Immobilier : Gilles Carrez critique les nouvelles taxes

Le président de la commission des finances s'est élevé contre la surtaxe sur les plus-values immobilières et la taxe sur les logements vacants dans les zones en tension.

Gilles Carrez s'est élevé contre les nouvelles taxes sur l'immobilier inscrites "en catimini" dans des amendements à la loi de finances rectificative. Le président de la commission des Finances estime que ces dernier constituent « un nouveau coup dur au patrimoine des Français, au marché de l'immobilier et à l'économie du tourisme ».

Aussi a-t-il estimé dans un communiqué que « sans étude d'impact, sans concertation, dans un texte où il ne devait plus y avoir d'augmentation d'impôts, le gouvernement introduit en catimini deux nouvelles taxes qui vont peser lourdement sur le budget des classes moyennes, paralyser un peu plus le marché de l'immobilier et mettre à mal l'économie du tourisme ». Selon lui, ceci traduit le choix « de traquer le patrimoine des Français moyens plutôt que de faire des économies en dépenses ».

La surtaxe sur les plus-values de cession immobilières envisagée par le gouvernement est selon lui un « prélèvement confiscatoire », à même de « porter un coup fatal au marché de l'immobilier et, par conséquent, aux recettes des collectivités locales ».

Il a en outre dénoncé la taxe annuelle de 5 % sur les logements sous-occupés en zones tendues qu'il juge comme « une taxe sur les résidences secondaires, à payer par les propriétaires ou locataires des logements situés en zone tendue comme la Côte d'Azur ou les agglomérations parisienne, lyonnaise ou toulousaine ». Pour lui ces taxes vont augmenter la paralysie de l'activité du bâtiment et « annoncer un cortège de disparitions d'entreprises et d'emplois ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Si cette surtaxe est votée, les vendeurs retireront leurs biens du marché et les prix monteront surtout pour les terrains.

Signaler un abus

Carrez pense que ça va « Porter un coup fatal au marché immobilier ». Si les prix augmentaient, les volumes se réduiraient comme peau de chagrin. Donc tu peux continuer à rêver mais 5 ans ça va être long pour un hypothétique espoir d’alternance surtout si les taux immo devaient remonter, ne serait-ce qu’un tout petit peu (4%) pendant ces 5 longues prochaines années.Vendez donc maintenant, prenez vos plus-value tombées du ciel tant qu’il y en a.
La bulle immobilière asphyxie les actifs et les politiques ont, semble-t-il, décidé de la crever pour le bien de tous (actifs) sauf des rentiers.
Le modèle pour l’Europe vers lequel nos gouvernements, droite et gauche veulent converger, c’est l’Allemagne. Pas de bulle immo chez eux mon ami.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.