Immobilier : pour S&P, les banques peuvent faire face à une chute des prix

Selon l’agence de notation, les banques françaises pourront faire face au recul de 15% des prix qu’elle-même anticipe d’ici la fin 2013.

Une chute des prix de l’immobilier ne devrait pas avoir de conséquences trop graves sur les banques françaises. Telle est l’analyse de l’agence de notation financière Standard and Poor’s, qui avait récemment fait état d’une probable baisse de 15% d’ici à la fin 2013 à venir sur le marché immobilier français.

Selon l’agence, les banques ne devraient pas être significativement impactées par ce possible recul des prix du marché immobilier. "Les crédits à l’habitat aux ménages français que les banques ont dans leur bilan sont globalement de très bonne qualité et nous ne prévoyons pas de hausse significative des besoins de provisionnement à ce titre en 2012-2013, dans notre scénario de correction modérée des prix" indique l’agence dans un communiqué.

Un marché surévalué

L’agence relève en outre que les banques françaises, malgré les normes prudentielles plus strictes relativement aux accords de Bâle 3, devraient continuer à proposer du crédit immobilier. "Nous ne prévoyons pas un tarissement de l’offre de crédit, mais plutôt une contribution des banques à un atterrissage en douceur d’un marché que nous jugeons surévalué, par une restriction modérée de l’offre de crédit", explique S&P.

L’agence pourrait en outre pense en outre que les facteurs structurels de soutien des prix subsistent, comme une offre limitée en logement, face une demande toujours supérieure. Enfin, "un scénario alternatif de baisse plus marquée et plus prolongée des prix n’est théoriquement pas à exclure, mais nous ne l’envisageons pas à ce stade, compte tenu des facteurs structurels de soutien des prix, en particulier la persistance d’un excès de demande de logement sur l’offre", indique Standard & Poors.

L’agence de notation n’est pas la seule à trouver le marché immobilier français déséquilibré. L’économiste du Crédit Agricole, Olivier Eluere, a récemment dans une note jugé le marché surévalué de 25% sur la France, et de 35% à Paris.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

la chute des prix est inévitable et souhaitable pour que le marché reprenne et sauve les agences du dépôt de bilan.
D’ici fin 2012 les prix seront ceux de 2009.

Signaler un abus

les vendeurs vont devoir etre moins gourmands (moins cupides quoi….:))

baissez ou alors attendez come des anes que les pigeons debarquent….

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]