans domicile sur le territoire de Rhône-Alpes. 9 500 personnes habitent en outre dans des abris de fortune.

« C’est une souffrance silencieuse, mais c’est une souffrance dangereuse, parce que lorsque l’on atteint ces niveaux de mal-logement, on sait que l’on est à un niveau de dégradation du tissu social des liens familiaux, qui pose problème dans l’organisation collective» souligne Marc Uhry.

Baisse de la qualité de l’information

La fondation a en outre pointé la dégradation de la qualité de l’information disponible. « On a eu du mal à récupérer les données sur les procédures par départements concernant les contentieux au droit au logement opposable, sur les expulsions, sur les difficultés de remboursement d’emprunt immobilier » a ainsi déploré Marc Uhry, qui a en outre indiqué que les demandes en logements sociaux n’étaient pas comptabilisés de la même façon dans les départements de Rhône-Alpes.

« Le nombre d’attributions de logements sociaux n’est pas le même dans tous les départements, et on ne peut pas les consulter. A Grenoble, toute proposition de logement social est considérée par certains bailleurs comme une attribution, ce qui fait qu’il y a, à Grenoble plus d’attribution de logements sociaux qu’à Lyon. C’est juste strictement impossible» a indiqué Marc Uhry.

Nécessité de politiques de solidarité

Le directeur régional de la fondation a en outre souligné la nécessité de mener des politiques de solidarité, à côté de politiques visant à augmenter le dynamisme d’un territoire pour les classes moyennes. « Le socle populaire craque » a indiqué Marc Uhry, précisant que le nombre de ménages en surendettement avait augmenté de 50%.

La fondation a également insisté sur le poids des charges, qui a fortement progressé ces dernières années, avec des disparités régionales importantes. « Pourquoi Nice est 10% moins cher que Lyon ? Les variations climatiques paraissent une explication faible…» s’interroge Marc Uhry, qui en appelle à une réflexion sur la formation des prix des charges.

Marc Uhry a par ailleurs souligné le fait que la production de logements sociaux baisse sur la région avec 12 300 logements produits, contre plus de 13 000 logements l’an dernier. « Sur le Grand Lyon, ça se passe bien, mais cela occulte le fait que sur les autres territoires, nous sommes en baisse significative » a déploré le directeur régional de la Fondation.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Et pourquoi ca ne change rien, a chaque fois c`est la meme chose, juste avant l`election on n`arrete pas de parler et puis plus rien !

Signaler un abus

Parce qu'apparemment, c'est que c'est trop compliqué pour les politiques. Ils ne comprennent rien aux vrais problème des gens et balancent des idées pourries tels que les droits à construire ou les ventes de terrains aux collectivités. Le débat ne va pas bien haut, et c'est malheureux, car ce sont toujours les plus modestes qui payent….

Signaler un abus

tout ceci est voulu! toutes les personnes "non rentables" et qui dépendent du "social"ne peuvent pas déranger les grands faiseurs de ce monde géré par l'argent: leur soucis majeur est la survie! La liberté commence par l'information mais eux ou la trouve t ils? Meme les enfants et les anciens se retrouvent aspirés dans le"hachoir social"! Qui veut, peut…les grands de ce monde ne veulent pas!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Action Logement lance Enéal, une foncière dédiée aux EHPAD

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement volontaire conçu au printemps 2019.


Alila a réalisé 611 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019

Le groupe a fait part de ses résultats financiers annuels. 7.519 logements ont réservés l’an dernier.


Une nouvelle aide pour les salariés fragilisés par la crise

Le ministère chargé de la Ville et du Logement et Action Logement proposent aux salariés fragilisés par la crise une aide pour payer leur loyer ou leur crédit immobilier.


Crédit Logement garantit désormais le bail réel solidaire


Le spécialiste de la garantie du prêt immobilier soutient l’accession à la propriété en étendant désormais la garantie du BRS, outil de l’accession abordable via la dissociation du foncier et du bâti.


La Métropole crée un fonds d’urgence pour les impayés de loyers


Ce dispositif, doté de 1,3 millions d’euros, doit permettre à la collectivité de prendre en charge 50% à 100% d’un loyer ou d’échéances impayés pour les ménages modestes, locataires ou propriétaires.


La Métropole de Lyon organise son déconfinement et la relance

David Kimelfeld, a présenté ce mardi la stratégie de déconfinement du territoire, et organisé mercredi une première réunion du comité métropolitain de relance.


Action Logement mobilisé face à la crise sanitaire

Suite à la crise sanitaire du Covid-19, le groupe a annoncé qu’il réunirait prochainement un conseil d’administration extraordinaire.


Violences infrafamiliales : la Région met à disposition des logements

Cette mesure fait partie d’un plan d’urgence annoncé lundi par la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour soutenir et accompagner les victimes de violences.


CDC Habitat lance un appel à projets pour la production de 40.000 logements

La filiale de la Caisse des dépôts a engagé un plan de soutien exceptionnel au secteur de l’immobilier neuf en lançant cet appel à projets.


Plus de 5.000 places d’hôtel supplémentaires mobilisées pour les sans-abris

40 sites d’hébergement médicalisés sont ouverts en France.


Action Logement met à disposition 600 logements pour les personnels des EHPAD

Le groupe a formulé en fin de semaine dernière une réponse concrète à la crise sanitaire exceptionnelle du Covid-19.


Action Logement va maintenir la rémunération de ses collaborateurs

L’institution a annoncé s’engager à maintenir l’intégralité de la rémunération de l’ensemble des collaborateurs quelle que soit leur situation jusqu’au 30 avril.


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.


Orsol signe son premier bail réel solidaire


Fin 2018, trois structures créaient ensemble un organisme de foncier solidaire, dénommé Orsol. Tandis que plusieurs opérations sont en cours de montage, le premier bail réel solidaire a été signé pour un appartement vendu à Villeurbanne à prix défiant toute concurrence.


Saint-Julien-en-Genevois: Bouygues Immobilier aménagera le quartier de la gare

La filiale du groupe Bouygues va ainsi réaménager les 60.000 m² du quartier.