Nord-Isère: les prix de l’immobilier ont globalement baissé en 2012

Le nord du département de l’Isère, centré autour de Bourgoin-Jallieu, a fait l'objet, il y a dix jours d'une conférence spécifique par les notaires du département.

Pour la première fois, la chambre des notaires de l’Isère présentait, lundi 15 avril, ses chiffres de l’année 2012 à Vienne pour le seul secteur du nord Isère et de l’Isère rhodanienne. Une conférence spécifique pour mieux mettre en valeur des secteurs composites, tous deux marqués par l’attractivité prégnante de l’aire urbaine lyonnaise.

« Il ne faut pas être Grand Clerc, Vizir ou Calife, pour constater que l'année 2012 aura marqué un virage dans le marché immobilier ». Maitre Edouard Malatray, notaire à Saint-Quentin-Fallavier, voit en l’année dernière une année charnière sur le marché de l’immobilier, tant sur le plan local que national. Après une hausse des prix de l’immobilier de 75% en France, et un salaire qui, dans le même temps, a progressé de seulement 10%, ce « grand écart très particulier au marché immobilier français » ne pourrait selon lui « tenir encore bien longtemps ».

Aussi, pour lui, l’année 2012 aura été l’occasion de constater « une légère baisse des prix de l’immobilier qui semble confirmer une tendance de fond ». La baisse sévère des transactions a en effet eu des répercussions, comme ailleurs dans le département, sur la dynamique des prix.

Les prix des terrains chutent

Premier constat : sur le seul nord Isère, qui est le secteur numéro un en termes de vente de terrains à bâtir, les prix de ces derniers ont diminué de 7.5% en moyenne. Il faut dire les mises en chantier de maisons sur le secteur ont dans le même temps reculé de 35%.

« Près de 69% des ventes portent ainsi sur des terrains hors lotissement avec un prix au m2 relativement abordable par rapport au reste du département et des surfaces moyennes élevées de plus de 1000 m2 » note Maitre Malatray. Sur ce marché des terrains à bâtir, les rhodaniens restent très présents, avec 18% des achats. Ils disposent pour ce faire d’un budget moyen de 100.700  euros, en repli de 17%, contre un budget de 83200 euros pour 79% d'acheteurs isérois.

Les maisons en baisse

La baisse ne touche toutefois pas que les terrains à bâtir. Pour les maisons anciennes, où le Nord Isère représente à lui seul un tiers du volume des ventes du département, le prix moyen s’affiche lui en légère baisse de 2%, soit une baisse bien moins forte qu’en 2009. Les prix sont ainsi en moyenne de 204000 euros. Seul changement notable, la superficie des terrains a baissé de 7% pour atteindre une moyenne de 1250 m2.

Charvieux Chavagneux qui est en tête des achats de ce type de biens avec 5% des transactions, suivie de Bourgoin-Jallieu (4,8%). Villefontaine, Les Avenières, Morestel, L’Isle d’Abeau, la Verpillère et Tignieux représentent eux, chacun, autour de 3% des transactions.

Là encore, les acheteurs du Rhône, qui représentent 29% des transactions, disposent d’un budget de 218 600 € contre 190.000 € pour les habitants du secteur (52%). Les acquéreurs sont à 34% issus des professions intermédiaires, avec un budget de 185 600 €, devant les cadres supérieurs (22%,226 800€).

Les prix des appartements en net repli

Sur le marché des logements collectifs anciens, le prix au mètre carré s’est révélé être en baisse de 3.6%, pour un prix de vente global également en baisse de 2.2%. On observe néanmoins de fortes disparités entre les types de biens : selon l’observatoire des notaires, les prix des studios ont ainsi reculé de 23.7% sur le secteur, à 1588 euros du m². Les baisses sont toutefois plus mesurées sur les 2 pièces (-3.4% à 1988 euros du m²), les 3 pièces (-0.6% à 1965 euros du m²), les 4 pièces (-2% à 1769 euros du m²), les 5 pièces (-5.3% à 1623 euros du m²).

Bourgoin Jallieu capte ainsi 35,7% des transactions du secteur, avec pour les ventes de 4 pièces (37,4% du marché) un prix moyen de 140 900 €, en baisse de 1,5%, contre 128 400 € (+3%) pour un 3 pièces (33% du marché).

Dans la plupart des secteurs, les prix sont ainsi en légère voire en forte baisse à l’image de Bourgoin (1911 euros du m²), La Tour du Pin (-8.1%), La Verpillère (-7.9%), Pont de Cheruy (-2.8%). Cremieu fait toutefois exception, avec des prix en hausse de 16%.

Au global sur le nord Isère, on observe néanmoins de fortes disparités entre les types de biens : selon l’observatoire des notaires, les prix des studios ont ainsi reculé de 23.7% sur le secteur, à 1588 euros du m². Les baisses sont toutefois plus mesurées sur les 2 pièces (-3.4% à 1988 euros du m²), les 3 pièces (-0.6% à 1965 euros du m²), les 4 pièces (-2% à 1769 euros du m²), les 5 pièces (-5.3% à 1623 euros du m²).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Saint-Étienne : les prix de retour sur le seuil des 1.000 € le m²

nullDans leur dernière note de conjoncture trimestrielle, les notaires de la Loire ont fait part de hausses de prix substantielles sur l’ensemble du département, dont Roanne et Saint-Étienne.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


Immobilier: premières baisses de prix à Lyon

Le constat a été dressé dans la dernière note immobilière de conjoncture immobilière des notaires de Rhône-Alpes publiée chaque trimestre.


Immobilier neuf : les prix en forte hausse dans le Rhône sur un an


Plusieurs acteurs du secteur ont publié lundi le 1er baromètre digital de l’immobilier neuf.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas