Rhône-Alpes : près de 900.000 personnes mal logées

La Fondation Abbé Pierre présentait hier son rapport sur le mal-logement. Selon la fondation, ce sont 891.000 personnes qui sont en situation de mal-logement en Rhône-Alpes.

C’est ce jeudi que la Fondation Abbé Pierre présentait son rapport sur le mal-logement en Rhône-Alpes, au cours d’une conférence à l’Ecole Normale Supérieure, en présence de plusieurs politiques dans l'assistance, tels que Marie-Odile Novelli, en charge du logement à la région Rhône-Alpes, ou encore Olivier Brachet, du Grand Lyon.

Selon le rapport présenté hier, 891 017 personnes seraient en situation de mal-logement ou en fragilité de logement en Rhône-Alpes. « C’est la taille d’une ville comme Grenoble » note Marc Uhry, le directeur régional de la fondation Abbé Pierre.

Au sein de ce chiffre, on notera toutefois des réalités différentes : 376 557 personnes sont ainsi non logées ou très mal logées, les autres (514.460) étant considérés comme étant en situation réelle de fragilité (locataires en impayés de loyers, propriétaires dans une copropriété en difficulté, surpeuplement, hébergement résigné) vis-à-vis du logement.

12 500 personnes SDF

Dans les personnes non logées ou très mal logées, la fondation estime à 12 500 les personnes sans domicile sur le territoire de Rhône-Alpes. 9 500 personnes habitent en outre dans des abris de fortune.

« C’est une souffrance silencieuse, mais c’est une souffrance dangereuse, parce que lorsque l’on atteint ces niveaux de mal-logement, on sait que l’on est à un niveau de dégradation du tissu social des liens familiaux, qui pose problème dans l’organisation collective» souligne Marc Uhry.

Baisse de la qualité de l’information

La fondation a en outre pointé la dégradation de la qualité de l’information disponible. « On a eu du mal à récupérer les données sur les procédures par départements concernant les contentieux au droit au logement opposable, sur les expulsions, sur les difficultés de remboursement d’emprunt immobilier » a ainsi déploré Marc Uhry, qui a en outre indiqué que les demandes en logements sociaux n’étaient pas comptabilisés de la même façon dans les départements de Rhône-Alpes.

« Le nombre d’attributions de logements sociaux n’est pas le même dans tous les départements, et on ne peut pas les consulter. A Grenoble, toute proposition de logement social est considérée par certains bailleurs comme une attribution, ce qui fait qu’il y a, à Grenoble plus d’attribution de logements sociaux qu’à Lyon. C’est juste strictement impossible» a indiqué Marc Uhry.

Nécessité de politiques de solidarité

Le directeur régional de la fondation a en outre souligné la nécessité de mener des politiques de solidarité, à côté de politiques visant à augmenter le dynamisme d’un territoire pour les classes moyennes. « Le socle populaire craque » a indiqué Marc Uhry, précisant que le nombre de ménages en surendettement avait augmenté de 50%.

La fondation a également insisté sur le poids des charges, qui a fortement progressé ces dernières années, avec des disparités régionales importantes. « Pourquoi Nice est 10% moins cher que Lyon ? Les variations climatiques paraissent une explication faible…» s’interroge Marc Uhry, qui en appelle à une réflexion sur la formation des prix des charges.

Marc Uhry a par ailleurs souligné le fait que la production de logements sociaux baisse sur la région avec 12 300 logements produits, contre plus de 13 000 logements l’an dernier. « Sur le Grand Lyon, ça se passe bien, mais cela occulte le fait que sur les autres territoires, nous sommes en baisse significative » a déploré le directeur régional de la Fondation.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Et pourquoi ca ne change rien, a chaque fois c`est la meme chose, juste avant l`election on n`arrete pas de parler et puis plus rien !

Signaler un abus

Parce qu'apparemment, c'est que c'est trop compliqué pour les politiques. Ils ne comprennent rien aux vrais problème des gens et balancent des idées pourries tels que les droits à construire ou les ventes de terrains aux collectivités. Le débat ne va pas bien haut, et c'est malheureux, car ce sont toujours les plus modestes qui payent….

