Plus-values immobilières : l’abattement de 20% passerait à 15%

La commission des finances du Sénat a adopté un amendement qui fait passer le taux d’abattement supplémentaire sur les plus-values immobilières de 15% à 20%. 

Nouveau rebondissement sur la question de l’abattement sur les plus-values immobilières en 2013. La commission des finances du Sénat a en effet procédé à l’adoption d’un amendement qui baisse le taux de cet abattement supplémentaire sur les plus-values immobilières réalisées en 2013 de 20 % à 15 %.

L’abattement de 20% devait s'appliquer sur les plus-values nettes imposables, et s’ajoutait aux abattements découlant de la réforme de 2011. Cet abattement ne s’appliquerait pas, s’il est adopté, sur la partie liée aux prélèvements sociaux.

C’est le sénateur du Finistère François Marc qui a souhaité déposer un amendement pour « modérer le coût du dispositif sans remettre en cause l’incitation à mettre des biens fonciers sur le marché ». Le sénateur avait en effet chiffré à 285 millions d’euros la perte de recettes d’impôt sur le revenu résultant de cette mesure, répartis pour 260 millions d’euros sur 2013 et 25 millions d’euros sur 2014.

L’abattement de 20% avait comme objectif de fluidifier un marché de l’immobilier en crise. Mais cette mesure est jugée, pour beaucoup, trop marginale pour un rebond durable du marché. Le président de la Chambre des notaires du Rhône, Maître Prohazka, indiquait récemment qu’il n’était « pas certain que ce type de disposition soit susceptible de produire un choc ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

On écoute encore des gens qui sont juges et parties, comme une grande partie des articles qui sont postés sur lyon-pôle-immo.
Est-ce bien cohérent?

Signaler un abus

Naviguer à vue en changeant les règles ce n’est acceptable que pour eux qui font ces règles, non pour ceux qui les subissent. Pour eux ce n’est pas de la navigation à vue, c’est de la navigation à l’aveugle.

Signaler un abus

On taxe l’argent issu des revenus alors je vois pas pourquoi celui des plus-values faciles issues de l’immobilier ,juste par le fait que des multipropriétaires profitent de la situation, ne serait pas taxé.

Alors aller pleurer et juste oser se plaindre parce qu’on vous impose un peu plus de l’argent qui tombe du ciel et sur lequel des gens s’endettent jusqu’au coup actuellement je vous rappelle, c’est juste déplacé, et représentatif d’une société à la recherche du fric sans bosser.

Signaler un abus

+1 Tron !

Et au passage, on devrait également taxer les plus-values sur les Résidences Pricipales… Ce serait pas mal non plus, pour calmer ces vieux rentiers de 68ard !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.