Rhône-Alpes : près de 900.000 personnes mal logées

La Fondation Abbé Pierre présentait hier son rapport sur le mal-logement. Selon la fondation, ce sont 891.000 personnes qui sont en situation de mal-logement en Rhône-Alpes.

C’est ce jeudi que la Fondation Abbé Pierre présentait son rapport sur le mal-logement en Rhône-Alpes, au cours d’une conférence à l’Ecole Normale Supérieure, en présence de plusieurs politiques dans l'assistance, tels que Marie-Odile Novelli, en charge du logement à la région Rhône-Alpes, ou encore Olivier Brachet, du Grand Lyon.

Selon le rapport présenté hier, 891 017 personnes seraient en situation de mal-logement ou en fragilité de logement en Rhône-Alpes. « C’est la taille d’une ville comme Grenoble » note Marc Uhry, le directeur régional de la fondation Abbé Pierre.

Au sein de ce chiffre, on notera toutefois des réalités différentes : 376 557 personnes sont ainsi non logées ou très mal logées, les autres (514.460) étant considérés comme étant en situation réelle de fragilité (locataires en impayés de loyers, propriétaires dans une copropriété en difficulté, surpeuplement, hébergement résigné) vis-à-vis du logement.

12 500 personnes SDF

Dans les personnes non logées ou très mal logées, la fondation estime à 12 500 les personnes sans domicile sur le territoire de Rhône-Alpes. 9 500 personnes habitent en outre dans des abris de fortune.

« C’est une souffrance silencieuse, mais c’est une souffrance dangereuse, parce que lorsque l’on atteint ces niveaux de mal-logement, on sait que l’on est à un niveau de dégradation du tissu social des liens familiaux, qui pose problème dans l’organisation collective» souligne Marc Uhry.

Baisse de la qualité de l’information

La fondation a en outre pointé la dégradation de la qualité de l’information disponible. « On a eu du mal à récupérer les données sur les procédures par départements concernant les contentieux au droit au logement opposable, sur les expulsions, sur les difficultés de remboursement d’emprunt immobilier » a ainsi déploré Marc Uhry, qui a en outre indiqué que les demandes en logements sociaux n’étaient pas comptabilisés de la même façon dans les départements de Rhône-Alpes.

« Le nombre d’attributions de logements sociaux n’est pas le même dans tous les départements, et on ne peut pas les consulter. A Grenoble, toute proposition de logement social est considérée par certains bailleurs comme une attribution, ce qui fait qu’il y a, à Grenoble plus d’attribution de logements sociaux qu’à Lyon. C’est juste strictement impossible» a indiqué Marc Uhry.

Nécessité de politiques de solidarité

Le directeur régional de la fondation a en outre souligné la nécessité de mener des politiques de solidarité, à côté de politiques visant à augmenter le dynamisme d’un territoire pour les classes moyennes. « Le socle populaire craque » a indiqué Marc Uhry, précisant que le nombre de ménages en surendettement avait augmenté de 50%.

La fondation a également insisté sur le poids des charges, qui a fortement progressé ces dernières années, avec des disparités régionales importantes. « Pourquoi Nice est 10% moins cher que Lyon ? Les variations climatiques paraissent une explication faible…» s’interroge Marc Uhry, qui en appelle à une réflexion sur la formation des prix des charges.

Marc Uhry a par ailleurs souligné le fait que la production de logements sociaux baisse sur la région avec 12 300 logements produits, contre plus de 13 000 logements l’an dernier. « Sur le Grand Lyon, ça se passe bien, mais cela occulte le fait que sur les autres territoires, nous sommes en baisse significative » a déploré le directeur régional de la Fondation.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Et pourquoi ca ne change rien, a chaque fois c`est la meme chose, juste avant l`election on n`arrete pas de parler et puis plus rien !

Signaler un abus

Parce qu'apparemment, c'est que c'est trop compliqué pour les politiques. Ils ne comprennent rien aux vrais problème des gens et balancent des idées pourries tels que les droits à construire ou les ventes de terrains aux collectivités. Le débat ne va pas bien haut, et c'est malheureux, car ce sont toujours les plus modestes qui payent….