Signaler un abus

tout ceci est voulu! toutes les personnes "non rentables" et qui dépendent du "social"ne peuvent pas déranger les grands faiseurs de ce monde géré par l'argent: leur soucis majeur est la survie! La liberté commence par l'information mais eux ou la trouve t ils? Meme les enfants et les anciens se retrouvent aspirés dans le"hachoir social"! Qui veut, peut…les grands de ce monde ne veulent pas!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Notre objectif : être le leader dans le logement conventionné et intermédiaire»

null
Hervé Legros est le président d’Alila. Il fait un bilan de l’année 2014 pour son groupe et détaille ses ambitions pour les prochaines années.


Ycone comptera des logements sociaux en démembrement de propriété

Ycone comptera un quota de logements sociaux, bien que celle-ci ne soit pas soumise à une obligation en la matière.


Production de logements : « on ajoute du déficit au déficit »

Le Directeur Adjoint de la Fondation Abbé Pierre, Joaquim Soares, a, à l’occasion de la présentation du rapport sur la mal logement en Rhône-Alpes, fait un point général sur le mal logement en France.


Rhône-Alpes: 70.000 personnes privées de domicile personnel

Lors de la présentation de son 20ème rapport sur le mal logement en France, l’agence Rhône-Alpes de la fondation Abbé Pierre a présenté son 7ème éclairage régional.


La Fondation Abbé Pierre dresse un état du mal logement en Rhône-Alpes

null
C’est ce mardi que la fondation Abbé Pierre en Rhône-Alpes présentait le vingtième rapport sur le mal-logement en France, accompagné d’un éclairage sur la situation dans la région.
» Rhône-Alpes: 70.000 personnes privées de domicile personnel
» Production de logements : « on ajoute du déficit au déficit »


4 bailleurs sociaux ont créé « Alis » pour optimiser le cout des logements

null
Alliade Habitat, Logirem, ICF Habitat et groupe SNI se sont associés pour produire des logements de qualité dans des délais raccourcis, avec une optimisation de leur cout.


Grand Lyon Habitat: la matinale sur le parcours résidentiel est en ligne

La dernière matinale sur le parcours résidentiel dans le logement social est en ligne.


SCIC Habitat Rhône-Alpes : 305 acquisitions en 2014

La SCIC Habitat Rhône-Alpes a en outre indiqué avoir réalisé 383 mises en chantier de logements l’an dernier.


Lyon : le conseil a examiné un déclassement impasse Victor Hugo

Le conseil municipal de Lyon a examiné lundi le déclassement du domaine public d’un terrain communal situé dans l’impasse Victor Hugo.


Lyon 1: Immobilière Rhône-Alpes livre 16 logements

Le groupe Immobilière 3F a indiqué avoir livré 466 logements sociaux livrés en février sur 17 opérations.


Catherine Panassier devient présidente de Grand Lyon Habitat

null
Celle-ci succède à Olivier Brachet, suite à sa désignation par le conseil d’administration du 16 mars 2015.


Première pierre pour Cap Canal

Est Métropole Habitat a posé la première pierre de la résidence Cap Canal, qui sera située à proximité du canal de Jonage.


« Proposer une offre diversifiée »

null
Cédric Van Styvendael est le directeur général d’Est Métropole Habitat. Il évoque les récentes opérations initiées par EMH sur Villeurbanne, et la façon dont l’une d’elles, située dans le quartier Saint-Jean, s’intègre dans le nouveau plan de rénovation urbaine.
» Première pierre pour Cap Canal
» Pose de la première pierre pour « Le Pois de Senteur »


Pose de la première pierre pour « Le Pois de Senteur »

Jean Paul Bret, maire de Villeurbanne et président d’Est Métropole Habitat, a posé mardi la première pierre du programme «le Pois de Senteur », un programme de logement situé à proximité du Lycée Frédéric Faÿs.


« On ne peut pas faire de la rénovation urbaine sans penser l’humain »

Nathalie Frier est maire de Saint-Fons. Elle évoque les enjeux de la rénovation urbaine sur les quartiers « Les Clochettes » et « Carnot-Parmentier ».