Les prix de l’immobilier reculent de 2%, les volumes chutent

Les transactions ont reculé de 15% en France dans l’immobilier ancien en 2012, selon le réseau d’agences Century 21. Pour le réseau, la hausse des prix est derrière nous.

Les prix ont baissé modérément en 2012, selon le réseau d’agences immobilières Century 21. A 2614 euros le mètre carré en moyenne en France, les prix ont en effet reculé de 1.9% sur l’année, et ce malgré une forte baisse des volumes, de l’ordre de 15%, selon les statistiques du réseau.

« 2012 a vu les acheteurs passer de la frénésie à la raison quand, dans le même temps, les vendeurs font de la résistance. Il est à craindre que si les vendeurs ne font pas le premier pas, le marché ne sera alimenté que par les ventes dites "forcées" et les volumes continueront de baisser en 2013. Ce qui aura un impact fort sur les recettes fiscales escomptées par les collectivités locales » prédit Laurent Vimont, le président de Century 21.

2013, année maussade ?

Pour le réseau, la relative résistance des prix tient à la fois au déficit structurel d’offres, aux taux d’intérêt qui n’ont pas bondi, et à la réticence des vendeurs à revoir à la baisse leurs prétentions. Dans les zones sous tension, la pénurie de biens provoque des tensions vives sur le marché qui interdisent, selon le réseau, tout décrochage soudain des prix, à environnement économique constant. Un constat à tempérer toutefois selon les zones géographiques : là où l’offre de logements est suffisante, on observe ainsi une diminution des prix substantielle, selon le réseau.

Pour Laurent Vimont "2013 s'annonce maussade". Il prévoit une faible baisse des prix, et une poursuite de l’érosion des volumes. « C'est désormais le départ massif des investisseurs qui est à craindre. Le triptyque ‘encadrer, taxer, réquisitionner’ crée un contexte très négatif pour les investisseurs immobiliers. Le marché immobilier est malade, souffrant d'une pénurie de logements et d'une fiscalité instable et inadaptée.  Et ni les vœux pieux ni les formules incantatoires n’y feront rien changer » note le président du réseau qui appelle à des mesures fortes pour fluidifier le marché.

Réduction des droits d’enregistrement

"Pour redonner de l'oxygène aux acheteurs et relancer l'activité, pourquoi ne pas supprimer les droits d'enregistrement ou les réduire fortement pour les primo accédants sous conditions de ressources" s’interroge Laurent Vimont. Faire revenir les primo-accédants ne sera pas choses aisée : la suppression en janvier 2012 du PTZ + a fait reculer la proportion de primo accédants parmi les acquéreurs de 7,1%. Et la dernière mouture de ce dernier est encore plus restrictive.

Le réseau redoute en outre l’hypothèse d’une hausse des taux d’intérêt. Si ces derniers venaient à augmenter brutalement, le blocage des ventes que cette situation entrainerait « pourrait, dans un second temps, être marquée par une baisse des prix proportionnelle voire supérieure à la hausse des taux d’intérêt observée » craint le réseau, qui n'hésite pas à tirer un constat désormais ancré dans l'esprit de nombre d'acheteurs potentiels: "la hausse des prix est derrière nous".






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

On a l’impression qu’à Lyon, les vendeurs commencent à comprendre que les prix fantaisistes ont vécu !! En effet les annonces reviennent avec la mention « nouveau prix », c’est sans doute une réelle volonté de vendre. Pour ceux qui n’auraient pas encore compris, si vous voulez vendre mettez tout de suite un prix normal et vous éviterez des déconvenues ultérieures.Mieux vaut perdre la main que le bras !!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]