Signaler un abus

tout ceci est voulu! toutes les personnes "non rentables" et qui dépendent du "social"ne peuvent pas déranger les grands faiseurs de ce monde géré par l'argent: leur soucis majeur est la survie! La liberté commence par l'information mais eux ou la trouve t ils? Meme les enfants et les anciens se retrouvent aspirés dans le"hachoir social"! Qui veut, peut…les grands de ce monde ne veulent pas!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Emmanuel Macron veut ponctionner les « réserves » du monde HLM

Lors d’une interview télévisée diffusée sur TF1 et LCI, le président de la République a tenté d’expliquer son action, notamment en matière de logement.


Logement et immobilier : ce que prévoit la loi de finances

Le projet de loi de finances 2018 valide les annonces réalisées il y a quelques jours par le ministre du logement, Jacques Mézard, dans le cadre du plan logement. Lyon Pôle Immo a listé les principales mesures contenues dans ce « PLF 2018 ».


Un congrès HLM sous haute tension

Le projet de baisse des APL, couplée à une diminution des loyers de la part des bailleurs, inquiète le mouvement HLM. Et les propos du ministre mardi n’ont pas rassuré les acteurs du logement social.


Recentrage du Pinel, réforme des APL : le plan du gouvernement

Jacques Mézard et Julien Denormandie ont présenté ce mercredi la stratégie logement du Gouvernement.
» La FFB déplore la fin du PTZ et du Pinel en zone détendue
» La LCA-FFB indignée par la disparition du PTZ et du Pinel dans certaines zones
» Une stratégie logement « de bon sens », selon Bernard Cadeau


Jean-Paul Bret sceptique sur les mesures gouvernementales

null
Le maire de Villeurbanne a, mardi, affiché son opposition à plusieurs projets gouvernementaux, dont la taxe d’habitation, ou encore la baisse des loyers dans les logements sociaux. Il a également évoqué le lycée Pierre Brossolette.


« Il n’est pas raisonnable de fragiliser le secteur du logement social »

Cédric Van Styvendaël est le directeur général d’Est Métropole Habitat et président de Housing Europe. Il évoque l’impact, pour son office et pour l’ensemble des bailleurs sociaux, d’une possible baisse des loyers consécutive à une diminution des aides personnalisées au logement.


Le calcul des APL va être réformé

Julien Denormandie, secrétaire d’Etat chargé du logement au sein du ministère de la Cohésion des territoires, a confirmé au JDD que le calcul des APL allait être modifié, avec à la clé un milliard d’euros d’économie.


Recentrage du PTZ : les organisations professionnelles donnent de la voix

null
Les premières mesures ayant filtré du plan logement qui sera annoncé la semaine prochaine suscitent des craintes de la part des lotisseurs et des promoteurs.
» PEL : Familles de France fustige la hausse de la fiscalité
»Baisse des APL : l’inquiétude monte chez les bailleurs sociaux


Baisse des APL : l’inquiétude monte chez les bailleurs sociaux

Le gouvernement souhaite une baisse importante des APL à destination du logement social. La mesure inquiète les bailleurs sociaux, qui craignent pour leurs fonds propres.


Lyon 3 : la résidence Jeanne Koehler inaugurée

null
Lyon Métropole Habitat a inauguré mercredi dernier cette résidence de 56 logements située dans le quartier de Montchat, dans le troisième arrondissement de Lyon.


Macron lève le voile sur un pan de son plan logement

Le président de la République était en déplacement à Toulouse ce lundi. Il a annoncé la création de 50.000 places supplémentaires pour le logement d’urgence.


Propriétaires et politiques fustigent l’appel de Macron sur les APL

null
Pour le président de la République, les propriétaires doivent participer à l’effort financier imposé par la baisse des aides personnalisées au logement.


GrandLyon Habitat : vers une certification diplômante pour les gardiens d’immeuble

L’office public de l’habitat s’est engagé dans un plan de développement des compétences de ses gardiens.


« Le Celia » : une construction au long cours


Le 21 juillet dernier, Grand Lyon Habitat inaugurait cette résidence de 24 logements, longtemps en gestation dans le 5ème arrondissement de Lyon.


«Nous construisons en moyenne entre 180 et 230 logements par an à Caluire»

Philippe Cochet est le maire de Caluire-et-Cuire. A l’occasion de l’inauguration du programme « Ambiance Canuts », l’élu a évoqué, avec Lyon Pôle Immo, la construction de logements dans sa ville.