A Lyon, l’achat immobilier est avantageux après 13 ans de détention

Meilleurtaux a fait part mardi d’une étude sur l’intérêt d’acheter plutôt que louer son bien. Ceci est avantageux sur Lyon, si l’on conserve 13 ans son bien.

Le courtier Meilleurtaux.com a fait état hier d’une étude tendant à étudier l’intérêt d’acheter plutôt que louer son bien selon sa durée de détention sur l’ensemble des villes de France. Pour le courtier, dans les années 2000, avec une augmentation des prix de 7,4 % par an en moyenne, la plus-value au moment de la revente compensait, au bout de 3-4 ans, très largement les frais liés à l’acquisition (frais de notaire, frais d'agence, intérêts versés, etc.) et à son entretien.

Or, depuis la fin de l’année 2011, l'incertitude sur l'évolution des prix peut conduire selon le courtier à s'interroger sur l'arbitrage achat-location, au cas par cas. Le courtier a ainsi retenu 3 scénarios d'évolution de prix, plus ou moins haussiers. Aussi, selon les calculs de ces derniers, la durée de détention pour que l'achat soit préférable varie de 3 à 8 ans en moyenne en France en fonction des hypothèses.

Des choix qui diffèrent selon les villes

« Une analyse économique des coûts et des gains d'un achat et d'une location sur longue période montre que le choix optimum pour un ménage repose sur la conjonction d'une multitude d'éléments connus, comme le prix d'achat, le montant du loyer, les conditions de crédit et éventuellement la durée de détention du bien ; mais d'autres sont inconnus et relèvent alors d'hypothèses, comme l'évolution des prix immobiliers et des loyers, ou encore le rendement d'un placement financier qui influent fortement sur le choix d'acheter ou de louer » a ainsi relevé l’économiste et directeur du cabinet de conseil et d'analyse économique Asterès, Nicolas Bouzou.

« Le choix d'acheter ou de louer différera d'une ville à une autre au regard du niveau des prix des logements et des loyers. Dans certaines villes, l'écart est très faible, rendant l'achat plus que pertinent alors que dans d'autres villes comme Paris - qui fait encore figure d'exception - l'écart est tel qu'il faut un grand nombre d'années pour faire pencher la balance en faveur de l'achat. Par ailleurs, plus la durée de détention du bien est élevée, plus il est préférable d'acheter car les coûts fixes s'amortissent au fil du temps » explique Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com.

13 ans pour Lyon

Sur Lyon, si l’on prend en compte un prix au m² de 3171 euros et un loyer moyen de 12.60 euros du m2 par mois, il faut, selon le scénario central d’évolution des prix  retenu par le courtier, 13 ans pour rentabiliser son bien, dans les conditions actuelles. Le scénario central retient une baisse de 3% des prix au niveau national, une stabilité en 2014, et des hausses de 2% en 2015 et au-delà. En cas de scénario haussier (stabilité au niveau national en 2013, +2% en 2014, +4% en 2015), il faut 5 ans pour rentabiliser son bien. En revanche, il faut compter 18 ans dans le cas d’un scénario baissier (-5% en 2013, -5% en 2014, 0% en 2015, +2% en 2016 et au-delà).

Toutefois, le courtier rappelle que l'intérêt financier n’est pas être le seul moteur de la décision d'achat. « Le choix de devenir propriétaire n'est pas motivé seulement par la plus-value potentielle à la revente mais aussi et surtout par l'envie de transmettre un patrimoine à ses enfants, préparer sa retraite, se sentir vraiment chez soi avec en outre l'aspect rassurant de la 'pierre' comme valeur refuge. Ce n'est pas seulement un acte économique » conclut ainsi Hervé Hatt.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

après 13 ans de taule ?

Signaler un abus

lyon c’est trop cher pour etre entassé dans des cages à lapin

Signaler un abus

Il peut s’en passer des choses en 13 ans qui font qu’un projet immobilier n’est plus viable : séparation, enfants, perte d’emploi, juste une envie de changer de région voir de pays …

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Renouvellement du Conseil d’administration de CNCEF Crédit

L’association professionnelle des IOBSP l’a élu le 6 juillet.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Déception après le maintien de la position du HCSF

Le Haut Conseil de stabilité financière se réunissait ce jeudi. Il a réitéré ses recommandations émises en décembre, au grand dam des intermédiaires en crédit.


La part des primo-accédants en hausse, selon Cafpi

Selon l’intermédiaire en crédit, une progression de la part des primo-accédants a été notée en mai. L’emprunt moyen de ces derniers est également en hausse en mai par rapport au mois précédent.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Cafpi alerte sur la baisse de la part des primo-accédants

Cette part est en forte baisse selon l’intermédiaire en crédit.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.