Immobilier : la baisse des prix stimulerait plus la demande en zone chère

Selon une étude du crédit foncier, une baisse des prix de l’immobilier aurait plus d’impact sur la demande qu’une hausse des taux.

Une baisse des prix immobiliers aurait un impact plus prononcé sur la capacité d’achat des ménages dans les villes les plus chères. C’est le résultat d’une étude publiée mardi par le Crédit Foncier. Dans cette dernière, la banque compare les effets sur la capacité d’achat immobilière de trois facteurs à savoir la baisse des prix de l’immobilier, les taux d’emprunt et le niveau du marché de l’emploi.

Aussi, en prenant en compte trois scénarios - une baisse des prix de l’immobilier variable selon les régions (-3 % dans les villes les plus chères de l’Ile-de-France, -5 % dans les autres communes franciliennes et -7 % en province), une hausse des taux de 30 points de base, et une hausse du taux de chômage de 100 points de base – le Crédit Foncier est parvenu à deux grandes conclusions.

Une baisse des prix aurait davantage d’impact

Tout d’abord, c’est le critère du prix qui a le plus d’impact sur la capacité d’achat, loin devant les effets de la variation des taux de crédit et ceux du chômage. A Lyon, une baisse de 7% des prix immobiliers augmenterait de 3.7% le nombre de ménages en capacité d’acheter un logement ancien, tandis qu’une hausse des taux de crédit de 30 points ne ferait baisser que de 1,5 % ce nombre.

Outre ce phénomène, le Crédit Foncier observe une plus grande sensibilité de la capacité d’achat des ménages dans des villes où les prix sont élevés. « c’est dans les villes où le prix de l’immobilier est le plus élevé que l’effet de la variation de ces trois critères est le plus fort, y compris s’agissant du chômage. Plus une commune est « bon marché », moins elle est sensible à l’évolution de ces trois facteurs » note le Crédit Foncier.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Logique imparable.

Signaler un abus

Mister obvious. Moi je leur ponds une étude quand ils veulent a priori j’ai le niveau.

Signaler un abus

Ce que vous comprenez pas c’est qu’on fait dire aux chiffres ce qu’on veut. Je suis prêt à trouver une corrélation entre le nombre d’abricots ramassés chaque année au mois d’août et les taux d’intérêt.
Sans intérêt.

Signaler un abus

T’es vraiment un cupide toi c’est incroyable, 10 années de hausse des prix ont fait des dégâts, va bosser un peu au lieu d’attendre que tes plus-values gigantesques te tombent toutes cuites.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.