Lyon : les prix de l’immobilier vont baisser de 3 à 5% selon Laforêt

Laforêt Immobilier présentait mardi, au cours d’une conférence de presse, les grandes tendances du marché immobilier du Grand Lyon en 2011 et les premières tendances sur 2012.

C’est ce mardi que Laforêt présentait à Lyon ses statistiques annuelles sur le Grand Lyon, en présence de plusieurs franchisés de l’agglomération et de leur président, Jean Christophe Chabret.

En faisant le point sur l’évolution de la demande en 2011, ce dernier a tout d’abord fait état d’une baisse de 6% de la demande sur la région lyonnaise l'an dernier, chiffre qu'il faut toutefois, selon lui, relativiser. « Par rapport à 2009, on est quand même sur une demande qui est encore active » remarque Jean Christophe Chabret. Cette année-là, le nombre d’acquéreurs potentiels avait atteint 1044 en moyenne mensuelle, contre 1354 l’an dernier.

Une offre en nette baisse

La situation n’est toutefois pas uniforme sur l’ensemble des secteurs: si la demande est en effet en baisse de 5% sur Lyon Centre, elle est en revanche en repli de 15% sur la première couronne lyonnaise, et est en hausse de 2% en deuxième couronne. Selon le réseau, les ménages se sont reportés sur la deuxième couronne, particulièrement attractive en termes de prix. Les secteurs à l’est de l’agglomération, comme Pont de Cheruy ou encore Bourgoin-Jallieu ont tiré la demande.

Cette attractivité des prix en deuxième couronne (Bourgoin Jallieu, Vienne) s’explique notamment par l’augmentation de l’offre dans cette zone, que le réseau chiffre à 12%, alors même que celle-ci se restreint nettement en première couronne (-19%) et à Lyon –Villeurbanne (-21%).

Un marché en contraction sur le centre de Lyon

Cette baisse concomitante de l’offre et de la demande ne s’est toutefois pas traduite par une baisse homogène des transactions. Le marché s’est ainsi contracté, selon les statistiques du réseau, de 6% sur Lyon Centre, et de 4% en deuxième couronne, alors qu’il a progressé de 5% dans le même temps en première couronne.

La raréfaction de l’offre sur Lyon Villeurbanne et en première couronne a eu un impact direct sur les prix : ceux-ci ont ainsi progressé de 5%, à 3222 euros du mètre carré, soit une progression sensiblement identique à celle de la première couronne (+4%, à 2711 euros). Les prix ont en revanche nettement fléchi en deuxième couronne, de 5%. Dans le processus de transaction, on notera un raccourcissement global des délais de vente, de 8 jours à Lyon-Villeurbanne (55 jours), de 2 jours en première couronne (85 jours), et même de 12 jours en deuxième couronne (107 jours).

Les perspectives

«On est plutôt sur le Grand Lyon vers une tendance au rééquilibrage » a indiqué Jean Christophe Chabret. Le président des franchisés note un certain attentisme des acteurs du marché, propre aux années électorales, phénomène accentué en outre par la crise économique. « Les acheteurs, globalement, hésitent » remarque-t-il. Du coup, le réseau prévoit un repli modéré des prix sur cette année, de l’ordre de 3 à 5% sur le Grand Lyon. Le réseau pense toutefois que cette baisse n’affectera pas les quartiers centraux de Lyon, et qu’une hausse des prix pour des biens rares et de qualité, sur des secteurs en devenir, comme par exemple ceux aux alentours de l’A89 reste possible.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

7% cest enorme!!! un mini crack! et ca n’est qu’un debut!!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]