Crédit Immobilier de France : l’accession sociale en péril ?

Après la garantie apportée par l’Etat au Crédit Immobilier de France, bailleurs sociaux et acteurs du financement de l’immobilier s’inquiètent sur la question du financement de l’accession sociale à la propriété.

Le financement de l’accession sociale à la propriété est-il en danger ? C’est la question que se posent nombre d’acteurs du financement immobilier, au lendemain de la garantie apportée par l’Etat au Crédit Immobilier de France. La Banque, qui le seul spécialiste en France sur le créneau de l’accession sociale à la propriété, n’émettra plus de nouveaux prêts, faute de pouvoir se refinancer sur les marchés, ce qui constituait pour l’instant son seul et unique mode de financement.

L’Union Sociale pour l’habitat, qui représente les bailleurs sociaux, a pris acte de la décision de l’Etat, tout en se montrant « attentive à la gestion du devenir de l’ensemble du réseau des sociétés d’accession sociale à la propriété, membres de l’Union sociale pour l’habitat et dont le Crédit Immobilier de France est une composante, et notamment aux missions sociales auxquelles sont dévolus un certain nombre des profits réalisés dans ce réseau ».

Elle souhaite notamment que les fonds propres accumulés par ces sociétés « soient utilisés dans le domaine de l’accession sociale, et plus généralement du logement social ». Elle craint notamment qu’une mise en extinction du CIF ne se traduise par une très forte réduction de l’activité en France de prêts à l’accession sociale.

Les acteurs spécialisés isolés

« A l'heure où les banques demandent à leurs clients des apports personnels que les ménages modestes ne sont pas en mesure de mobiliser, et réduisent la durée de leurs prêts, la situation ainsi créée pose un problème politique et social » s’inquiète l’USH.

Jérome Robin, patron de Vousfinancer.com, va, lui, dans le même sens : « l’annonce de la fin de la distribution de prêts par Le Crédit Immobilier de France est une vraie catastrophe pour le monde de l’immobilier dont le grand public n’a pas encore pris la mesure ». Pour lui, le CIF est un vrai distributeur de prêts à caractère social (PAS), et bon nombre de ses clients sont des foyers à revenus modestes et à endettements élevés. « La clientèle peu fortunée que le CIF soutenait peinera dorénavant à trouver un financement » parie-t-il.

Pour lui, la fin du CIF aura également pour conséquence de restreindre le nombre d’établissements proposant l’obtention d’un prêt sans domiciliation bancaire. « La disparition de cet acteur, isole, de fait, deux autres acteurs : le Crédit Foncier et le GE Money Bank, qui deviennent les seules banques n’exigeant pas une domiciliation bancaire, lors de la mise en place d’un prêt immobilier » a ainsi indiqué Jérome Robin.

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Il apparaît clair que les règles d’octroi de crédits vont se durcir compte tenu des ratios imposés aux banques. De fait, une grande partie des primo-accédants ne pourront se porter acquéreurs. Plutôt que de prévoir une baisse du nombre de transactions de l’ordre de 3 à 5% selon la Fnaim, nous pouvons craindre une chute spectaculaire de 20 à 30%… Les prix suivront bien entendus.
Pour revenir au « sauvetage du CIF par l’Etat », notons qu’il s’agit uniquement dans le cas présent d’éviter une défaillance qui aurait créé un vent de panique pour 33 milliards et qui aurait plongé nos amis banquiers dans de beaux draps… Mais tiens donc, n’était-ce pas ce contre quoi se battait le candidat Hollande? Et que dire des 2500 salariés qui vont être laissés sur le carreau par ce gouvernement? Cela justifie-t-il le choix de faire main basse sur la belle rentabilité des en-cours du CIF plutôt que de contraindre la banque postale et sauver le financement social? En tout cas, espérons uniquement que ce qui arrive ici ne sera qu’un cas isolé, mais il n’y a rien de moins sûr…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques

Face à cet allongement des délais, l’intermédiaire prône l’anticipation.


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


Surendettement : baisse du nombre de nouvelles situations dans le Rhône

Le secrétaire général adjoint de la préfecture du Rhône et le directeur régional de la Banque de France ont visité ce mardi un «Point conseil budget» situé dans le 7ème arrondissement de Lyon.


La production de crédit immobilier de la Banque Populaire AURA a crû en 2020

L’institution financière régionale a présenté ce lundi ses résultats trimestriels. La Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes a tenu le choc en 2020, et a été très active sur le front des PGE.


Autorégulation du courtage : les entités de la CNCEF saluent le texte

La CNCEF Assurance et la CNCEF Crédit saluent l’adoption définitive de la loi.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


« On est dans un contexte d’augmentation du prix du risque »

Nicolas Bouzou est le directeur du cabinet d’études économiques et de conseil Asterès. Nous l’avons récemment interrogé sur le mouvement de hausse des taux obligataires en Europe et aux Etats-Unis.


«Des phases d’ajustement par paliers»

Ronan Blanc est gérant de portefeuille obligataire chez La Financière Arbevel. Nous évoquons avec lui les récents mouvements sur les marchés de taux.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


L’évolution des marchés de taux, un« nuage noir » à surveiller

nullEmprunt Direct a fait état de son baromètre mensuel sur Auvergne-Rhône-Alpes. S’il observe une stabilisation des taux de crédit immobilier, les contraintes prudentielles et l’évolution des marchés de taux sont, pour lui, deux éléments à scruter.


Hausse de la production de crédit à l’habitat en 2020

null
La Banque de France a fait état de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Celle portant sur le mois de décembre dresse un bilan plutôt positif de l’année écoulée, pourtant marquée par deux périodes de confinement.


Aide au logement : Foncia et Action Logement s’engagent

Les deux entités s’unissent pour faciliter l’accès et le maintien dans le logement des salariés du secteur privé, grâce aux aides et aux services proposés par Action Logement.