Nord-Isère: les prix de l’immobilier ont globalement baissé en 2012

Le nord du département de l’Isère, centré autour de Bourgoin-Jallieu, a fait l'objet, il y a dix jours d'une conférence spécifique par les notaires du département.

Pour la première fois, la chambre des notaires de l’Isère présentait, lundi 15 avril, ses chiffres de l’année 2012 à Vienne pour le seul secteur du nord Isère et de l’Isère rhodanienne. Une conférence spécifique pour mieux mettre en valeur des secteurs composites, tous deux marqués par l’attractivité prégnante de l’aire urbaine lyonnaise.

« Il ne faut pas être Grand Clerc, Vizir ou Calife, pour constater que l'année 2012 aura marqué un virage dans le marché immobilier ». Maitre Edouard Malatray, notaire à Saint-Quentin-Fallavier, voit en l’année dernière une année charnière sur le marché de l’immobilier, tant sur le plan local que national. Après une hausse des prix de l’immobilier de 75% en France, et un salaire qui, dans le même temps, a progressé de seulement 10%, ce « grand écart très particulier au marché immobilier français » ne pourrait selon lui « tenir encore bien longtemps ».

Aussi, pour lui, l’année 2012 aura été l’occasion de constater « une légère baisse des prix de l’immobilier qui semble confirmer une tendance de fond ». La baisse sévère des transactions a en effet eu des répercussions, comme ailleurs dans le département, sur la dynamique des prix.

Les prix des terrains chutent

Premier constat : sur le seul nord Isère, qui est le secteur numéro un en termes de vente de terrains à bâtir, les prix de ces derniers ont diminué de 7.5% en moyenne. Il faut dire les mises en chantier de maisons sur le secteur ont dans le même temps reculé de 35%.

« Près de 69% des ventes portent ainsi sur des terrains hors lotissement avec un prix au m2 relativement abordable par rapport au reste du département et des surfaces moyennes élevées de plus de 1000 m2 » note Maitre Malatray. Sur ce marché des terrains à bâtir, les rhodaniens restent très présents, avec 18% des achats. Ils disposent pour ce faire d’un budget moyen de 100.700  euros, en repli de 17%, contre un budget de 83200 euros pour 79% d'acheteurs isérois.

Les maisons en baisse

La baisse ne touche toutefois pas que les terrains à bâtir. Pour les maisons anciennes, où le Nord Isère représente à lui seul un tiers du volume des ventes du département, le prix moyen s’affiche lui en légère baisse de 2%, soit une baisse bien moins forte qu’en 2009. Les prix sont ainsi en moyenne de 204000 euros. Seul changement notable, la superficie des terrains a baissé de 7% pour atteindre une moyenne de 1250 m2.

Charvieux Chavagneux qui est en tête des achats de ce type de biens avec 5% des transactions, suivie de Bourgoin-Jallieu (4,8%). Villefontaine, Les Avenières, Morestel, L’Isle d’Abeau, la Verpillère et Tignieux représentent eux, chacun, autour de 3% des transactions.

Là encore, les acheteurs du Rhône, qui représentent 29% des transactions, disposent d’un budget de 218 600 € contre 190.000 € pour les habitants du secteur (52%). Les acquéreurs sont à 34% issus des professions intermédiaires, avec un budget de 185 600 €, devant les cadres supérieurs (22%,226 800€).

Les prix des appartements en net repli

Sur le marché des logements collectifs anciens, le prix au mètre carré s’est révélé être en baisse de 3.6%, pour un prix de vente global également en baisse de 2.2%. On observe néanmoins de fortes disparités entre les types de biens : selon l’observatoire des notaires, les prix des studios ont ainsi reculé de 23.7% sur le secteur, à 1588 euros du m². Les baisses sont toutefois plus mesurées sur les 2 pièces (-3.4% à 1988 euros du m²), les 3 pièces (-0.6% à 1965 euros du m²), les 4 pièces (-2% à 1769 euros du m²), les 5 pièces (-5.3% à 1623 euros du m²).

Bourgoin Jallieu capte ainsi 35,7% des transactions du secteur, avec pour les ventes de 4 pièces (37,4% du marché) un prix moyen de 140 900 €, en baisse de 1,5%, contre 128 400 € (+3%) pour un 3 pièces (33% du marché).

Dans la plupart des secteurs, les prix sont ainsi en légère voire en forte baisse à l’image de Bourgoin (1911 euros du m²), La Tour du Pin (-8.1%), La Verpillère (-7.9%), Pont de Cheruy (-2.8%). Cremieu fait toutefois exception, avec des prix en hausse de 16%.

Au global sur le nord Isère, on observe néanmoins de fortes disparités entre les types de biens : selon l’observatoire des notaires, les prix des studios ont ainsi reculé de 23.7% sur le secteur, à 1588 euros du m². Les baisses sont toutefois plus mesurées sur les 2 pièces (-3.4% à 1988 euros du m²), les 3 pièces (-0.6% à 1965 euros du m²), les 4 pièces (-2% à 1769 euros du m²), les 5 pièces (-5.3% à 1623 euros du m²).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.