A Lyon, l’achat immobilier est avantageux après 13 ans de détention

Meilleurtaux a fait part mardi d’une étude sur l’intérêt d’acheter plutôt que louer son bien. Ceci est avantageux sur Lyon, si l’on conserve 13 ans son bien.

Le courtier Meilleurtaux.com a fait état hier d’une étude tendant à étudier l’intérêt d’acheter plutôt que louer son bien selon sa durée de détention sur l’ensemble des villes de France. Pour le courtier, dans les années 2000, avec une augmentation des prix de 7,4 % par an en moyenne, la plus-value au moment de la revente compensait, au bout de 3-4 ans, très largement les frais liés à l’acquisition (frais de notaire, frais d'agence, intérêts versés, etc.) et à son entretien.

Or, depuis la fin de l’année 2011, l'incertitude sur l'évolution des prix peut conduire selon le courtier à s'interroger sur l'arbitrage achat-location, au cas par cas. Le courtier a ainsi retenu 3 scénarios d'évolution de prix, plus ou moins haussiers. Aussi, selon les calculs de ces derniers, la durée de détention pour que l'achat soit préférable varie de 3 à 8 ans en moyenne en France en fonction des hypothèses.

Des choix qui diffèrent selon les villes

« Une analyse économique des coûts et des gains d'un achat et d'une location sur longue période montre que le choix optimum pour un ménage repose sur la conjonction d'une multitude d'éléments connus, comme le prix d'achat, le montant du loyer, les conditions de crédit et éventuellement la durée de détention du bien ; mais d'autres sont inconnus et relèvent alors d'hypothèses, comme l'évolution des prix immobiliers et des loyers, ou encore le rendement d'un placement financier qui influent fortement sur le choix d'acheter ou de louer » a ainsi relevé l’économiste et directeur du cabinet de conseil et d'analyse économique Asterès, Nicolas Bouzou.

« Le choix d'acheter ou de louer différera d'une ville à une autre au regard du niveau des prix des logements et des loyers. Dans certaines villes, l'écart est très faible, rendant l'achat plus que pertinent alors que dans d'autres villes comme Paris - qui fait encore figure d'exception - l'écart est tel qu'il faut un grand nombre d'années pour faire pencher la balance en faveur de l'achat. Par ailleurs, plus la durée de détention du bien est élevée, plus il est préférable d'acheter car les coûts fixes s'amortissent au fil du temps » explique Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com.

13 ans pour Lyon

Sur Lyon, si l’on prend en compte un prix au m² de 3171 euros et un loyer moyen de 12.60 euros du m2 par mois, il faut, selon le scénario central d’évolution des prix  retenu par le courtier, 13 ans pour rentabiliser son bien, dans les conditions actuelles. Le scénario central retient une baisse de 3% des prix au niveau national, une stabilité en 2014, et des hausses de 2% en 2015 et au-delà. En cas de scénario haussier (stabilité au niveau national en 2013, +2% en 2014, +4% en 2015), il faut 5 ans pour rentabiliser son bien. En revanche, il faut compter 18 ans dans le cas d’un scénario baissier (-5% en 2013, -5% en 2014, 0% en 2015, +2% en 2016 et au-delà).

Toutefois, le courtier rappelle que l'intérêt financier n’est pas être le seul moteur de la décision d'achat. « Le choix de devenir propriétaire n'est pas motivé seulement par la plus-value potentielle à la revente mais aussi et surtout par l'envie de transmettre un patrimoine à ses enfants, préparer sa retraite, se sentir vraiment chez soi avec en outre l'aspect rassurant de la 'pierre' comme valeur refuge. Ce n'est pas seulement un acte économique » conclut ainsi Hervé Hatt.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

après 13 ans de taule ?

Signaler un abus

lyon c’est trop cher pour etre entassé dans des cages à lapin

Signaler un abus

Il peut s’en passer des choses en 13 ans qui font qu’un projet immobilier n’est plus viable : séparation, enfants, perte d’emploi, juste une envie de changer de région voir de pays …

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques

Face à cet allongement des délais, l’intermédiaire prône l’anticipation.


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.