Crédit Immobilier de France : l’accession sociale en péril ? | Lyon Pôle Immo

Crédit Immobilier de France : l’accession sociale en péril ?

Après la garantie apportée par l’Etat au Crédit Immobilier de France, bailleurs sociaux et acteurs du financement de l’immobilier s’inquiètent sur la question du financement de l’accession sociale à la propriété.

Le financement de l’accession sociale à la propriété est-il en danger ? C’est la question que se posent nombre d’acteurs du financement immobilier, au lendemain de la garantie apportée par l’Etat au Crédit Immobilier de France. La Banque, qui le seul spécialiste en France sur le créneau de l’accession sociale à la propriété, n’émettra plus de nouveaux prêts, faute de pouvoir se refinancer sur les marchés, ce qui constituait pour l’instant son seul et unique mode de financement.

L’Union Sociale pour l’habitat, qui représente les bailleurs sociaux, a pris acte de la décision de l’Etat, tout en se montrant « attentive à la gestion du devenir de l’ensemble du réseau des sociétés d’accession sociale à la propriété, membres de l’Union sociale pour l’habitat et dont le Crédit Immobilier de France est une composante, et notamment aux missions sociales auxquelles sont dévolus un certain nombre des profits réalisés dans ce réseau ».

Elle souhaite notamment que les fonds propres accumulés par ces sociétés « soient utilisés dans le domaine de l’accession sociale, et plus généralement du logement social ». Elle craint notamment qu’une mise en extinction du CIF ne se traduise par une très forte réduction de l’activité en France de prêts à l’accession sociale.

Les acteurs spécialisés isolés

« A l'heure où les banques demandent à leurs clients des apports personnels que les ménages modestes ne sont pas en mesure de mobiliser, et réduisent la durée de leurs prêts, la situation ainsi créée pose un problème politique et social » s’inquiète l’USH.

Jérome Robin, patron de Vousfinancer.com, va, lui, dans le même sens : « l’annonce de la fin de la distribution de prêts par Le Crédit Immobilier de France est une vraie catastrophe pour le monde de l’immobilier dont le grand public n’a pas encore pris la mesure ». Pour lui, le CIF est un vrai distributeur de prêts à caractère social (PAS), et bon nombre de ses clients sont des foyers à revenus modestes et à endettements élevés. « La clientèle peu fortunée que le CIF soutenait peinera dorénavant à trouver un financement » parie-t-il.

Pour lui, la fin du CIF aura également pour conséquence de restreindre le nombre d’établissements proposant l’obtention d’un prêt sans domiciliation bancaire. « La disparition de cet acteur, isole, de fait, deux autres acteurs : le Crédit Foncier et le GE Money Bank, qui deviennent les seules banques n’exigeant pas une domiciliation bancaire, lors de la mise en place d’un prêt immobilier » a ainsi indiqué Jérome Robin.

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Il apparaît clair que les règles d’octroi de crédits vont se durcir compte tenu des ratios imposés aux banques. De fait, une grande partie des primo-accédants ne pourront se porter acquéreurs. Plutôt que de prévoir une baisse du nombre de transactions de l’ordre de 3 à 5% selon la Fnaim, nous pouvons craindre une chute spectaculaire de 20 à 30%… Les prix suivront bien entendus.
Pour revenir au « sauvetage du CIF par l’Etat », notons qu’il s’agit uniquement dans le cas présent d’éviter une défaillance qui aurait créé un vent de panique pour 33 milliards et qui aurait plongé nos amis banquiers dans de beaux draps… Mais tiens donc, n’était-ce pas ce contre quoi se battait le candidat Hollande? Et que dire des 2500 salariés qui vont être laissés sur le carreau par ce gouvernement? Cela justifie-t-il le choix de faire main basse sur la belle rentabilité des en-cours du CIF plutôt que de contraindre la banque postale et sauver le financement social? En tout cas, espérons uniquement que ce qui arrive ici ne sera qu’un cas isolé, mais il n’y a rien de moins sûr…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les taux toujours en baisse, selon Meilleurtaux

Début juillet, des intermédiaires en crédit évoquaient de nouvelles baisses de taux, malgré les tensions observées sur le marché des obligations d’État. Meilleurtaux confirme ce biais après les élections.


Crédits à l’habitat : baisse des taux et de la production en mai

La Banque de France a fait état vendredi de son point mensuel sur les crédits aux particuliers.


Les taux restent stables en juillet

C’est ce qu’ont indiqué ce lundi nombre d’intermédiaires en crédit, dont Vousfinancer.


Des taux de crédit immobilier encore en baisse en juin

C’est le constat dressé par plusieurs courtiers en crédit immobilier.


Une proposition de loi pour généraliser la portabilité

La FNAIM avait alerté depuis presque un an les pouvoirs publics sur le blocage du marché immobilier consécutif aux difficultés de financement.


Nouveau plus bas depuis 10 ans pour la production de crédit immobilier

La Banque de France a fait part ce lundi de son point mensuel sur le crédit aux particuliers.


Nouvelle baisse des taux en mai, selon les courtiers

nullCafpi, Vousfinancer et Emprunt Direct ont tous constaté une nouvelle poussée baissière des taux de crédit immobilier au titre de ce mois.


Baisse des taux en Auvergne-Rhône-Alpes

nullSelon Empruntis, la région et Provence-Alpes-Côte d’Azur ont enregistré les plus fortes baisses globales de taux en avril.


Une reprise de la production de crédit immobilier au 1er trimestre

nullL’observatoire Crédit Logement / CSA dressait le bilan de l’activité du marché du financement immobilier au cours de ce 1er trimestre 2024.


La Banque de France confirme la baisse des taux de crédit immobilier

Selon la dernière étude mensuelle sur les crédits aux particuliers, les taux ont reculé en février, une première depuis deux ans. La production de prêts, elle, reste à un plus bas depuis 2014.


La réforme du PTZ est actée

Le décret relatif aux prêts à taux zéro pour financer la primo-accession à la propriété est paru au Journal Officiel du 2 avril 2024.


L’APIC soutient une révision des dispositions applicables au HCSF

Caroline Arnould, présidente de association professionnelle des intermédiaires en crédits a été auditionnée dans le cadre de l’examen d’une proposition de loi portée par le député Lionel Causse.


Les taux d’usure continuent d’augmenter au 2e trimestre 2024

Les taux d’usure ont été, comme chaque trimestre, relevés. Au-delà d’une maturité de 10 ans, ceux-ci sont désormais clairement au-delà de la barre des 6%.


Logement : vers un nouveau zonage pour 800 communes

Le gouvernement propose le reclassement de communes en zone tendue, afin de répondre a la crise du logement.


«La situation s’améliore» sur le front des taux, selon Meilleurtaux

Le courtier a fait part mardi de son 39e observatoire du crédit immobilier.