L’apport moyen en nette hausse pour les achats immobiliers

L’apport moyen des acheteurs d’un bien immobilier a fortement progressé, atteignant 50.465 euros en moyenne, selon le courtier Empruntis.com. Rhône-Alpes ne fait pas exception.

L’apport moyen est en nette hausse en France, lors de la constitution d’un dossier de financement pour un achat immobilier. C’est ce qui ressort de la dernière étude d’Empruntis, qui a livré ce matin le profil type par région des emprunteurs.

L’apport moyen en France s’établit à 50.465 euros, soit un niveau jamais atteint jusqu’ici, même en 2010. La hausse de celui-ci va de 3000 à 8000 euros suivant les régions. En Rhône-Alpes, l’apport moyen est ainsi de 52.824 euros. « C’est la première fois que l’apport moyen franchit la barre des 50 000€, et si ce chiffre est certes hautement symbolique, il faut se rappeler qu’il y a une petite quinzaine d’années à peine, cette somme correspondait à un bien immobilier correct en province et au prix d’un studio à Paris» indique Maël Bernier, Directrice de la communication d’Empruntis.com.

Hausse de l’apport moyen

« Encore une fois, cette hausse de l’apport moyen dans nos dossiers n’est pas seulement la conséquence d’une exigence supplémentaire des banquiers, mais bien et c’est ce qui est inquiétant de la représentation grandissante des secundo-accédants dans nos dossiers au détriment des primo-accédants ne disposant que d’un très faible apport » analyse Maël Bernier.

Cette hausse de l’apport et la disparition progressive des primo-accédants va de concert avec une baisse de la durée des prêts. Sur l’année, la maturité des emprunts a ainsi régressé de 9 mois, en France passant de 20.9 mois à 20 mois – un chiffre également constaté en Rhône Alpes.

Moyenne des revenus en hausse

Autre observation : la moyenne des revenus des emprunteurs ne cesse d’augmenter, avec des revenus nets moyens par foyer s’élevant à 4430 euros nets par mois, un montant certes élevé, mais inférieur de 4% à celui observé en 2010. « Preuve peut-être que les emprunteurs de 2012 ont quelque peu bénéficié de la baisse des prix dans certaines régions conjuguée à la baisse des taux pour se resolvabiliser. En d’autres termes, certains qui n’étaient pas finançables en 2010 le sont devenus en 2012» note Maël Bernier.

Concernant le montant moyen emprunté, Rhône Alpes se situe dans le trio de tête, juste derrière l’Ile de France et la région Méditerranée, avec un montant moyen emprunté de 159.592 euros, soit un niveau sensiblement identique à la moyenne nationale, qui se monte à 159.768 euros.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

De moins en moins de foyers à bas revenus vont donc pouvoir devenir propriétaire de leur logement.

Signaler un abus

a « r Expert immobilier le 19/11/2012 @ 3:24

De moins en moins de foyers à bas revenus vont donc pouvoir devenir propriétaire de leur logement. »

cest pas grave: Duflot veut nous parquer tous dans des clapiers à lapin HLM, mais attention, des clapiers a lapin BBC, et oui, ça change tout! Et plus il y aura de pauvres en HLM, plus il y aura de gens votant a gauche!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.