Immobilier : la baisse des prix stimulerait plus la demande en zone chère

Selon une étude du crédit foncier, une baisse des prix de l’immobilier aurait plus d’impact sur la demande qu’une hausse des taux.

Une baisse des prix immobiliers aurait un impact plus prononcé sur la capacité d’achat des ménages dans les villes les plus chères. C’est le résultat d’une étude publiée mardi par le Crédit Foncier. Dans cette dernière, la banque compare les effets sur la capacité d’achat immobilière de trois facteurs à savoir la baisse des prix de l’immobilier, les taux d’emprunt et le niveau du marché de l’emploi.

Aussi, en prenant en compte trois scénarios - une baisse des prix de l’immobilier variable selon les régions (-3 % dans les villes les plus chères de l’Ile-de-France, -5 % dans les autres communes franciliennes et -7 % en province), une hausse des taux de 30 points de base, et une hausse du taux de chômage de 100 points de base – le Crédit Foncier est parvenu à deux grandes conclusions.

Une baisse des prix aurait davantage d’impact

Tout d’abord, c’est le critère du prix qui a le plus d’impact sur la capacité d’achat, loin devant les effets de la variation des taux de crédit et ceux du chômage. A Lyon, une baisse de 7% des prix immobiliers augmenterait de 3.7% le nombre de ménages en capacité d’acheter un logement ancien, tandis qu’une hausse des taux de crédit de 30 points ne ferait baisser que de 1,5 % ce nombre.

Outre ce phénomène, le Crédit Foncier observe une plus grande sensibilité de la capacité d’achat des ménages dans des villes où les prix sont élevés. « c’est dans les villes où le prix de l’immobilier est le plus élevé que l’effet de la variation de ces trois critères est le plus fort, y compris s’agissant du chômage. Plus une commune est « bon marché », moins elle est sensible à l’évolution de ces trois facteurs » note le Crédit Foncier.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Logique imparable.

Signaler un abus

Mister obvious. Moi je leur ponds une étude quand ils veulent a priori j’ai le niveau.

Signaler un abus

Ce que vous comprenez pas c’est qu’on fait dire aux chiffres ce qu’on veut. Je suis prêt à trouver une corrélation entre le nombre d’abricots ramassés chaque année au mois d’août et les taux d’intérêt.
Sans intérêt.

Signaler un abus

T’es vraiment un cupide toi c’est incroyable, 10 années de hausse des prix ont fait des dégâts, va bosser un peu au lieu d’attendre que tes plus-values gigantesques te tombent toutes cuites.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.