Pour Laforêt, la demande va rester anémique en 2013

Pour le réseau d’agences franchisées, qui a fait état hier de ses prévisions au titre de l’année en cours, la baisse de la demande, qui a été l’un des phénomènes marquants de 2013, va se poursuivre. Les prix pourraient baisser de plus de 5%.

L’année 2013 va de nouveau se traduire par une baisse de la demande. C’est en substance le message porté par le réseau d’agences en franchise Laforet, qui a fait état hier de ses statistiques sur la marché immobilier au titre de l’année écoulée. Et comme ses concurrents, le réseau constate une baisse de la demande de l’ordre de 18% sur un an au niveau national (-19% à Paris, -17% en Régions), ce qui lui fait dire que près d’un acquéreur sur 5 a disparu. Cette demande est surtout le fait de secondo accédants, à plus de 50%, les primo-accédants ayant déserté le marché. Selon les secteurs, les agents ont ainsi constaté une baisse allant de 16% à 50% de la demande pour ce type d’acquéreurs.

Acheteurs plus exigeants

Les acheteurs sont en outre plus exigeants, comparant davantage les biens, que ce soit leur qualité ou leur prix, suivant régulièrement l’évolution des prix, à travers Internet et les autres médias. L’acquéreur réalise plus de visites de la part avant une offre, et ne réalise les visites que si le prix correspond avec ce qu’ils savent du marché. Le réseau note également une hausse des retraits après signature du compromis. Outre ces élements, Laforêt indique que les investisseurs « se désengagent lorsque le taux de rentabilité de 4-­‐5 % nets avant impôt n’est pas atteignable ».

Parallèlement, l’offre est, elle, en stagnation, voire même en diminution, à 46935 unités, soit une baisse de 6% sur le trimestre. Les mises en vente se font, selon le réseau par nécessité : séparation, succession, mutation, les incertitudes économiques freinant les projets immobiliers. Face au climat actuel, le réseau note même que certaines mises en vente se transforment en location.

Transactions en repli

Aussi, face à une demande en baisse et une offre anémique, les transactions reculent logiquement, de 12%. Après un bon troisième trimestre, les ventes se sont tassées au quatrième trimestre. « Le recul des ventes annoncé pour 2012, tenant compte de l’attentisme habituel liés aux élections nationales, a bien eu lieu » indique le réseau. Le marché a notamment souffert de l’absence d’incitation fiscale ou d’aide, mais aussi de la baisse de la demande, de l’offre tardant à se reconstituer, et des vendeurs restant sur leurs positions. Le réseau invoque également la méfiance des vendeurs vis-à-vis des prêts relais, grippant ainsi le marché de la revente, mais aussi le durcissement des conditions ce crédit.

Malgré ces différents phénomènes, les prix ont du mal à baisser, les prix résistant, voire même augmentant dans les grandes villes. En revanche, dans les zones rurales, il n’est pas rare d’observer des baisses de 15 à 20 %. Mais cet réticence à baisser les prix se retrouve dans les délais de vente qui augmentent de 8 jours sur un an. Le prix au m2 recule ainsi, selon le réseau de 2% à 2925 euros le mètre carré.

Ecart de prix à la hausse

L’écart de prix entre le prix affiché et le prix vendu tend en outre à augmenter, passant de 5.94% en 2011 à 6.44% en 2012. « Un grand écart s’installe entre les grandes villes où les appartements se négocient de 2 à 4 % et les secteurs plus ruraux où le marché des maisons amène les vendeurs à concéder parfois 20 % par rapport au prix de mise en vente de leur bien » note Laforêt.

Pour 2013, le réseau pense que le marché ancien va rester tendu. SI les taux restent bas, ceci ne pourra pas soutenir seul le marché. Aussi pense-t-il que les propriétaires vont devoir s’adapter aux conditions des acquéreurs. Il prévoit ainsi, pour une meilleure adaptation des prix au marché, que la baisse de ces derniers pourrait dépasser 5% sur l’année. « La franche baisse des prix contribuera à faciliter les projets actifs et soutiendra le volume des ventes qui devrait se maintenir à un niveau similaire à celui de 2012 » note Laforêt.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Il faut baisser les prix.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.